Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 23:12

Que fera l'Algérie des 80 milliards de dollars de recettes

 

 

Le cap est maintenu. L’Algérie va poursuivre ses massifs investissements dans la modernisation des infrastructures, le logement, le secteur de l’eau, la gazéification du pays. D’ores et déjà, un plan quinquennal est en préparation, ont indiqué de hauts responsables. De grands projets sont déjà retenus dans ce plan 2010-2014 : l’autoroute reliant le Nord au Sud, les grands transferts d’eau du Sud aux Hauts-Plateaux, l’extension du météo d’Alger, la poursuite des efforts pour éradiquer l’habitat précaire et pour appuyer la création massive d’emplois. L’argent est disponible. Si les prix du pétrole se maintiennent à la hausse d’ici à la fin de l’année, un nouveau record en matière d’entrées en devises sera enregistré et la barre des 150 milliards de dollars de réserves en devises pourrait être dépassée. Ce niveau des réserves de change donne quatre ans de répit à l’Algérie en cas de retournement du marché pétrolier.

De manière plus précise, Sonatrach est sur le point d’engranger une recette record : plus de 40 milliards de dollars en six mois. La meilleure recette semestrielle est de 40 milliards de dollars. Or, à la mi-mai 2008, Sonatrach avait déjà engrangé plus de 30 milliards de dollars de recettes tirées des exportations d’hydrocarbures. Les entrées en devises tirées des exportations de gaz et de pétrole évoluent à un rythme de 6 à 8 milliards de dollars par mois, à la faveur de la flambée des prix du pétrole. Ces derniers ont connu, les six premiers mois, en cours une série de records culminant à 137 dollars le baril pour le Brent et 139 dollars pour le Light Sweet Crude début mai. Si ce scénario se poursuit, on estime les recettes de Sonatrach à 80 milliards de dollars en 2008. Les perspectives sont plus favorables le second semestre pour plusieurs raisons. La plupart des analystes prédisent que les prix du baril ne vont pas descendre sous les 80 dollars. En second lieu, les exportations algériennes seront plus importantes en volume et en valeur le second semestre. D’une part, il est annoncé la montée en cadence des gisements de gaz d’In-Salah et d’In-Amenas et la croissance des ventes de gaz à l’Italie via l’extension du Transmed. D’autre part, les prix du gaz bénéficient du décalage. Ceux du second semestre sont calculés sur la base du 1er semestre. Or, les prix du pétrole du 1er semestre ont connu des niveaux record sans précédent.

En tout état de cause, les prix du pétrole actuels sont largement supérieurs à la moyenne de 2007, près de 80 dollars. Ils avaient culminé à 80 dollars en 2007, contre 137 dollars pour le Brent en 2008. Selon les prévisions de la Banque Morgan Stanley, les cours pourraient atteindre 150 dollars le baril en été. La traduction de ces recettes en surplus indique que la balance commerciale enregistrera un excédent de 20 milliards de dollars au moins. La balance des paiements sera également excédentaire. Mais il faut suivre avec attention l’évolution des importations et celle de la balance des capitaux qui peuvent freiner en cas de croissance en valeur des achats à l’étranger et des transferts des bénéfices des compagnies étrangères présentes en Algérie. Ces deux facteurs neutralisés, les réserves de change pourraient dépasser la barre des 150 milliards de dollars en 2008.

La loi des finances complémentaire a fixé à 37 dollars le prix de référence. Ce qui va permettre de réduire le déficit budgétaire virtuel. Car si on tient compte des prix du pétrole actuels, les recettes fiscales pétrolières permettent aisément de dégager un solde positif. La caisse de régulation accumule 3 700 milliards de dinars au mois de mai. L’Algérie accumule donc les surplus. Ce qui lui permet de financer le nouveau programme quinquennal. Mais la question reste de savoir si l’accès au logement et à l’emploi sera plus facile, avec une telle manne.  

Source : Liberté 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires