Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 23:03

Jugurtha - Un roi berbère et sa guerre contre Rome

Encore une fois, le tribun Memmius souleva l'indignation du parti populaire et exigea du Sénat de faire témoigner Jugurtha lui-même contre la vénalité des nobles : «Qu'ils soient poursuivis par la justice, dénoncés par Jugurtha lui-même ! »

 Pour Jugurtha, qui semblait connaître assez bien les méandres de la politique romaine, il n'était plus question de remettre en cause une paix qu'il avait signée avec le consul romain et un prince du Sénat. Aussi, accepta-t-il de se rendre à Rome au début du mois de décembre 111.
 Les commentateurs de Salluste expliquent différemment l'attitude de Jugurtha au procès des nobles. Pour Saumagne, Jugurtha va nouer des relations avec le parti populaire et, tournant le dos à une noblesse incapable de maîtriser l'irréversible mouvement des forces plébéiennes, il est conduit à devenir l'animateur et l'informateur de cette «conjuration jugurthine», mais lui-même deviendra à son tour victime de sa propre cabale .
 C'est ainsi qu'on explique son attitude devant l'Assemblée du peuple où il se tut comme le lui avait demandé le tribun Baebius, acheté lui aussi, selon Salluste, à prix d'or.
 Pour Gsell, au contraire, «il n'est pas moins vrai qu'un honnête homme eut pu trouver légitime d'agir comme lui (Baebius) car rien n'était plus humiliant pour la République que cette scène théâtrale où un barbare, qui s'était joué de Rome et souillé de sang italien, était appelé à jeter le déshonneur sur les personnages les plus considérables de l'État».
 En fait, reconnaît Saumagne, le récit de cette première partie de la guerre de Jugurtha sent l'enflure et l'artifice. On y flaire un parti pris d'excitation à froid qui ne parvient pas même à communiquer sa fausse chaleur...
Jugurtha semble avoir séjourné plusieurs semaines à Rome. La fin de l'année 111 marque, en effet, la désignation de deux nouveaux consuls, tandis que le roi numide est toujours présent à Rome. L'un des deux consuls, Spurius Postumius Albinus, avait tenté d'apporter une solution au problème de la Numidie en suscitant un rival à Jugurtha. L'homme «providentiel» était justement à la disposition des Romains, mais Salluste n'en parle qu'à cette occasion : «Il y avait alors à Rome un Numide du nom de Massiva, fils de Gulussa, et petit-fils de Massinissa. Il s'était déclaré contre Jugurtha lors de la querelle des princes et, après la reddition de Cirta et le meurtre d'Adherbal, avait dû quitter en fugitif sa patrie. Spurius Albinus qui, avec Quintus Minucius Rufus, avait succédé à Bestia dans le consulat, s'adressa à cet homme et l'engagea, puisqu'il descendait de Massinissa, à profiter de la haine et de la terreur qu'avaient inspirées les crimes de Jugurtha, pour demander au Sénat de le reconnaître pour roi de Numidie.»
 Mais Jugurtha, grâce aux amitiés qu'il avait à Rome, avait été mis au courant de cette nouvelle offensive destinée à le destituer du trône de Numidie. Il eut l'audace, selon Salluste, de faire assassiner Massiva à Rome même. Puis, il quitta la ville en prononçant sa fameuse phrase : «Ville à vendre ! Que tu périras vite si tu trouves un acheteur ! »
 La guerre reprendra au début de l'année 110. Jugurtha va tenir tête aux troupes dirigées par le consul Spurius Albinus, en multipliant les manœuvres de diversion et en appliquant une stratégie qui réussissait d'autant mieux qu'il connaissait parfaitement l'armée adverse. L'aguellid devait savoir, également, que le consul était pressé et qu'il devait rentrer à Rome avant la fin de l'automne pour des raisons politiques. Spurius Albinus finit par laisser son frère Aulus à la tête de l'armée qui avait pris ses quartiers d'hiver, dans la province Africa, aux frontières de la Numidie. Ce dernier, voyant que son frère tardait à revenir de Rome, et rêvant d'une victoire facile, se mit à menacer Jugurtha de la puissance de son armée.
Il entreprit, alors, en plein hiver, le siège de Suthul, lieu nous dit Salluste, où était déposé le trésor du roi numide. On a cherché à identifier, mais sans preuve, Suthul avec Calama (Guelma). Par une habile manœuvre, Jugurtha réussit à l'entraîner, puis à l'encercler avec ses troupes et remporter ainsi une grande victoire sur l'armée romaine.
«Le lendemain, Jugurtha eut une entrevue avec Aulus. Bien qu'il le tienne enfermé avec son armée, bien qu'il ne dépende que de lui de l'exterminer par le fer ou par la faim, il est prêt à prendre en considération l'instabilité des choses humaines. Si Aulus est disposé à traiter il ne fera que le passer sous le joug, lui et les siens, après quoi ils pourront s'en aller où bon leur semble. Mais Aulus aura dix jours pour quitter la Numidie... La nouvelle de ces événements plongea Rome dans la douleur et dans l'angoisse.»
Ainsi, Jugurtha prenait-il sa revanche en humiliant Rome et en lui imposant sa paix. C'est alors qu'éclata la suite de cette singulière aventure au cours de laquelle Jugurtha continua à s'illustrer comme le champion d'une Numidie libre.
 Ce fut, d'abord, le frère aîné d'Aulus, Spurius Albinus qui, repoussant le traité signé, et voulant effacer la honte de la défaite, s'embarqua pour l'Afrique, mais devant ses troupes démoralisées et indisciplinées «tira la conclusion qu'il ne lui restait plus rien à faire».
A ce moment-là, Salluste fait apparaître un nouveau personnage, Quintus Caecilius Metellus, élu consul pour l'année 109 et chargé de conduire la guerre contre Jugurtha. Il se fait accompagner par deux légats, Publius Rutilius Rufus et Caius Marius que Jugurtha avait rencontrés au cours du siège de Numance, vingt-cinq ans plus tôt. Les adversaires se connaissaient donc bien, et les dispositions prises montrent à quel point les Romains craignaient le roi des Numides :
«Jugurtha était, en effet, si fécond en ruses, il avait une telle connaissance du pays, une expérience militaire si grande, qu'on ne savait ce qu'il fallait redouter le plus : son absence ou sa présence, ses offres de paix ou de combat.»
Les différents épisodes qui ont marqué la lutte que Jugurtha soutint contre Metellus et ses lieutenants sont parmi les plus commentés mais aussi les plus controversés du texte de Salluste. Les historiens modernes ont, en effet, tenté, chaque fois que cela était possible, d'identifier les sites où eurent lieu des combats en suivant le texte de Salluste et, en les plaçant ainsi sur une carte, de reconstituer le déroulement de ce qu'on qualifie communément de campagnes de Metellus.
A suivre de si près le texte de Salluste, qui n'était pas un géographe, loin s'en faut, on risque de tomber dans certaines exagérations, notamment celle des auteurs du «problème de Cirta» qui proposent de revoir toute la géographie politique de l'Afrique ancienne, en remplaçant par exemple Cirta (Constantine), capitale de la Numidie par Cirta Nova Sicca (Le Kef), et en réduisant le théâtre des opérations de la guerre contre Jugurtha à une partie seulement de l'actuelle Tunisie.
Or, les distances comme la durée et l'importance des opérations ne sont pas toujours données avec exactitude par Salluste qui se contente souvent d'allusions. Gsell écrivait déjà, dans son Histoire ancienne de l'Afrique du Nord  : «En telle matière, Salluste ne se pique pas de la précision et de l'exactitude rigoureuse du grand historien grec Thucydide. Aussi, nous est-il assez malaisé de rétablir la suite chronologique des faits qui nous sont présentés, et impossible de reconstituer l'ensemble des opérations militaires, en les plaçant dans leur milieu géographique. D'autres textes nous permettent de constater l'omission par Salluste d'un événement qui nous paraît fort important : la perte de Cirta, dont Metellus s'était emparé en 108, et qui en 106 n'appartenait plus aux Romains.»
Les campagnes de Metellus se sont déroulées au cours des années 109 et 108 avant Jésus-Christ. Encore une fois, Jugurtha va avoir à mobiliser l'énergie et les ressources de la Numidie pour affronter un ennemi dont les troupes ont été grossies et réorganisées. Celles-ci pénètrent en Numidie et occupent la place de Vaga (Beja) qui était un important marché agricole.
La première bataille s'est déroulé, non loin de la, près du fleuve Muthul, dont l'identification a une grande importance (l'oued Mellegue d'après Gsell, l'oued Tessa, d'après les travaux de Saumagne).
 Jugurtha, sans abandonner les méthodes de guérilla qu'il avait commencé d'appliquer contre l'armée romaine, a tenté cependant, durant l'été 109, une opération de grande envergure au cours de laquelle Salluste nous le montre en train d'exhorter ses troupes et les encourager à défendre leur pays :
 «Ensuite, il se mit à parcourir, un à un, escadrons et manipules, les exhortant, les conjurant de se souvenir de leur glorieux passé et de leur récente victoire, et de défendre leur pays et leur roi contre la rapacité des Romains :  »Ceux qu'ils vont combattre, une fois déjà ils les ont vaincus et fait passer sous le joug. En changeant de chef ils n'ont pas changé d'âme. Tout ce qu'un général doit faire pour assurer à ses troupes les meilleures conditions de combat, il l'a fait. Ils ont l'avantage du terrain. Ils sont exercés au combat, l'ennemi ne l'est pas ; et ils ne lui sont pas inférieurs en nombre. Qu'ils se tiennent donc prêts et résolus pour fondre sur les Romains au premier signal. Le jour est venu qui va voir soit le couronnement de tous leurs efforts et toutes leurs victoires, soit le commencement de leur ruine.«  Il trouve un mot pour chaque combattant. Quand il reconnaît un soldat qui a reçu de lui une récompense, il lui rappelle cette faveur et le donne en exemple aux autres. Selon le caractère de chacun, il promet, menace, supplie, bref, use de tous les moyens pour exciter leur courage.»
Ainsi, en véritable chef militaire, Jugurtha déployait-il une activité inlassable. On retrouvera ce trait de caractère tout au long de sa résistance.
 «Jugurtha ne reste pas inactif. On le trouve partout. Partout il exhorte ses soldats. Il recommence le combat. Toujours à la tête des siens, tantôt il vole à leur secours, tantôt il attaque ceux des nôtres qui fléchissent, tantôt il combat de loin ceux qui tiennent ferme.» 
 Les Romains décidèrent alors d'employer une autre tactique, celle de la terre brûlée, car Jugurtha demeurait irréductible. Mais le roi s'en tenait à la stratégie de la guérilla et du harcèlement des troupes romaines, dont il fit un véritable art militaire :
« Dérobant soigneusement ses déplacements par des marches nocturnes à travers des routes détournées, il surprenait les Romains en train d'errer isolés... Partout où il savait que l'ennemi devait passer, il empoisonnait le fourrage et les rares sources qu'on rencontrait dans la région. Il s'en prenait tantôt à Metellus, tantôt à Marius. Il tombait sur la queue de la colonne et regagnait, ensuite, précipitamment les hauteurs les plus proches, pour revenir à la charge aussitôt après, harcelant, tantôt l'un, tantôt l'autre. Jamais il n'engageait le combat mais, aussi, jamais il ne laissait un instant de répit à l'ennemi, se contentant de contrarier tous ses desseins.»
La seconde bataille de l'année 109, qui dut se dérouler vers le début de l'automne, jeta une ombre sur les opérations militaires de Metellus, car elle fut un véritable désastre de l'armée romaine devant la ville de Zama assiégée.
Naturellement, le texte de Salluste n'est pas très accablant pour les Romains et, comme pour dédouaner Metellus des résultats limités de sa campagne engagée avec force et éclat, il nous le montre en train de déployer une fébrile activité diplomatique pour capturer Jugurtha par traîtrise. C'est ainsi qu'il entra en contact avec Bomilcar, l'un des lieutenants de Jugurtha, et «le séduisit par les plus magnifiques promesses», à condition qu'il lui livrât Jugurtha, mort ou vivant.
(A suivre)
 Mounir Bouchenaki, conservateur en chef
au service des Antiquités
Tipasa (Algérie)

Source la Nouvelle République

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires