Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 23:37

Quand l'Algérie était française (6/6)

Certains Pied - Noirs n’aimeront pas….mais la vérité ne leur appartient pas car ceux qui ont fait la vie de l’Algérie n’étaient pas des adeptes de la violence..  L’extrémisme est la dernière des solutions…C’est parce que certains ont choisi cette voie que je suis là comme un damné à parler d’Algérie depuis la France, un pays certes accueillant mais loin de mes racines et de mes habitudes…

 

Dans sa proclamation qui suit la prise d'Alger et la reddition du dey, Mustapha Pacha, le général de Bourmont déclare, le 5 juillet 1830 : «Vingt jours ont suffi pour la destruction de cet Etat dont l'existence fatiguait l'Europe depuis trois siècles. » Depuis le XVe siècle, toutes les flottes occidentales ont en effet bombardé la ville afin que cessent les activités des pirates, fonds de commerce de la régence d'Alger, possession turque dont l'autorité sur les tribus arabes de l'arrière-pays n'est que très relative. C'est donc avec la bénédiction des puissances européennes-hormis l'Angleterre-que Charles X décide de conquérir Alger. Quinze ans après le congrès de Vienne, qui a ramené la France napoléonienne aux frontières de la Révolution, cette expédition doit lui permettre de reprendre sa place dans le monde, mais aussi de distraire une opposition intérieure de plus en plus vigoureuse. Elle doit aussi mettre fin à un contentieux qui remonte au Directoire, celui-ci n'ayant pas honoré une dette due à trois négociants algériens. La rupture intervient le 30 avril 1827, quand Mustapha Pacha soufflette d'un coup de chasse-mouches le consul Deval. Le 16 mai 1830, la flotte commandée par les amiraux Duperré et Rosamel appareille de Toulon. Le débarquement des 30 000 hommes a lieu le 14 juin à Sidi-Ferruch et l'attaque aboutit à la prise de la ville. La conquête peut commencer. Elle sera terrible.

Pour replacer la violence dans le contexte de l'époque, il faut souligner que tous les chefs militaires français (1) qui se succéderont en Algérie sont des vétérans des guerres napoléoniennes et ont pour point commun d'avoir longtemps servi en Espagne, où l'armée impériale a connu la pire des guerres, faite d'embuscades et de massacres, une campagne où est né le mot « guérilla ». « J'ai été assez heureux pour battre souvent les Espagnols, j'espère l'être encore suffisamment pour battre les Arabes en employant les mêmes moyens. » Le général Bugeaud, qui harangue ainsi ses troupes le 7 juin 1836, était à Madrid le 2 mai 1808, jour de l'insurrection espagnole, a participé à l'épouvantable siège de Saragosse, mais il a surtout pratiqué durant quatre ans la contre-guérilla en Aragon sous les ordres du maréchal Suchet. Il reprend donc en Algérie les méthodes employées contre les bandes espagnoles. Il allège l'équipement des soldats, utilise des équipages de mulets plutôt que de chariots, se débarrasse d'une artillerie inutile. Il crée ainsi des colonnes mobiles, rapides, bien renseignées, capables d'affronter le tourbillon des cavaliers arabes en leur opposant une solide puissance de feu.on recommencera à vivre entre hommes. C'est le pays qui veut ça. Une anisette ? »

Pour livrer ces combats sans pitié, il a fallu forger une nouvelle arme. Ce sera l'armée d'Afrique, et elle n'est pas composée d'enfants de choeur : Légion étrangère, créée en 1831, bataillons disciplinaires-les « zéphyrs »-, enfin, supplétifs comme les tirailleurs algériens, les zouaves ou encore les spahis. Les Arabes infligent pourtant de sérieuses défaites aux Français. Lors de la première expédition contre Constantine en 1836, l'armée de Clauzel doit battre en retraite avec de lourdes pertes dans la neige et le froid. L'année suivante, juste avant l'assaut final, les généraux Damrémont et Perrégaux y sont tués. La pacification est d'une dureté inouïe, une « Vendée musulmane ». « J'aurais dû servir chez les Turcs, écrit le lieutenant-colonel de Montagnac. Avec l'étonnante disposition que j'ai à tanner la peau humaine, j'aurais eu plus de chance à devenir un personnage dans ce pays. » Et d'ajouter : « Il faut anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens. » Un mauvais pli est pris. De 1830 à 1875, 7 469 soldats français meurent au combat et 110 161 dans les hôpitaux. Les pertes arabes ne seront jamais connues, même si certains historiens parlent de de plusieurs centaines de milliers de morts.

 

Fin

Dossier réalisé par François Malye

http://www.lepoint.fr/actualites-mon...e/924/0/247240

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
ok pour votre récit historique, mais pouvez vous me raconter comment les arabes ont conquis une grande partie du monde dont l'Afrique du Nord, avec des roses peut-être ? Ils ont massacrés ceux qui leur résistaient puis ceux qui refusaient de se convertir à l'islam. On ne peut condamner des conquêtes territoriales qui ont été effectuées il y a des siècles alors que nos mentalités actuelles y sont opposées. Cette réflexion est valable pour tous les peuples.
Répondre
L
<br /> Bonjour Gilles,<br /> <br /> Ce sujet est traité de façon macro et ne parle pas des bienfaits ou des malheurs causés par cette conquête<br /> Si vous avez un complément d'information à y faire figurer, je vous propose de me le faire parvenir; je l'inserererai dans le blog sous forme d'un droit de réponse<br /> Cordialement,<br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />