Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 06:55

Alors que les stocks de blé ne couvrent que l’année 2008
L’incertitude plane sur la baguette de pain

Si le spectre d’une pénurie de pain est écarté pour le prochain semestre, le doute et la crainte sont légitimes pour les années à venir au vu de la conjoncture économique mondiale.

Alors que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) demande des mesures concrètes pour affronter la faim et la malnutrition, l’Office algérien interprofessionnel des céréales(Oaic) se veut rassurant. Les mesures prônées par la FAO devraient également contribuer à faire face à la flambée des prix des produits alimentaires, la pénurie de ressources en terre et eau, le changement. Cependant, selon l’Oaic, la semoule et la farine seront disponibles sur le marché algérien.
Les approvisionnements du marché national en blé ne seraient pas perturbés grâce aux stocks qu’il a constitués. Les stocks en blé constitués par l’Office algérien interprofessionnel des céréales (Oaic) «peuvent couvrir les besoins du marché national pour l’année 2008 et au-delà», a souligné hier le directeur général de l’Office, M.Kassem Mohamed. S’exprimant lors d’une conférence de presse, le premier responsable de l’Oaic soutient que «ces stocks sont suffisants pour couvrir toute la demande nationale pour une longue période».
Selon le premier responsable de l’Oaic, le prix de la baguette de pain ne connaîtra pas de sitôt la moindre augmentation. Tant mieux pour les petites bourses dont le pouvoir d’achat ne cesse de s’éroder. L’Oaic a pris les devants. Bien mieux, dans un communiqué rendu récemment public, l’Office a précisé qu’il a anticipé sur le marché, «en sécurisant les approvisionnements, dès les prémices de l’amenuisement de l’offre sur le marché mondial et de la flambée des cours des denrées alimentaires sur les marchés internationaux».
Cependant, le premier responsable de l’Oaic n’a pas fourni le moindre détail relatif au volume total des stocks disponibles.
Le directeur de l’Oaic a simplement indiqué que le volume des achats effectués par l’Office durant 2007 et une partie de 2008 sur les marchés internationaux ont atteint 5,135 millions de tonnes de blé tendre, tandis que les quantités des achats du blé dur ont été de l’ordre de 1,5 million de tonnes.
Cette assurance intervient dans un état d’alerte mondial sur la sécurité alimentaire. D’ailleurs, un sommet mondial sur la crise alimentaire, auquel prend part Saïd Barkat, ministre de l’Agriculture, se tient à partir d’aujourd’hui à Rome en présence d’une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement.
Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon donnera le coup d’envoi du sommet aujourd’hui aux côtés du président italien, Giorgio Napolitano, et du directeur général de la FAO, Jacques Diouf. Ban Ki-moon devrait dévoiler dans son discours un «plan d’action» contre la crise alimentaire, énonçant des principes d’action pour faire face à l’envolée des prix.
Ce plan devrait être discuté au cours de la conférence par les 193 pays membres.
La crise alimentaire a touché de plein fouet les pays les plus pauvres de la planète et a provoqué des émeutes en Afrique, dans les Caraïbes et en Asie. Les biocarburants figureront parmi les sujets épineux abordés, tout comme la question des politiques commerciales soupçonnées d’aggraver la crise. De ce fait, l’assurance du premier responsable de l’Oaic est en déphasage avec la réalité. En effet, la consommation nationale est estimée à 60 millions de quintaux. Et la production nationale, selon les spécialistes, ne devraient pas dépasser les 37 millions de quintaux récoltés l’année dernière en raison d’un climat défavorable. De ce fait, l’Oaic, en tant que régulateur du marché national en blé, sera amené à revoir à la hausse ses volumes d’importation. D’ores et déjà, on apprend que l’Etat négocierait un autre contrat d’importation de blé avec les Américains de 600.000 tonnes de blé. D’autant qu’une fluctuation des prix n’est pas à écarter dans les prochains mois sur le marché international du blé. Sachant que le pays est dépendant en matière de céréales de l’étranger, on n’est pas près de sortir du moulin. Et afficher, aujourd’hui, une certaine autosuffisance en la matière, relève de l’utopie.
Et ce ne sont pas les mesures du gouvernement consistant en l’achat, par l’Etat, de la production nationale de blé dur et tendre, à des prix proches de ceux pratiqués sur le marché mondial, qui changera la donne.
D’ailleurs, le gouvernement a alloué une enveloppe de 55 milliards de DA en 2007 pour stabiliser les prix de la farine et 90 MDA pour subventionner la semoule pour que les meuniers puissent vendre leur produit à des prix accessibles aux larges couches de la population. Pour ce faire, le gouvernement aura du pain sur la planche.

Source l’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires