Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 23:59

Ghardaïa : Tourisme thermal

Zelfana la bénédiction 

Pour les adeptes des eaux thermales, Zelfana est une adresse tout indiquée. Située à 70 kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Ghardaïa et à 480 m d'altitude, cette station attire des milliers de personnes de tous âges venues des quatre coins du pays.
Les dizaines de voitures en stationnement sur le parking du Hammam aux différentes immatriculations l’attestent. L’affluence reste élevée, même en cette période de scolarité. Et on vient même d’Europe, preuve du succès de cette station véritable espace de repos, de détente, de mise en forme mais, aussi, de traitement. Les vertus de ses eaux ne sont plus à démontrer et les résultats des cures sont sa meilleure publicité. En effet, les eaux limpides dont la température est de 41,5 degrés, ont des qualités thérapeutiques variées. C’est le cas, en particulier, pour les affections neuro-respiratoires, rhumatismales et dermatologiques, notamment les eczémas. En période de pointe la station reçoit en moyenne plus de 200 visiteurs par jour. Ce qui contraint le gérant du Hammam, Saâd Boudjerid, à demander aux nouveaux arrivants d’attendre leur tour. «Cette moyenne est enregistrée, principalement, les week-end avec un afflux record durant les vacances scolaires d’hiver et de printemps», dit-il, précisant que lors des autres jours de l’année, une moyenne de 100 à 120 entrées est enregistrée. Possédant deux entrées distinctes l’une pour les hommes et l’autre pour les femmes, l’établissement public de Zelfana est un véritable pôle de rencontre des 48 wilayas du pays. El Hadja Khetouma, accompagnée de sa fille et de sa petite fille, est venue d’Aflou. «J’ai entendu parlé des bienfaits des eaux de Zelfana et, voilà, je suis ici pour une cure d’une semaine», dit-elle Une autre dame, la cinquantaine bien entamée, s’est déplacée pour les mêmes raisons de Laghouat. «Durant toute ma vie, je n’est jamais quitté mon village. Il a fallu que je connaisse des problèmes d’articulations pour venir profiter de cette source don de Dieu». Ici les aléas de la santé publique et le poids du stress disparaissent comme par magie. Sans conteste, la région thermale de Zelfana est un espace de convivialité.

Le Miraculé de Zelfana


Comme le veut la tradition pour toute source thermale, les eaux de Zelfana ont aussi leurs miracles. C’est le cas d’un citoyen, originaire de la ville de Médéa, devenu par la force des choses une référence, un témoignage vivant des propriétés curatives de cette station. « Ramené par les siens enroulé dans un drap, perclus de rhumatismes et d’eczémas purulents, sa famille l’a transporté jusqu’ici comme dernier recours.
Car l’homme vivait un calvaire : au moindre mouvement et c’est le martyre. «Une véritable loque humaine qui nous a été laissée mais qui a été prise en main par les employés de la station», se rappelle le gérant du hammam. Commença alors pour lui la cure par des bains quotidiens. «Au bout d’un mois, il a commencé à marcher. Au sixième mois de la cure, renforcée par une nourriture régulière, le malade a retrouvé ses capacités physiques.
Il s’est complètement métamorphosé au point où sa propre famille, venue le chercher 6 mois plus tard, ne l’a pas reconnue», raconte fièrement Saâd Boudjerid. Le miraculé de Zelfana, donné pour mort, a retrouvé toutes ses forces grâce à la contribution bénévole des employés de l’établissement. En dépit de sa station thermale et de sa renommée, Zelfana est pauvre en matière d’infrastructures hôtelières. Le Hammam est encore à l’état traditionnel : une grande piscine en plus des box individuels, ce qui est loin de répondre aux exigences des curistes et autres visiteurs.
Dotée de quelques hôtels dont celui des PTT avec une capacité globale estimée à 640 lits, la commune de Zelfana ne peut prendre en charge les citoyens en quête d’une thérapie. Côté restauration, c’est aussi la dèche. Les touristes sont contraints de se rabattre sur le poulet pour toute restauration. L’épicier du coin, pour son bonheur, à toutes les raisons de se frotter les mains. Il reste que pour s’approvisionner et préparer les repas à l’intérieur des chambres, l’entorse à la règle hôtelière est tolérée. Nécessité fait loi. La nuitée est facturée entre 642 et
1587 DA.
Possédant des atouts solides, cette localité, blottie dans les méandres des dunes, reste cependant à la traîne. Toutefois des projets ont été lancés à même d’asseoir une base touristique de qualité.
Ainsi une zone d’extension touristique s’étalant sur une superficie de plus de 90 hectares, vient d’être dégagée. L’étude, réalisée par l’Entreprise nationale des études touristiques (ENET), prévoit de nombreuses infrastructures et des services, tels que les équipements récréatifs, culturels et sportifs en sus d’équipements hôteliers et thermaux, ainsi que des opportunités d’investissement pour la réalisation d’une station thermale aux normes universelles. Dans le programme de développement à court terme, les pouvoirs publics ont élaboré une stratégie pour l’extension des zones de détente de Zelfana, l’aménagement et la réalisation de nouveaux hammams modernes et la réhabilitation et la rénovation des thermes existants afin d’agrémenter les séjours des curistes. 
  
Source Horizons

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires