Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 06:09

Zerhouni l’a annoncé hier à Naâma
Bientôt un nouveau découpage administratif


La dynamique du système urbain en Algérie est marquée par l’expansion spectaculaire des grandes villes (plus de 100 000 habitants) du Nord, depuis l’indépendance et jusqu’à 1980. de même qu’actuellement, les grandes villes continuent de croître, mais c’est surtout dans les petites et moyennes villes (3 000 à 50 000 habitants) que les niveaux de croissance les plus élevés sont enregistrés. Le processus d’urbanisation connaît donc un nouvel essor.



Il s’agit de l’extension des petites agglomérations, qui ont imprégné le système urbain en Algérie. Ce sont surtout celles du Sud et du Centre qui sont marquées par le mouvement d’urbanisation. Ce changement urbain et social ne peut être accompagné que par un remodelage du territoire national, administrativement parlant, et ce, par la création de nouvelles daïras et wilayas à même de répondre au mieux à la notion de la gestion de proximité générée par la gouvernance moderne.
A ce sujet, le  nouveau découpage administratif, en cours d'élaboration, tant attendu par les populations des zones rurales, sera présenté très prochainement pour examen au conseil du gouvernement. C’est ce qu’a annoncé, hier, en marge de  la cérémonie d’installation du nouveau wali de Naâma, Noureddine Yazid Zerhouni, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales. Dans le même ordre d’idées, l’intervenant a précisé que «le concept est de créer des circonscriptions administratives qui auront vocation à se hisser au rang de wilayas» avant d’ajouter que «nous allons désigner, au niveau de ces circonscriptions administratives, aux lieux et places de chefs de daïra, des walis délégués dont la première mission sera de mettre en place les services nécessaires aux fonctionnements d'une wilaya», a-t-il renchéri. Pour M. Zerhouni, «ces walis délégués seront assistés de directeurs délégués qui travailleront sous la tutelle des directeurs de la wilaya-mère», en  soulignant qu’«au fur et à mesure de la mise en place de tous les services nécessaires, nous officialiserons la mise en place de la nouvelle wilaya».
En effet, il faut souligner que le nouveau découpage administratif est très attendu par les habitants de certaines régions, surtout pour la population qui réside  loin du chef-lieu de wilaya. Nous pouvons prendre à titre d’exemple, le cas d’Aïn Salah dont l’éloignement du chef-lieu de wilaya de plus de 800 km, illustre l’exemple des problèmes que peuvent rencontrer les habitants de cette région.
L’exemple qui vient d’être cité n’implique pas uniquement le problème des distances entre les régions. Cela signifie peut-être que les nouvelles wilayas vont être créées en appliquant le critère de l’éloignement géographique du chef-lieu qui est visible majoritairement dans les Hauts-Plateaux et le Sud du pays.
Au Nord, en revanche, le principal critère du nouveau découpage sera probablement celui de la masse de la population et le nombre des communes. Il faut noter que dans certaines daïras du centre du pays, il y a  plus de un million d’habitants alors que la moyenne se situe entre 400 000 et
500 000 habitants.
A ce sujet, les wilayas concernées seront probablement Alger, Constantine, Oran, Annaba et Sétif.
A titre d’exemple, la wilaya d’Alger, qui est la plus petite en termes de superficie, avec 809 km2, compte la plus importante densité de population avec, plus de  trois millions d’habitants.
Il faut noter également qu’en termes de superficie,  25 des 48 wilayas que compte le pays ont une superficie comprise entre 800 et 7 000 km2, 11 wilayas ont une superficie comprise entre 20 000 et 90 000 km2  et 6 wilayas ont une superficie supérieure à 90 000 km2.

 

 

 

Source la Nouvelle République

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires