Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 07:05

Non-respect des droits de l’homme l’Algérie continue dans le chemin de la régression



L’idée de l’installation de tribunaux spéciaux pour le jugement des criminels, responsables des kidnappings des enfants, a été sévèrement décriée par les avocats, invités hier à la table ronde organisée par le quotidien El Moudjahid, autour de la problématique des droits de l’homme en Algérie.

 «Nous avons assez souffert des tribunaux spéciaux de la France coloniale et des pouvoirs successifs algériens depuis l’indépendance. Il est vrai que le kidnapping des enfants est un acte affreux, mais il faut voir celui qui a commis ce crime en tant qu’humain», a déclaré Rachid Ouali, ancien membre du Conseil de l’ordre des avocats à Alger. «Il faut faire attention à certaines déclarations, surtout lorsqu’il s’agit d’engager toute une institution dans des projets scandaleux comme ces tribunaux spéciaux», a-t-il ajouté, avant de dresser un sévère réquisitoire sur la régression des droits de l’homme en Algérie. Il dira que notre pays a brillé ces derniers temps en bafouant la liberté d’expression et de culte. Les procès en cascade contre certains journaux et journalistes sont cités en exemple par l’avocat. Maître Rachid Ouali a également évoqué le procès intenté à Tiaret contre Habiba, une chrétienne accusée de prosélytisme suite à son arrestation en détention de six exemplaires de la Bible. «Ce crime n’existe par dans les textes juridiques mais il semble que l’on a oublié que c’était notre héros l’émir Abdelkader qui a sauvé 10 000 chrétiens d’un massacre sûr par les musulmans à Damas. Où est passée l’époque où le Nord maghrébin était une terre d’accueil des chrétiens et des juifs ?» s’est-il interrogé. «Nous avons fait une grave répression qui a dépassé les limites de la chrétienté», a-t-il ajouté avec regret. «Ce n’est pas l’imam la mosquée du coin, le maire ou le chef de daïra qui décide de l’existence d’une infraction contre la loi ou non», a insisté l’avocat, actuellement conseiller du président de l’Union internationale des avocats. Maître Smaïn Chamma abonde dans le même sens en rappelant qu’un texte de loi garantissant la rémunération des hommes de cultes non musulmans a été adopté par l’Etat algérien au lendemain de l’indépendance. Ledit texte est toujours en vigueur, a-t-il précisé, en dénonçant, à son tour, la multiplication des attaques menées par l’Algérie contre les autres religions. «Des jugements sont rendus dans la méconnaissance des principes fondamentaux de l’Islam dans la compréhension des autres religions», a estimé Me Tahar Bentaleb, avocat à la cour d’Alger. L’intervenant a ajouté qu’«il nous faut un comportement civilisé pour faire appliquer les lois relatives au respect des droits humains dont la plupart des textes des organisations internationales ont été ratifiés par l’Algérie». Ces lois ne semblent pas trouver leur application sur le terrain, à en croire les déclarations de Mme Zoubida Assoul, représentante du réseau juridique des femmes arabes en Algérie. L’intervenante n’a pas omis de parler des droits bafoués de la femme et des enfants. Les invités du débat d’ El Moudjahidont tous constaté l’inadéquation des textes de lois algériennes aux attentes des citoyens qui réclament le respect du droit d’accès au travail, à la santé, à l’eau et à l’enseignement. Pour Me Smaïn Chamma, le pouvoir algérien ne doit pas se révolter lorsqu’il est, à chaque fois, épinglé par les organisations internationales, sur la question du non-respect des droits de l’homme en Algérie. Selon cet avocat, les responsables algériens communiquent mal et lorsqu’ils le font, c’est à travers des communiqués ministériels vides de sens. Les conférenciers ont insisté sur la vulgarisation de la question des droits de l’homme en l’introduisant dans les programmes de l’enseignement dès le cycle primaire. «Le respect des droits de l’homme passe par l’adoption d’un système politique démocratique clair», a conclu Me T. Bentaleb.

Source Le Soir d’Algérie

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires