Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 23:00

L'Algérie va adhérer à l'OMC en 2008




L'Algérie va adhérer à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2008, a annoncé, lundi, le directeur général de l'Office algérien d'accréditation (Algerac), sous tutelle du ministère de l'Industrie, M. Nouredine Boudissa.

M. Boudissa, qui s'exprimait à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale d'accréditation, a souligné que le contrôle de qualité des produits importés sera la seule garantie dont disposeront les Algériens après l'ouverture totale des frontières au commerce mondial, en vertu de l'Accord d'association avec l'Union européenne et en prévision de cette adhésion de l'Algérie à l'OMC.

Actuellement, il y a en Algérie plus de 2.000 laboratoires qui ne sont pas accrédités, a indiqué, pour sa part, M. Belkacemi, responsable de la qualité au ministère de l'Industrie.

Il a aussi indiqué que 400 auditeurs ont été formés depuis 2002. De son côté, Algerac a formé 200 auditeurs et 78 ont été retenus.

M. Boudissa a lancé un appel pour que les crédits disponibles dans les différents ministères techniques soient mis à disposition des entreprises pour pouvoir obtenir l'accréditation.

Le responsable du ministère de l'Industrie a indiqué de son côté qu'un fonds d'aide à l'accréditation sera mis en oeuvre prochainement, sans pour autant donner de précisions sur le montant alloué à cette action.

Algerac est un établissement public à caractère industriel et commercial placé sous la tutelle du ministère de l'Industrie et de la Promotion des Investissements.

Jusqu'à présent, il a reçu une vingtaine de demandes d'accréditation provenant des laboratoires d'essai et d'étalonnage, des organismes d'inspection et d'organismes certificateurs.

Parmi les 20 demandes, deux parviennent du ministère de la Défense, qui possède des infrastructures de réalisation dans divers domaines comme le Génie et l'autre provient de Sonatrach qui exporte ses produits à l'étranger.

En septembre, les premiers documents d'accréditation pourraient être livrés, selon le directeur général d'Algerac.

Le DG a longuement expliqué les missions de cette institution dont la principale est l'accréditation de tout organisme d'évaluation de la conformité. C'est dans ce contexte que l'organisme est chargé notamment de la mise en place d'un dispositif national d'accréditation répondant aux normes nationales et internationales pertinentes.

Il doit aussi parachever l'infrastructure nationale de la qualité et évaluer les qualifications et compétences des organismes d'évaluation de la conformité (EOC) pour enfin délivrer les décisions d'accréditation.

Le renouvellement des accréditations devrait être effectué tous les trois ans, est-il ajouté. Une fois que les premières accréditations seront délivrées, Algerac peut conclure toutes conventions et accords en rapport avec ses programmes d'activités avec les organismes étrangers similaires et contribuer aux efforts menant à des accords de reconnaissance mutuelle.

Ainsi, les produits algériens exportés ne seront pas dans l'obligation d'être soumis à des contrôles des pays destinataires. L'un des problèmes qui se posent au niveau est que les produits bio ne sont pas agréés en Algérie.

Boudissa a expliqué que l'accréditation concerne les laboratoires d'essais et d'étalonnage, les organismes d'inspection et les organismes de certification. Ce sont les normes ISO qui doivent être appliqués pour chacun de ces organismes.

Cette obligation découle du fait que les conditions et les critères d'accréditation de ces organismes d'évaluation sont fondés sur les normes nationales et internationales.

Pour l'instant, Algerac n'est pas très connue des acteurs économiques, mais une série d'actions de vulgarisation à travers le pays permettra de combler cette lacune pour attirer les organismes à solliciter l'accréditation qui demeure volontaire sauf pour les activités réglementées.

Le DG d'Algerac pense que la réussite de cet organisme dépendra grandement de sa capacité à se faire accepter comme un acteur incontournable de la promotion de la qualité des produits algériens. Ainsi, les entreprises algériennes devront, à terme, privilégier Algerac aux autres organismes étrangers qui exercent en Algérie.

Source Actu-dz

Le Pèlerin

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires