Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 23:20

Doute autour du 5e congrès mondial amazigh


 

Le Congrès mondial amazigh (CMA), une organisation internationale autonome de défense et promotion de l’identité culturelle amazighe, n’est pas assuré de pouvoir tenir son 5ème congrès général prévu en Kabylie l’été prochain. Précisément à Béjaïa.


Une demande d’autorisation a été formulée le 25 février dernier auprès du wali de Béjaïa via une association culturelle de Semaoun, Tafukt. « À ce jour, aucune réponse ne nous est parvenue », se plaignent l’association et l’organisation internationale non gouvernementale (ONG), que préside M. Belkacem Lounès, bloqués par ce visa qui n’arrive pas. C’est que sans cet accord, les organisateurs sont dans l’impossibilité de trouver une quelconque structure qui puisse accueillir le rendez-vous annoncé. Le long silence que lui réserve l’administration, qui peut bien cacher un refus qui ne dit pas son nom, entretient le doute. « Nous sommes en droit de nous interroger sur cette absence de réponse du wali. Signifie-t-elle que les autorités algériennes veulent interdire aux Amazighs de se rencontrer chez eux ? », se demandent-ils. A moins de deux mois de la date prévue, la rencontre étant programmée pour la fin juillet prochain, le 5e congrès trouve ainsi des difficultés qui compromettent sa tenue à Béjaïa après une dernière édition qui n’a pas eu d’empêchement pour se tenir, il y a trois ans, au Maroc (Nador). Avant cela, le CMA, né le 4 septembre 1995, a pu tenir ses assises tous les deux ans, une première fois dans les îles Canaries (Tafira) en 1997, et en France par deux fois (Lyon et Roubaix). C’est dans ce climat de flou qu’une mobilisation autour de ce sujet prend forme à partir de Semaoun, où 17 associations socioculturelles de plusieurs villages de la commune se sont rassemblées au cours d’une assemblée générale au chef-lieu communal, pour appuyer la demande d’autorisation qu’elles demandent aux autorités de la wilaya de satisfaire. Le temps pressant, les présidents de l’association Tafukt et du CMA sont allés frapper à la porte de l’APW sollicitant le soutien de son président, en tant que « premier responsable de l’organe délibérant de la wilaya ». Le P/APW est sollicité, à travers une correspondance, pour « interpeller le wali pour qu’il délivre l’autorisation nécéssaire à la tenue de (cette) assemblée » et aussi pour faire usage des compétences de l’APW, en faisant voter une délibération en faveur de la tenue de ces assises à Béjaïa. Les rédacteurs de cette requête, les deux présidents sus-cités, rappellent qu’il est dans le pouvoir de cette assemblée de wilaya d’agir de la sorte en application du code de wilaya. C’est ainsi qu’il est mis en évidence l’article 58 de ce code qui stipule que « les compétences de l’assemblée populaire de wilaya portent, de manière générale, sur les actions de développement, économique, social et culturel, d’aménagement du territoire de la wilaya, de protection de l’environnement et de promotion des vocations spécifiques ». Pour convaincre, le CMA et Tafukt, qui attendent l’autorisation administrative depuis la fin février dernier, expliquent que « accueillir les 5e assises internationales amazighes à Vgayet est un honneur et une grande opportunité pour l’Algérie, pour Béjaïa-ville, pour la wilaya, pour les associations et pour l’ensemble de la population ». Ceci en restant persuadés que l’organisation de cette manifestation promet « des retombées hautement bénéfiques pour la région et pour tout le pays, dans tous les domaines ».


Source El Watan

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires