Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 00:23

Article en PDFImprimer l'articleEnvoyer l'article

Le RCD demande une commission d’enquête parlementaire


Les violents affrontements qu’a connus récemment la ville de Berriane suscitent toujours des interrogations et des réactions de différentes parties.


En dépit de la constitution d’une commission d’information parlementaire, le groupe parlementaire du parti de Saïd Sadi s’est dit non satisfait de cette initiative et revendique avec insistance une commission d’enquête parlementaire en bonne et due forme pour faire la lumière et situer les responsabilités sur les événements qui ont secoué ces derniers mois cette région. Néanmoins, cette fois-ci, le RCD a pris toutes ses précautions afin d’éviter un quelconque refus de la part du bureau de l’Assemblée par rapport à leur proposition. Dans ce sens, ils ont pu recueillir 36 signatures d’élus approuvant entièrement leur démarche. La formation de Saïd Sadi estime qu’il est impérativement nécessaire de mettre sur pied cette commission pour tirer définitivement au clair cette affaire et découvrir à qui profite réellement cette situation d’embrasement et de crise. Rappelant la genèse de ces événements tragiques, les élus du RCD feront remarquer que cette région située à Ghardaïa a vécu, depuis le 19 mars 2008, trois violents affrontements entre ses citoyens qui ont malheureusement occasionné trois décès, des dizaines de blessés et des dégâts matériels considérables. Très critique envers les autorités locales et centrales, le RCD regrette que ni les autorités locales, en l’occurrence le wali et le chef de daïra, ni centrales n’ont estimé à sa juste mesure la gravité de la situation. De l’avis du RCD, ces autorités et les services de renseignement ont failli à leur mission du fait qu’ils n’ont pas pu prévenir ces confrontations. « Nous voulons connaître la teneur et la consistance des rapports adressés par le wali aux autorités centrales », soutiennent les députés du RCD qui rappellent que les services de sécurité n’étaient pas intervenus à temps lors des premiers affrontements du 19 mars. « Même leur intervention n’avait pu ramener le calme. D’ailleurs, ils avaient fait évacuer les lieux sans pour autant s’assurer d’un véritable retour au calme. Les citoyens avaient été privés d’un droit constitutionnel, celui de la protection de leur personne et de leurs biens », ont déploré les élus du rassemblement qui ne saisissent pas la démarche des autorités et des services de sécurité, qui n’ont pas réussi à séparer les protagonistes lors de la reprise des affrontements. La commission composée de notables et de représentants de la société civile, installée au lendemain des événements, a-t-elle bénéficié de tous les moyens pour accomplir sa mission ? s’est interrogé le groupe parlementaire du RCD qui, plus loin, s’interroge encore sur l’identité des hommes cagoulés dont les citoyens de Berriane confirment la non-appartenance à leur ville. Le RCD veut comprendre pourquoi les aides promises par le chef du gouvernement ne sont jamais arrivées à destination ? Pourquoi le wali et le chef de daïra n’ont pas été limogés, alors que cela a été une revendication de la population ? En somme, le RCD s’interroge sur les véritables causes de la crise. « Sont-elles politiques ou concernent-elles des groupes d’intérêts ? Ces lobbies s’affolent parce que ces élus ont décidé d’un audit et du traitement de tous les dossiers douteux. Cette démarche va à contre-courant des intérêts de ces lobbies qui ont décidé dès lors de semer le trouble », a souligné le parti de Saïd Sadi


Source El Watan


Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires