Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 06:17
Algérie : Oran sur les braises
Des édifices brûlés et saccagés par des jeunes en colère



Oran a vécu hier, pour la seconde journée consécutive, au rythme des violences et des dégradations. Des affrontements, parfois très violents, ont éclaté dans presque l’ensemble des quartiers de la ville algérienne.



Au Haï El-Makkari, ex-St Eugène, un CEM, en l’occurrence Dorgham Hnifi, a été incendié par des casseurs. Cette violence a contraint les parents à se diriger en masse vers les écoles où leurs enfants passaient leurs examens de sixième. Un vrai calvaire pour des parents morts d’inquiétude et largement pénalisés par l’absence totale de transport en commun. Les chefs d’établissement ont décidé, sur instruction des autorités locales, de garder les enfants entre midi et 14h, afin et de leur assurer les repas et leur éviter des risques inutiles.

Au-delà de la déception « sportive » que la relégation du Mouloudia d’Oran peut provoquer chez les amoureux du club, les événements qu’a connus hier, la ville d’Oran, avaient des allures d’une véritable « révolte » dirigée contre tout. Au niveau de certaines grandes artères, notamment au centre-ville, c’était la désolation. Les magasins ont, dès les premières heures de la journée, baissé leurs rideaux de peur d’être pris pour cibles. Cela n’a pas empêché des groupes de personnes parfois encagoulés d’entrer par effraction dans certains locaux, à l’exemple de celles de « Lotto » et de « Nokia », situés tous les deux à la Rue Larbi Ben M’hidi, pour les piller. La grande Poste, située à la Place Maghreb au centre-ville, a également été saccagée dans l’après-midi d’hier. Le cinéma Maghreb, ex-Régent, a lui aussi été ciblé. Les émeutiers ont arraché les sièges de la salle pour les brûler à l’extérieur sur la chaussée.

Violence à grande échelle

Des administrations publiques, telles que le siège de l’Algérienne des Eaux et de l’antenne d’ERIAD sise à El-Hamri, ont été les premiers à payer les frais, dès la soirée de lundi à mardi, de cette violence brutale. Ces administrations ont été presque totalement saccagées et pillées par des jeunes et des moins jeunes surexcités. Selon des responsables de l’antenne ERIAD, située à l’avenue des Martyrs à El-Hamri, entre 400 et 500 quintaux de farine ont été volés par des casseurs qui s’en sont pris également à un semi-remorque de l’entreprise et à un véhicule privé propriété d’un des travailleurs qui a été complètement carbonisé après qu’on y ait mis le feu.

Hier, la livraison de farine aux boulangers d’Oran n’a pu être assurée, affirment les mêmes sources, qui n’écartent pas l’éventualité d’une pénurie de pain pour manque de cette matière première.

Par ailleurs, l’agence CNEP du Boulevard Zirout Youcef au Plateau et des banques étrangères, à l’exemple d’ABC à l’Avenue Sidi Chahmi, à Delmonte ou encore Société Générale à l’Avenue Farès El-Houari, dans le quartier de Maraval, ont été également attaquées. Le siège de l’Echo d’Oran, dont le propriétaire est le président actuel du Mouloudia d’Oran, a également été pris pour cible avant-hier soir. Mais, hormis des vitres brisées, on n’a pas enregistré de dégâts importants, grâce à une intervention rapide des forces de l’ordre, qui ont décidé de fixer une patrouille de police à proximité du siège.

Dans le quartier de Plateau, précisément au niveau de la Rue des frères Niati, fait important à être souligné, la population est intervenue pour chasser les casseurs. En effet, des affrontements ont eu lieu entre des habitants appuyés par des policiers en civil, reconnaissables à leurs talkies-walkies en main, et des émeutiers venus du quartier mitoyen de M’dina Djédida pour s’attaquer au siège de la 2ème Sûreté urbaine.

« Ces gens n’ont rien à avoir avec le football ou le sport. Ils n’ont qu’un seul but, c’est casser des édifices et des biens publics et les piller. Défendez vos biens », a hurlé un des habitants à l’adresse de ses jeunes voisins qui ont fini par prendre les devants, munis de pierres et de bâtons, et repousser la vague d’émeutiers.

Les forces de l’ordre débordées

En dépit de leur nombre important, et des moyens impressionnants dont elles disposaient, notamment des chasse-neige et autres engins antiémeute, les forces de l’ordre ont été considérablement gênées par cet « éparpillement » des zones de tension. Avec le centre-ville et la banlieue Est d’Oran, le quartier populaire d’El-Hamri a été le premier à enregistrer, avant-hier soir, ces scènes de violences. Mais, hier, la violence s’est propagée comme une traînée de poudre, pour atteindre presque la totalité des quartiers de la ville. Des scènes d’une rare violence ont été observées au niveau de la pénétrante de Delmonte, non loin du siège de la station régionale de l’ENTV.

Des groupuscules d’émeutiers éparpillés en plusieurs endroits se relayaient pour arroser les éléments de la brigade antiémeute de projectiles de tout genre. Les policiers ripostaient en lançant des bombes lacrymogènes. Les émeutiers se servaient des publiphones, arrachés la matinée et la veille, pour bloquer la route et empêcher l’avancée des véhicules de police. De temps à autre, on pouvait apercevoir des jeunes émeutiers blessés tomber par terre puis portés par leurs acolytes avant de disparaître dans les rues sinueuses du quartier populaire de Delmonte. Des scènes aussi brutales étaient également constatées au niveau du quartier de Plateau où un débit de boissons alcoolisées a été pris pour cible.

Jusqu’à une heure tardive, la tension était toujours à son comble dans certains quartiers, comme Yaghmoracen.

Au quartier Haï Edhaya, ex-Petit Lac, des casseurs ont mis le feu au siège de la CNEP Immo, alors que celui mitoyen de la CNEP banque a été saccagé et pillé.

Un climat de terreur régnait tout au long de cette journée, qui a coïncidé avec la tenue des examens de sixième pour les élèves du primaire. Une journée que la population oranaise ne risque pas d’oublier de si tôt, même si le pire reste à craindre pour les jours à venir.

Source : Le Quotidien d’Oran

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires