Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 23:00

Algérie - La Kabylie dans la gueule du loup

Banditisme, Terrorisme Et Chômage (2/3)


 

Suite de l’article d’hier….

 

0,05 litre de lait/jour pour chaque citoyen


Malgré les efforts consentis par l’Etat pour relancer le secteur de l’agriculture, son essor reste cependant très loin. Les causes sont diverses et généralement elles n’ont rien à voir avec la gestion de ce secteur. Elles sont essentiellement liées à la nature et la sociologie de la région. La wilaya n’assure même pas son autosuffisance.

La production laitière représente un exemple édifiant en la matière. Pour environ 3 millions d’habitants, 65 millions de litres sont produits chaque année, soit près de 179.000 litres par jour. Ce chiffre indique que l’habitant ne dispose que de 0,05 litre journellement. C’est dire à quel point la situation est précaire et que le secteur de l’agriculture est loin d’être un chapitre essentiel du développement.

La surface agricole utile (SAU) de la wilaya est très réduite. Elle est estimée à 98.725 ha. Elle ne représente que 33% de la superficie totale de la wilaya et 38% de l’ensemble des terres affectées à l’agriculture (258.253ha). La répartition de la SAU par comme les nombreuses autres pratiques propres à la Kabylie, sont capables de produire une mune fait ressortir que la grande partie est située en zone montagneuse sur des attractivité pour les touristes du monde entier. Mais, au-delà des chiffres, existent des réalités amères au vu de ce que sont devenus ces trésors.

Les complexes touristiques du littoral sont à l’abandon ou bien cédés à des prix qui ne reflètent guère la volonté de développer ce secteur dans la wilaya. Les complexes appartenant aux privés n’ont pas fermé mais leur situation n’est pas meilleure pour autant. A Tigzirt, à titre d’exemple, ne demeurent fonctionnels que les bars, les snacks et les réseaux de prostitution qu’ils ont engendrés.

Quelles sont donc les raisons qui ont participé à la décadence, voire à la ruine du tourisme? Tout d’abord, Il convient de signaler que la tragédie nationale vécue par notre pays n’a pas nui uniquement aux sites touristiques de la wilaya de Tizi Ouzou, mais à toute la dynamique du développement touristique à l’échelle nationale. Durant les années 90, la RN24 qui relie les villes côtières de la wilaya à Boumerdès à l’ouest et Béjaïa à l’est, était quasiment infréquentable.

L’activité terroriste de cette décennie dans le massif forestier de Mizrana, empêchait toute volonté de se rendre aux plages de Tigzirt et Azeffoun par l’ouest. Ce n’est cependant pas uniquement cet axe routier qui en a souffert mais également la RN72 qui relie la côte à la capitale du Djurdjura, Tizi Ouzou. Ainsi donc, c’était tout le littoral qui tombait dans un enclavement mortel pour le secteur.

Le tourisme de montagne n’en est pas, lui aussi, sorti indemne. Le massif forestier du Djurdjura comme celui de l’Akfadou qui était le paradis des touristes étrangers et nationaux, s’est vu envahi par ces groupes terroristes. Ajouté à cela, le banditisme qui clôt ce tableau noir. Par ailleurs, même sans ces menaces, le secteur du tourisme serait en souffrance.
Les complexes étatiques qui s’en allaient l’un derrière l’autre laissaient le terrain au privé qui était encore loin du professionnalisme nécessaire.

Le manque de main-d’oeuvre qualifiée dans le domaine du tourisme a aussi joué un rôle considérable dans la dégradation de la situation du secteur.
Avant l’entrée de notre pays dans l’économie de marché, l’activité industrielle dans la wilaya était dominée particulièrement par quatre unités de production d’importance nationale, implantées le long de la vallée du Sébaou. Dans la zone industrielle de Oued Aïssi, la plus importante de la wilaya avec celle de Draâ Ben Khedda, il y avait cette usine de production d’appareils électroménagers, l’Entreprise nationale de l’industrie électroménagère (Eniem). Cette unité qui résorbait le chômage, employait 2385 ouvriers.

 

Source l’Expression

 

Le Pèlerin

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires