Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 23:31
Social. Le Conseil général et la SA HLM des Chalets lancent l'opération « Louez confiant » pour rassurer les propriétaires et les inciter à louer.

L

Pour répondre à la crise du logement en Haute-Garonne, le Département lance une opération baptisée « Louez confiant ». Une première dans le Sud-Ouest. Un numéro d'appel à l'attention des propriétaires, le 05 34 33 46 25, a été mis en service hier ainsi qu'un site internet www.louezconfiant.com. Les particuliers qui hésitent à louer leur bien ou qui n'y parviennent pas, pourraient se laisser convaincre par cette offre « clés en mains ».

La SA HLM des Chalets, dont le conseil général est actionnaire, accompagne cette opération destinée à ramener du parc disponible sur le marché. « La SA des Chalets se chargera de guider le propriétaire dans la réalisation des travaux éventuels, vérifiera leur réalisation dans le respect des devis. Elle louera l'appartement directement au propriétaire et se chargera de le sous-louer à un occupant dont la situation est compatible avec les caractéristiques du logement », explique-t-on au conseil général.

Les propriétaires bailleurs sont souvent démunis face à un locataire récalcitrant. Par contre, une grande société HLM est habituée à gérer les dossiers délicats, elle a les structures pour. Une expertise technique du logement, des devis effectués par des entreprises du bâtiment reconnues, l'accompagnement dans la réalisation des travaux, plus de paperasses à faire (bail, état des lieux), le versement d'un loyer garanti pendant trois ans… Ces arguments pourraient décider des propriétaires qui ont été échaudés. Et cerise sur le gâteau, le conseil général s'engage à subventionner jusqu'à 30 % du montant des travaux. De quoi remettre rapidement dans le circuit, espère le président Pierre Izard, plusieurs centaines de logements.

En pratique

L'offre « Louez confiant » concerne les propriétaires qui, pour diverses raisons, possèdent un logement qui « dort ». Moyennant un forfait de 500 €/an (exemple pour un appartement de superficie moyenne, T3), la SA des Châlets décharge le propriétaire de tous les problèmes de gestion. L'appartement sera proposé à la location selon les barèmes de loyers supérieurs du parc HLM, soit 7,54€ le m2. Le conseil général finance une partie des travaux de remise en état et de mise aux normes. C'est souvent nécessaire pour des logements restés longtemps inoccupés. La subvention s'élève à 30 % du montant total des travaux réalisés jusqu'à 15 000€, soit une aide maximum de 4 500€.

Les propriétaires préfèrent ne pas louer plutôt que de s'engager dans une procédure d'impayés

Administrateur de biens, Marcel (nom d'emprunt) gère un patrimoine personnel de logements sur Toulouse et Saint-Gaudens. « Il y a eu énormément de constructions ces dernières années. Depuis, la demande est un peu morose dans la mesure où il y a beaucoup plus de choix. Mais si certains appartements ne sont pas loués ou sont inoccupés, c'est parce qu'il y a a eu énormément de loyers impayés. Les propriétaires préfèrent ne pas louer car les procédures d'expulsion sont longues et coûteuses, environ 2, 3 ans et les propriétaires se retrouvent avec des arriérés d'impayés, le coût de la procédure, plus très souvent les remises en état du logement, tout en continuant de payer les charges et le foncier… Ce qui arrive aussi assez fréquemment, c'est que les cautions ne sont également pas solvables non plus. Alors beaucoup de propriétaires deviennent réticents à louer leurs biens, même si certains organismes se portent garants, ce n'est que sur une durée limitée.

À Saint-Gaudens, actuellement, pour arriver à louer, certaines agences proposeraient aux accédants deux, voire trois mois de gratuité de loyer ! Quant à vendre leur bien, certains propriétaires préfèrent attendre un peu, souvent parce qu'ils ont des enfants ou petits enfants amenés à faire des études ou travailler à Toulouse par exemple. Autre cas de figure : des propriétaires ont investi avec des financements dans des biens neufs qu'ils ont loués.

Dans la mesure où ils ne sont pas réglés de leurs charges, les banques saisissent le bien. Il arrive alors que l'appartement soit vendu au tribunal alors que le locataire est encore dedans. Enfin, il y a des logements inoccupés car des investisseurs éloignés de Midi-Pyrénées ont acheté à distance et ont réalisé finalement de mauvais placements.

Pierre Izard, président du conseil général

Pourquoi le conseil général s'engage-t-il dans cette opération ?

Nous voulons activer tous les leviers pour faciliter l'accès au logement. Nous savons, à travers nos compétences sociales et le travail de terrain des élus, que les difficultés de logement persistent, en particulier pour les jeunes ménages actifs qui ont du mal à accéder à la propriété. C'est pourquoi on doit chercher à réduire autant que possible le nombre de logements vides. La croissance de la population continue, et nous aurons besoin de plus de logements. Renforcer l'offre, c'est aussi stabiliser les prix et les loyers.

Quelles garanties proposez-vous pour redonner confiance aux propriétaires ?

Ils pourront louer leur bien, en contrepartie de la facilité de gestion et de notre appui technique et financier si le besoin est avéré. Certains renoncent à pratiquer la location, car ils reculent devant les travaux ou les contraintes de gestion. Après avoir analysé ces difficultés, nous leur proposons une solution « clés en mains ». Les travaux de remise en état seront soutenus financièrement, effectués avec le soutien de la SA des Chalets qui se chargera de la gestion dans le cadre d'une sous-location.

Quel est le budget alloué par le département à cette opération ?

Nous n'avons pas fixé de limites à cette étape : nous aviserons en fonction des résultats. La règle est de subventionner les travaux nécessaires dans un logement à hauteur de 30 %, pour un coût plafonné à 15 000 euros hors taxe. Bien entendu, ce dispositif est expérimental. Nous devons inventer des moyens pour faire reculer l'exclusion.

 

Le DAL a priori favorable, à une réserve près

L'initiative du conseil général est accueillie « plutôt favorablement » par le comité Droit au logement 31 (DAL). 30 000 logements vacants ? À défaut de connaître les détails du projet départemental, le DAL juge positives la garantie locative ainsi que la sous-location. « La sous-location est une bonne alternative aux hôtels taudis qui coûtent beaucoup d'argent à la collectivité. Cela permet aussi d'améliorer la fluidité entre l'hébergement d'urgence, les foyers et le logement social ».

En revanche, le DAL se dit plus sceptique quant aux subventions pour travaux accordées aux propriétaires : « Il n'y a pas de mesures coercitives vis-à-vis des propriétaires. Et il ne faudrait pas que ces fonds leur permettent seulement de rénover leurs logements sans les mettre ensuite en location. Si cet argent ne sert pas à la construction de logements sociaux dont on sait la nécessité, la mesure peut être pervertie. ».

 

L'accès au logement est plus que jamais un défi pour les pouvoirs publics ainsi que pour les associations sur le terrain. De nombreuses familles, des jeunes couples, des étudiants ne trouvent pas de solutions pour se loger convenablement. Sans parler des cas les plus dramatiques. Pourtant, d'après une enquête de l'Insee, il y aurait plus de 30 000 appartements inoccupés dans Toulouse et d'autres communes de Haute-Garonne. Pourquoi ces logements ne sont-ils pas loués ? Comment inciter les propriétaires à mettre leurs biens sur le marché ?


 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires