Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 23:30

Jugurtha - Un roi berbère et sa guerre contre Rome 

Bomilcar se mit à l'œuvre et chercha à décourager le roi. Après avoir écouté un moment les mauvais conseils de son collaborateur, Jugurtha ne put supporter l'idée d'un esclavage éventuel et reprit la lutte de plus belle. Profitant d'un relâchement de l'armée romaine, (au cours de l'hiver 109-108) occupée à suivre les intrigues de Marius pour accéder au consulat et remplacer Metellus, le roi numide organisa le soulèvement de la population de Vaga qui massacra la garnison romaine, le jour de la fête des Cereres.

Une violente politique de répression suivit ce « coup » de Vaga. « Cependant Jugurtha, ayant renoncé à se rendre et résolu de recommencer la guerre, s'y préparait avec une ardeur fébrile. Il levait des troupes, cherchait à gagner par la terreur ou par l'appât des récompenses les cités qui s'étaient détachées de lui, fortifiait les places, faisait réparer les armes, en achetait de nouvelles, des traits, des projectiles de toute sorte, pour remplacer ceux qu'il avait livrés dans l'espoir d'une paix. Il attirait à lui les esclaves des Romains, s'efforçait de corrompre les soldats de nos garnisons. Pour tout dire, il n'y avait pas de moyen qu'il ne tentât, d'argument qu'il ne fit valoir, d'occasion qu'il ne négligeât. »
 L'échec du complot contre Jugurtha fut également le début d'une nouvelle vie pour le roi dont certains familiers comme Bomilcar ou Nabdalsa avaient trahi la confiance. « À partir de cette époque, il ne connut plus de repos, ni de jour ni de nuit... Au fond, ce qu'il craignait, c'était la trahison, et il croyait pouvoir y échapper en multipliant ses déplacements, jugeant que l'exécution de tels desseins nécessite toujours un temps plus ou moins long avant que s'offre un concours de circonstances favorables. » 
 Pour l'armée romaine également, la campagne de l'année 108 est marquée par un changement dans la stratégie. Metellus, après une attaque surprise au cours de laquelle il ne réussit, cependant, pas à vaincre Jugurtha, décida de pénétrer au cœur du pays numide et d'engager de longues opérations où il s'attaquerait aux centres qui soutenaient Jugurtha.
 À Thala, ville du sud, « dont l'emplacement est discute », la population a résisté quarante jours au siège que lui imposaient les Romains. « Les défenseurs voyant leur ville perdue, transportèrent tous leurs biens, tout l'or et l'argent au palais, et livrèrent tout aux flammes : le palais, les trésors et leurs corps, préférant la mort à la servitude. »
 Ainsi, les effets escomptes par les opérations de Metellus se révélaient inefficaces, puisqu'après la perte de Thala, Jugurtha entreprit de former une armée parmi les populations du sud de la Numidie, et renforça ses positions par une alliance avec le roi de Maurétanie, son beau-père, Bocchus.
 « Donc, les armées se réunissent en un lieu convenu entre les deux rois. Là, après un échange de serments, Jugurtha cherche par son discours à exciter l'ardeur de Bocchus : les Romains, peuple injuste d'une rapacité sans frein, sont les ennemis de l'humanité. Le motif de leur guerre contre Bocchus est celui-là même qui les arme contre lui, Jugurtha, et contre tant d'autres, c'est leur soif de domination. Ils voient un ennemi dans toute puissance autre que la leur. Aujourd'hui Jugurtha. Hier Carthage, le roi Persée. Demain tout peuple, quel qu'il soit, s'il est trop riche à leur gré. » 
 Les deux rois s'avancèrent alors vers l'Est, en direction de Cirta que Metellus avait occupée et où il avait fait « entreposer son butin, ses prisonniers et ses bagages ». Mais le proconsul romain refusait le combat et se protégeait dans un camp retranché. C'était la fin de l'année 108 et voici que des nouvelles de Rome lui apprirent que son légat, Marius, venait d'être élu consul chargé de conduire la guerre en Numidie. Marius intriguait depuis longtemps contre Metellus et entretenait des rapports avec un demi-frère de Jugurtha, nomme Gauda.
 Comme son prédécesseur, Marius recruta de nouveaux et importants contingents pour rentrer en Numidie. Il y avait déjà une importante armée d'occupation, mais, faute de précisions, il est difficile d'avancer le moindre chiffre. Les combats reprirent au printemps de l'année 107 et Marius, poursuivant la tactique de Metellus, s'efforçait de couper Jugurtha de ses bases d'appui et de ravitaillement. N'ayant enregistré aucun succès, il voulut, à l'exemple de son ancien chef, s'emparer d'une ville du sud. Ce genre d'opérations frappait l'opinion publique à Rome et permettait aux militaires de recevoir une aide accrue. À la fin de l'été, Marius réussit à occuper Capsa (Gafsa) qui « fut livrée aux flammes. Les Numides adultes furent massacrés ; tous les autres vendus comme esclaves... ». Cet acte, Salluste le reconnaît, était contraire aux lois de la guerre. Le deuil et le carnage se répandaient partout. L'auteur passe ensuite sous silence tout ce qui a pu se produire au cours de l'hiver 107 jusqu'au printemps 106 où une place forte située à la limite de la Numidie et de la Maurétanie, près du fleuve Muluccha (Moulouya), tomba aux mains des Romains qui purent s'emparer du trésor de Jugurtha. Cette longue expédition à travers toute la Numidie, et sur laquelle Salluste ne dit mot, fait l'objet de discussion entre les historiens.
Comment expliquer, en effet, que Salluste ne mentionne pas un trajet aussi long, surtout quand il ajoute que le questeur Lucius Cornelius Sulla (Sylla) a rejoint Marius jusqu'au fortin de la Muluccha ? Sur les invraisemblances du texte de Salluste, est-il utile de répéter qu'il n'existe pas d'autre texte qui permette de le corriger ou de le compléter ? Cependant, il est à constater que la guerre menée par les Romains contre Jugurtha avait pris une tournure particulière et surtout qu'elle se poursuivait depuis plus de quatre ans.
À l'arrivée du questeur Sylla, il n'était pas impossible que, forts d'un gros apport de troupes, le consul Marius puis son questeur cherchèrent à occuper le pays et à risquer de s'enfoncer profondément à travers la Numidie.
« Cependant Jugurtha, qui venait de perdre Capsa et plusieurs autres places importantes, ainsi qu'une grande partie de ses trésors, avait demandé à Bocchus d'amener au plus tôt ses troupes en Numidie : le temps était venu, selon lui, de livrer bataille... Bocchus rejoignit Jugurtha à la tête d'une armée considérable et tous deux, ainsi réunis, marchèrent contre Marius qui était en train de regagner ses quartiers d'hiver. »
 Juste avant l'hiver 106, peut-être en octobre, eurent lieu deux batailles, séparées par un intervalle de quelques jours, que se livrèrent les deux armées. Au cours de la première, favorable à l'armée de Jugurtha et de Bocchus, Marius avait réussi à échapper à un désastre et à un massacre de son armée. Jugurtha engagea la seconde bataille près de Cirta : « Marius se trouvait alors à l'avant-garde où Jugurtha dirigeait en personne la principale attaque. À la nouvelle de l'arrivée de Bocchus, le Numide s'éclipse discrètement et accourt avec précipitation, suivi d'une poignée d'hommes, du côté où combattent les fantassins de son allié. Là, il s'écrie en latin - il avait appris cette langue au siège de Numance - que  «toute résistance des Romains est vaine, qu'il vient de tuer Marius de sa propre main »... Ces paroles jettent l'épouvante dans nos rangs. »
Grâce à cette ruse de Jugurtha, les Romains faillirent connaître une seconde défaite, mais l'intervention de Sylla renversa les chances et la rencontre fut défavorable aux deux rois. Bocchus, découragé, chercha à négocier, tandis que Jugurtha poursuivait, infatigable, la lutte contre Marius. Mais ce dernier, probablement sous l'influence de Sylla, au lieu d'opérations hasardeuses et difficiles dans lesquelles s'enlisait l'armée romaine, préféra la voie des pourparlers avec Bocchus.
Les Romains voulaient amener Bocchus à leur livrer Jugurtha. Hésitant, Bocchus finit par faire croire à Jugurtha que des tractations étaient en cours avec les Romains pour la signature d'un accord. Jugurtha lui fit répondre qu'il était « prêt à signer et à accepter toutes les conditions mais qu'il n'avait que peu de confiance en Marius. Combien de fois a-t-on déjà signé avec les généraux romains des traités de paix qui sont demeurés sans valeur ? ».
 Il proposa donc à Bocchus de lui livrer Sylla contraignant ainsi Rome à signer. Le roi maure fit mine d'accepter cette dernière proposition tout en préparant un guet-apens qui lui permit de livrer Jugurtha « chargé de chaînes » à Sylla. Ce dernier le conduisit chez Marius, en automne de l'année 105. Fidèle soutien des Romains, le roi Bocchus fut récompensé en ajoutant à ses États ceux de Numide qu'il avait trahi.
Le récit de Salluste s'arrête presque net à ce point, passant sous silence la fin tragique réservée à l'aguellid numide qui avait âprement défendu l'indépendance de sa patrie. Plusieurs années de guerre avaient été nécessaires pour tenter de venir à bout du redoutable Jugurtha que l'on considérait, en Italie même, comme un second Hannibal. Et encore ne fut-il pris que par traîtrise...
C'est Plutarque qui nous a transmis un récit détaillé de l'exécution de Jugurtha qui eut lieu, le 1er janvier 104, pendant le triomphe de Marius : « Revenu d'Afrique avec son armée, il (Marius) célébra en même temps son triomphe et offrit aux Romains un spectacle incroyable : Jugurtha prisonnier ! Jamais aucun ennemi de ce prince n'aurait jadis espéré le prendre vivant, tant il était fertile en ressources pour ruser avec le malheur et tant de scélératesse se mêlait à courage !... Après le triomphe, il fut jeté en prison. Parmi ses gardiens, les uns déchirèrent violemment sa chemise, les autres, pressés de lui ôter brutalement ses boucles d'oreilles d'or, lui arrachèrent en même temps les deux lobes des oreilles. Quand il fut tout nu, on le poussa et on le fit tomber dans le cachot souterrain... Il lutta pendant six jours contre la faim et, suspendu jusqu'à sa dernière heure au désir de vivre...  », il aurait été étranglé, selon Eutrope, par ordre de Marius.
C'est dans la prison du Tullianum, sur le Forum romain, que l'illustre condamné subit ces ultimes supplices. Ses deux fils, qui avaient précédé le char du triomphe, furent envoyés à Venusia, où ils passèrent leur vie dans la captivité.
Le roi du Pont, Mithridate, reprocha aux Romains leur barbarie envers le petit-fils de Massinissa. « Si l'action de Jugurtha fut un essai conscient d'unir tous les Berbères dans une guerre patriotique, c'est en vain qu'on cherchera une preuve dans Salluste, car Jugurtha n'y est que prétexte à un jugement moral sur Rome, et ses chefs », écrit A. Laroui, dans un de ses récents ouvrages, à propos du texte du Bellum Jugurthinum qui constitue pratiquement notre seule source d'étude du roi numide.
Effectivement, toute la première partie de l'œuvre de Salluste, qui va de la jeunesse de Jugurtha jusqu'à sa résistance à Metellus, a toujours constitué un obstacle pour la recherche d'une histoire impartiale. Les événements de la guerre dite de Jugurtha nous apprennent finalement peu de choses sur ce personnage, hormis quelques détails sur sa jeunesse et sa vie de résistant. Mais que fut le roi ? Comment administrait-il son royaume ? Quelles étaient ses ressources ? Cela Salluste ne le dit pas et aucun auteur ancien ne s'en est soucie, laissant ainsi un aspect important de la vie de cet homme dans l'ombre. C'est ce qui rend d'ailleurs Jugurtha si énigmatique et si attirant à la fois.
Pour la majorité des chercheurs qui se sont intéressés à Salluste et à son œuvre, la Guerre de Jugurtha est considérée plutôt comme une œuvre de composition harmonieuse où la recherche de l'effet dramatique est prédominant. On peut se demander également dans quelle mesure le séjour de Salluste en Afrique a pu le préparer à raconter la guerre de Jugurtha, car finalement ces événements n'ont été pour lui qu'une occasion pour s'attaquer à la noblesse et montrer les dommages causes à la république romaine par l'aristocratie maîtresse de l'État depuis la chute des Gracques.
C'est sur cette toile de fond qu'apparaît la forte personnalité de Jugurtha, en même temps que tout le tragique de la situation du royaume numide dont l'indépendance va être rendue de plus en plus illusoire au fur et à mesure que Rome s'engage dans sa politique coloniale.
(Suite et fin)
Mounir Bouchenaki
 Conservateur en chef
au Service des Antiquités,
Tipasa (Algérie)

Source La Nouvelle république

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires