Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 08:39

Quelque nouvelles d’Airbus – juin 2008

 


1. Ravitailleurs américains: l'armée a mal évalué les offres, révèlent les industriels américains

Le Pentagone a commis des erreurs dans l'évaluation des offres pour l'énorme contrat des avions ravitailleurs de l'armée américaine, finalement octroyé au tandem EADS/Northrop, a-t-on appris jeudi auprès des industriels en lice, à quelques jours d'une échéance cruciale.

"L'armée de l'air américaine (US Air Force) a découvert cinq erreurs dans le calcul du coût le plus probable du cycle de vie (du programme), ce qui a entraîné un léger ajustement des coûts opérationnels des deux appareils", a admis Northrop Grumman, dans une déclaration écrite adressée à l'AFP.

Son rival malheureux Boeing, qui a déposé un recours contre l'attribution de ce contrat auprès de la Cour des comptes américaines (GAO), a estimé que la découverte de ces inexactitudes renforçaient sa position dans la procédure.

"Nous avons découvert que l'armée de l'Air reconnaît que des erreurs ont été commises s'agissant de l'évaluation à long terme d'un appareil par rapport à l'autre et que nous offrions une meilleure valeur à long terme que le KC-30" de Northrop/EADS, a déclaré à l'AFP Bill Barksdale, porte-parole de Boeing.

Cette compétition -- à haute teneur politique -- a opposé pendant des années le KC-45, une version militarisée de l'A330 d'Airbus, et le KC-767, un dérivé du 767 de Boeing. Le choix final d'un avion européen avait suscité une levée de boucliers protectionniste dans les rangs du Congrès.

Les inexactitudes signalées par les deux concurrents ont été mises au jour lors de la révision du processus d'évaluation effectué à la demande du GAO.

Northrop a cependant estimé que "ces erreurs mineures ne devraient avoir aucun impact sur la décision" du GAO, qui doit se prononcer d'ici au 19 juin.

Sollicitée par l'AFP, l'armée de l'air américaine n'était pas joignable jeudi après-midi pour commenter cette information.

Le 29 février, le Pentagone avait choisi EADS, maison-mère du constructeur aéronautique Airbus, et Northrop Grumman pour fournir 179 avions ravitailleurs, dans un contrat de 35 milliards de dollars, l'un des plus gros contrats octroyés par le Pentagone ces dernières années.

Le 11 mars, Boeing avait déposé un recours auprès du GAO, contestant l'attribution du contrat au titre "d'irrégularités dans le déroulement de la compétition et dans l'évaluation des offres concurrentes".

Au terme de son évaluation, l'armée de l'air était arrivée à la conclusion que l'offre de Northrop-EADS coûterait 34 millions (0,03%) de dollars de moins que celle de Boeing, a rappelé Northrop dans sa déclaration. Ce meilleur prix avait contribué à convaincre le Pentagone d'opter pour cette offre, dans une compétition très serrée.

Interrogé jeudi sur ce point, Bill Barksdale n'était pas en mesure de chiffrer le nouvel écart entre les deux offres afin d'établir dans quelle mesure l'offre de Boeing serait désormais la plus avantageuse. "Je n'ai pas de chiffre", a-t-il dit, dans un entretien téléphonique.

Ces révélations, à moins d'une semaine du délai fixé au GAO pour se prononcer, intervient aussi à un moment critique pour l'armée de l'air américaine dont les deux principaux dirigeants viennent d'être limogés.

Cette valse des têtes ne fait pas les affaires du tandem EADS-Northrop. "Le départ des deux chefs de l'armée de l'air américaine fait craindre un affaiblissement" (de la position d'EADS et de Northrop), "car ils soutenaient le fait que leurs services avaient fait du bon travail dans ce dossier", explique une source européenne proche des négociations. "Or, leurs remplaçants peuvent très bien avoir une autre approche", poursuit cette source.

2. Air Astana commande six A320

 

La compagnie nationale kazakh Air Astana a signé un contrat portant sur la commande ferme de six Airbus A320, confirmant un protocole d'accord annoncé en décembre 2007.

Dans un communiqué, l'avionneur européen précise que ces appareils pourront recevoir jusqu'à 148 passagers dans une configuration bi-classe, tandis que le choix des réacteurs n'a pas encore été arrêté. Ces appareils viendront rejoindre la flotte actuelle d'Air Astana, qui compte d'ores et déjà des monocouloirs Airbus, pour ses lignes intérieures et internationales.

 

Sources AFP et AP

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires