Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 23:41
Les dernières enquêtes de l'Insee prévoient qu'un habitant sur trois aura alors plus de 60 ans.
Midi-Pyrénées bientôt surpeuplée ?



Enquête après enquête, la tendance reste la même : le Grand Sud connaît un accroissement de population qui ne faiblit pas. Ainsi, la population s'accroît deux fois plus vite que dans le reste de la France. Avec Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées est carrément en tête des régions françaises.



De 2,7 millions en 2005, nous devrions passer à 3,3 millions d'habitants en 2030, soit un accroissement de plus de 600 000 personnes !

 

Bien sûr, celui-ci ne serait pas réparti de façon équitable entre les différents départements. On le devine sans peine, c'est la Haute-Garonne, boostée par Toulouse, qui accaparera plus de 80 % des nouveaux arrivants. À l'inverse, les Hautes-Pyrénées, mais surtout l'Aveyron, verront leur nombre d'habitants reculer.

De nouveaux défis en perspective, que ce soit en terme d'emplois, d'urbanisme, de réseaux de communication, bref, de qualité de vie.

La population vieillit moins vite

Autre défi, celui du vieillissement de la population. Jusqu'à présent, Midi-Pyrénées faisait partie des « vieilles » régions françaises. Mais cela devrait quelque peu changer en 2030, bien que l'espérance de vie y soit un peu plus élevée que pour la moyenne des autres régions. En effet, l'Insee prévoit que la région connaîtra le plus faible taux - après l'Ile-de-France - de progression des plus de 60 ans. Avec 31,1 % de seniors au sein de sa population en 2030, Midi-Pyrénées sera ainsi la onzième région sur vingt-deux.

L'explication tient dans une spécificité : ce n'est pas le solde naturel (naissances moins décès) qui permet à la région de progresser, mais l'apport migratoire, avec des arrivées beaucoup plus massives que les départs. Et, c'est encore un record, c'est en Midi-Pyrénées que l'on accueille le plus de jeunes (Paris mis à part). 70 % des nouveaux arrivants ont moins de 40 ans (contre 45 % pour la moyenne nationale) et 41 % sont diplômés de l'enseignement supérieur (contre 22 %). Un véritable cercle vertueux à même de pérenniser le dynamisme actuel.

 

Évolution par départements

Pour mesurer l'évolution des populations jusqu'en 2030, l'Insee se base sur le maintien de la fécondité à son niveau de 1999, la baisse de la mortalité au même rythme que la tendance nationale et les flux migratoires calculés entre les recensements de 1982 et 1999. En voici les résultats :

Ariège. 146 527 habitants en 2005, qui passeront à 165 730 en 2030 (+13,1%).

Aude. 337 000 habitants en 2005, 372 000 en 2030 (+10,39%).

Aveyron. 271 258 en 2005 ; 265 522 en 2030 (-2,11%).

Hte-Garonne. 1 155 838 en 2005 ; 1 652 270 en 2030 (+42,95%).

Gers. 179 662 en 2005 ; 183 622 en 2030 (+2,2%).

Lot. 168 000 en 2005 ; 184 705 en 2030 (+9,94%).

Lot-et-Garonne. 317 816 en 2005 ; 332 400 en 2030 (+4,59%).

Hautes-Pyrénées. 229 858 en 2005 ; 228 015 en 2030 (-0,8%).

Tarn. 362 746 en 2005 ; 388 558 en 2030 (+7,12%).

Tarn-et-Garonne. 221 335 en 2005 ; 258 629 en 2030 (+16,85%).

Interview. Olivier Léon, démographe à l'Insee, analyse les dernières études statistiques.
« Sans les migrations, la population baisserait »

Avec Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées connaît la plus forte croissance de population. Pourquoi ?

Ce sont principalement les migrations qui constituent le moteur de la croissance. Sans elles, la population baisserait en Midi-Pyrénées, ce qui n'est pas le cas dans toutes les régions. Au nord, à l'ouest ou en Ile-de-France, le solde entre naissance et décès suffirait.

L'attractivité de la région s'explique par tout un ensemble de facteurs : le cadre de vie propice (l'héliotropisme par exemple), un cadre économique favorable (avec des emplois qualifiés comme, notamment grâce à l'aéronautique), des logements moins chers, des temps de transports moindres, etc. Les Franciliens trouvent par exemple à Toulouse les avantages des grandes villes, sans en avoir les inconvénients. Enfin, ce ne sont pas seulement des retraités qui viennent en Midi-Pyrénées, il y a aussi beaucoup de jeunes couples.

Par contre, le taux de fécondité est plus faible dans le Grand Sud que la moyenne française. Comment l'explique-t-on ?

On note carrément une ligne Biarritz-Strasbourg, une diagonale qui coupe la France en deux. En dessous de celle-ci, le taux de fécondité est plus faible qu'ailleurs. C'est assez compliqué à expliquer, cela fait appel à des comportements pour partie liés à l'Histoire. Ainsi, dans le Béarn avant la Révolution, l'aîné de la famille captait tout l'héritage. Donc les familles avaient moins d'enfants, pour moins le dilapider. Et ceci a perduré par-delà les siècles. Dans le nord-est de la France, on l'explique plutôt par la présence forte des protestants.

On prédit 600 000 habitants de plus en 2030 dans la région. Mais des départements perdraient des habitants. N'y a-t-il pas un risque de déséquilibre ?

L'estimation milite pour une concentration de la population en Haute-Garonne. Si ça dure, on aura effectivement des déséquilibres, mais qui pourraient alors être contrebalancés par des facteurs changeants comme une hausse des prix de l'immobilier, ou un accident économique.

 

Source La Dépêche du Midi

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires