Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 23:17

Union Pour la Méditerranée
Le niet d’El Gueddafi


Le Guide de la révolution libyenne a qualifié l’initiative du chef de l’Etat français de «projet passager».

Les travaux du mini-Sommet arabe de Tripoli en Libye, consacrés au projet de l’Union pour la Méditerranée initié par Nicolas Sarkozy, se sont ouverts hier. Cette rencontre est marquée par la participation du président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika. Plusieurs chefs d’Etat arabes étaient à ses côtés. Le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, le Syrien Bachar Al Assad, le Mauritanien Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, le Premier ministre marocain Abbas El Fassi et l’hôte de cette rencontre, le colonel El Gueddafi. Le Guide de la révolution libyenne a tenu à souligner dans son allocution d’ouverture que les Etats arabes «font partie d’une entité internationale connue qui est la Ligue arabe». Il a ajouté: «Nous tenons fortement à la préserver.»
Le projet de l’Union pour la Méditerranée constituerait-il une menace pour l’unité des pays arabes? «La plupart des pays arabes ne sont pas méditerranéens et certains appartiennent à l’Union africaine (UA).» Une remarque que le dirigeant libyen adresse aux initiateurs du projet (l’UPM). «Il faut que nos partenaires européens comprennent cela», souhaite-t-il. Le numéro un libyen tient à l’unité des pays arabes ainsi qu’à celle des pays africains comme à la prunelle de ses yeux. «Nous sommes des pays membres de la Ligue arabe et aussi de l’Union africaine et nous ne prendrons aucun risque de déchirer l’unité arabe ou africaine. Il faut que nos partenaires (européens) comprennent bien cela.» Et dans quel cadre peut s’instaurer la coopération avec ces partenaires?
«Si l’Europe veut coopérer avec nous, qu’elle le fasse avec la Ligue arabe ou l’Union africaine (...), nous n’acceptons pas que l’Europe traite avec un seul groupe de pays», a tenu à préciser Mouamar El Gueddafi.
Le projet de l’Union pour la Méditerranée dans sa version actuelle ne trouve aucune grâce aux yeux du Guide de la révolution libyenne. Il se montre même très méfiant vis-à-vis des partenaires européens. Il a qualifié «d’appât» les projets économiques promis aux pays de la rive Sud de la Méditerranée et ils représentent «une sorte d’humiliation» pour eux.
«Nous ne sommes ni des affamés ni des chiens pour qu’ils nous jettent des OS», a-t-il lancé avec virulence. Pour le Guide de la révolution libyenne, l’UPM, l’Union pour la Méditerranée, n’est qu’un «projet passager». Il lui prédit le même avenir que le Processus de Barcelone, au même titre que la Politique de voisinage de l’Union européenne avec ses partenaires de la rive Sud de la Méditerranée. Une fois son allocution terminée, le colonel El Gueddafi a convié ses pairs à se retirer pour des discussions, des concertations à huis clos.
Le mini-Sommet de Tripoli devrait se terminer par une position commune. Les pays arabes de la rive Sud de la Méditerranée, malgré certaines réticences, adhéreront-ils au projet de l’UPM?
«Il s’agit d’un sommet de concertations et il est peu probable que ses résultats soient annoncés», a déclaré un diplomate arabe présent à Tripoli.
Paris doit y prêter, sans aucun doute, une oreille très attentive. Le Sommet s’est finalement terminé sans qu’aucune annonce n’ait été faite. «C’est fini il n’y a plus rien», a lancé aux journalistes un responsable libyen.

Source l’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires