Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 07:23

L'Algérie compte près de 35 millions d’habitants

 

Avec une baisse du taux de croissance annuel à 1,72%, les résultats du 5e recensement général de la population et de l’habitat reflètent une tendance à la baisse du taux de natalité en dix ans. L’Algérie compte officiellement, au 16 avril 2008, 34,8 millions d’habitants. Tel est le chiffre qui a été rendu public hier par l’Office national des statistiques (ONS) à la suite de la 5e opération de recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) qui s’est déroulée du 16 au 30 avril. Ce résultat, comparé à celui de 1998, représente un taux de croissance annuel de la population estimé à 1,72%. L’Algérie a ainsi connu une croissance démographique (près de six millions d’habitants de plus) sur cette période.

Selon les résultats du dernier recensement officiel de la population, appelés toutefois à être affinés et complétés à l’occasion de l’exploitation informatique des feuilles de ménage, l’Algérie compte aujourd’hui près de 35 millions d’habitants contre un peu plus de 29 millions en 1998. Le précédent recensement de la population effectué en juin 1998 avait totalisé 29 100 867 habitants. Les taux constatés durant les périodes intercensitaires précédentes étaient de 2,15% pour la période de 1987-1998, de 3,06% pour la période de 1977-1987 et de 3,21% pour la période de 1966-1977. Selon la répartition par catégories, la population est composée de ménages ordinaires et collectifs, soit 34,23 millions d’habitants, de ménages nomades (230 000) et de personnes résidentes dans les établissements spécialisés (300 000), note le rapport de l’ONS. Plus de 70% des nomades sont fixés dans six wilayas : Djelfa, El Bayadh, El Oued, Naâma, Tamanrasset et Laghouat. Pour ce qui est de l’effectif des ménages ordinaires et collectifs, qui a atteint 5 776 441, il ressort que 71,3% résident en agglomération chef-lieu (ACL), 15,7% en agglomération secondaire (AS) et 13% en zone éparse (ZE). Il est à souligner qu’en 1998, cette répartition était respectivement de 66%, 15% et 19%. Ce qui laisse supposer que l’exode rural se poursuit.

Les résultats de ce recensement donnent, par ailleurs, comme tendance à la baisse du taux de la natalité. Le nombre moyen de personnes par ménage (taille du ménage) est de 5,9, alors que cette taille était de 6,6 personnes en 1998, selon les mêmes résultats. Pour les ménages ordinaires et collectifs, la taille est de 5,9 personnes, alors que celle des ménages nomades est de 7,7, note la même source. L’évolution de la taille moyenne des ménages ordinaires et collectifs est passée de 6,4 en 1998 à 5,8 en 2008 pour l’agglomération chef-lieu, de 6,7 à 6,1 pour l’agglomération secondaire et de 7,2 à 6,4 pour la zone éparse. Cette baisse est peut-être due au niveau d’éducation des nouveaux couples. Ces derniers ont tendance à limiter le nombre d’enfants. Mais il n’en demeure pas moins que les conditions sociales ne sont pas étrangères à ce recul de la natalité. Le pouvoir d’achat et la consommation des ménages ont peut-être rogné les budgets des familles, ce qui s’explique aussi par un recul de l’âge du mariage. Ces résultats confirment la fin de la transition démographique enclenchée en 1986, date du troisième recensement. Selon les données de l’ONS et du ministère de la Santé, c’est à partir de cette date que l’indice synthétique de fécondité (ISF), ou le taux de fécondité chez l’Algérienne, a entamé sa courbe de fléchissement. C’est aussi à partir de cette date que l’Algérie a commencé à s’aligner sur ses voisins maghrébins qui avaient initié bien avant elle des politiques audacieuses de limitation des naissances. Attendons la prochaine opération de recensement, prévue en 2013, pour confirmer ou infirmer ces tendances

Source : El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires