Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 06:39

Le rythme d’inflation annuel évalué à 6,3% : Hausse des prix des produits alimentaires

 

Après le FMI (Fonds monétaire international), qui avait évalué le taux d’inflation en Algérie durant l’année écoulée à 4,5%, l’Office national des statistiques (ONS) a indiqué, hier, que les prix à la consommation ont enregistré une hausse de 5,4% au cours des cinq premiers mois de l’année 2008. La note de l’ONS, diffusée hier et rapportée par l’APS, montre une nouvelle flambée sur la balance des coûts des produits de première nécessité.
D’après l’Office national des statistiques, cette variation est due notamment à une « forte hausse » des prix des biens alimentaires (+10,4%), avec +6,8% pour les produits agricoles frais et +14,3% pour les produits alimentaires industriels. S’agissant des prix des produits manufacturés, ceux-ci ont progressé de 0,90%, tandis que ceux des services se sont établis à +0,70% pendant la période de référence. Cette évolution vertigineuse des prix à la consommation situe le rythme d’inflation annuel (mai 2007 - mai 2008) à 6,3%, relève l’ONS. En 2006, l’inflation tournait autour de 2,5% à 3%, tandis qu’en 2005 celle-ci était à hauteur de 1,6% et 3,6% en 2004, si l’on se réfère aux dernières statistiques du FMI sur les indices macroéconomiques de l’Algérie. Cette énième augmentation mise en évidence par l’ONS s’explique essentiellement par l’envolée des cours des matières premières sur les marchés mondiaux.
Excepté les prix du sucre et des produits sucrés qui ont accusé une baisse de 6,4% et à un degré moindre la viande et abats de bœuf (0,60%), tous les produits du groupe alimentation s’étaient inscrits en hausse entre mai 2007 et mai 2008. La tendance haussière des prix à la consommation risque d’aggraver la tendance inflationniste en 2008. Cette hausse des prix a touché beaucoup plus les huiles et graisses avec (48,7%), café, thé et infusion (36,5%), poissons frais (23,1 %), fruits (19%), viande de poulet et œufs (18,2%), légumes (10%) et lait, fromage et dérivés (9%). La hausse des produits du groupe s’étend également aux pains et céréales avec +8,2%, la pomme de terre (6,2%) et les viandes et abats de mouton +2,5%. L’Algérie ne pourra ainsi éviter de voir sa facture d’importation en céréales s’alourdir de façon alarmante, compte tenu des cours mondiaux qui ont atteint des niveaux historiques. Selon l’ONS, l’indice des prix à la consommation a enregistré, pour le mois de mai 2008, une croissance de 0,9% par rapport au mois d’avril, soit une variation proche de celle relevée le même mois de l’année précédente (+1,1%). Cette variation traduit les fluctuations des prix selon les catégories des produits avec une hausse mensuelle de 1,8% pour les produits alimentaires et une hausse de 3,7% pour les produits agricoles frais, une légère augmentation de 0,2% pour les services et une stagnation pour les produits manufacturés. Le rythme annuel d’inflation est passé de 29,04% en 1994 à 3,5% en 2007, contre 2,5% en 2006, rappelle-t-on.
Le Fonds monétaire international (FMI) n’a pas manqué à plusieurs reprises de mettre en garde l’Algérie contre ce qu’elle qualifie « d’expansionnisme budgétaire » qui risque d’aggraver l’inflation. Les dernières prévisions émises par les analystes de l’institution de Bretton Woods estiment que l’inflation en Algérie sera soutenue en 2008 par la persistance de la hausse des prix à la consommation des produits de première nécessité. C’est ce que confirme d’ailleurs le tableau exposé, hier, par l’ONS. 

Source el Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires