Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 23:34

Power 8 réveille les nationalismes à EADS

Les salariés français d'Airbus estiment que leurs homologues allemands font moins d'efforts dans le cadre du plan d'économies.

 

De tout temps nos cousins germaniques ont été bien mieux rénumérés que les Français et de tout temps les Français ont accepté cela…Oh on vous dira que cela n’est pas vrai …..mais si tel est le cas, je vous citerai des exemples…J’ai eu des Allemands sous mes ordres à Airbus ; ils avaient un salaire deux fois supérieur au mien, moi leur responsable hiérarchique…Oh le differenciel va s’amenuiser avec le temps mais enfin….A un niveau hiérarchique élevé ce phénomène s’estompe….

Sur le plan de la motricité devant l’effort industriel, les Français ont été toujours les moteurs d’Airbus ….Les Allemands mieux organisés ont su en profiter tout en mettant la pédale douce…Malgré un manque notoire de culture aéronautique….Ce sont des gestionnaires avant tout et parfois au dépens du client qui nous fait vivre. Je comprends que les Salariés, principalement français se rebellent….

Je vous fais parvenir ce petit article qui traduit un certains agacement au sein du clan français alors que côté allemand on est toujours en retard sur l’industrialisation des tronçons allemands de l'A380 et les fameux harnais (câblages) dont nos amis allemands sont responsables….Cette affaire là aura couté à Airbus la peau des fesses…

 

Le Pèlerin

Début de citation

 

Une note interne d'EADS qui met en évidence une «volonté allemande d'hégémonie». Une chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Toulouse qui accuse l'Allemagne d'avoir fait capoter la vente des sites de Méaulte et Saint-Nazaire à Latécoère. Et un groupe de cadres anonymes d'Airbus qui dénonce, dans un document dévoilé par le site Bakchich, la mainmise des dirigeants allemands. Pas de doute : les querelles nationales sont de retour au sein du groupe européen d'aéronautique et de défense. En cause, la répartition des efforts exigés par le plan Power 8 entre les différents pays. «On a le sentiment, sinon la certitude, que le plan n'avance pas aussi vite en Allemagne qu'en France», explique Bernard Valette, de la CFE-CGC. Retard confirmé - et relativisé - par le bilan d'étape dressé par Louis Gallois, PDG d'EADS, lors de sa visite à Toulouse le 29 mai : l'Allemagne serait à 23% de suppressions de postes effectives dans le cadre de Power 8, contre 39% pour la France. La différence sera résorbée avant la fi n de l'année, assure-t-on à EADS.
En attendant, Louis Gallois s'emploie à jouer les pompiers de service en martelant ce message : il n'y a aucun déséquilibre franco-allemand à Airbus. «J'en ai par-dessus la tête de ces procès sans fondement, continuellement sur le même ressort : «Les Allemands nous piquent tout et ne sont pas capables.»» Quelques jours plus tôt, il pestait contre la rumeur récurrente de responsabilités allemandes dans les nouveaux retards de l'A 380 : «Certains semblent avoir intérêt à mettre de l'huile sur le feu.» Au siège d'EADS, on évoque explicitement une campagne orchestrée par François Junca, patron de Latécoère, et Claude Terrazzoni, président de la CCI de Toulouse et ancien de l'Aerospatiale.

«Ambiance délétère»


Mais la fronde semble déjà avoir gagné les usines. «C'est le grand retour du nationalisme, déplore Xavier Petracchi, de la CGT Airbus. Il y a un déséquilibre évident entre France et Allemagne dans l'application de Power 8, mais ça ne peut justifier les débordements actuels.» Au centre des préoccupations, la situation à Toulouse, où 2 000 salariés allemands ont été envoyés en renfort pour participer au câblage de l'A 380. «Les Français ont un peu pris ça comme une invasion, témoigne un ingénieur. L'ambiance est assez délétère.» Même le choix de Diehl Aerospace, préféré au français Zodiac pour reprendre l'usine allemande de Laupheim, est scruté à travers le prisme de la rivalité franco-allemande : si l'équipementier est détenu à 49% par le Français Thales, l'essentiel de son outil industriel et de ses centres de décision sont en Allemagne. «C'est un faux procès, Diehl était le mieux-disant», assure-t-on à EADS.
Ce regain de tensions arrive au pire moment pour Louis Gallois, qui doit composer avec l'épée de Damoclès d'une prochaine convocation, voire d'une mise en examen, de sept cadres dirigeants du groupe visés par le rapport d'enquête de l'AMF, après la garde à vue de l'ancien patron, Noël Forgeard. De quoi bousculer encore le fragile équilibre au sein de l'état-major.

Fin de citation

Partager cet article
Repost0

commentaires