Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 23:49

Le Cancer du côlon

Comment reconnaître le cancer du côlon ?

Longtemps dénué de symptômes évocateurs, le cancer colorectal est encore trop souvent détecté trop tardivement. Pourtant, c’est à des stades précoces qu’il est le mieux pris en charge. En plus de la généralisation du dépistage de masse, certains signes doivent vous alerter.

On diagnostique souvent trop tardivement le cancer colorectal. Il évolue dans un premier temps sans donner de signes avant coureurs. Pourtant, son pronostic est étroitement lié à son stade de développement au moment du diagnostic. Ainsi, pour les cancers colorectaux détectés au stade I, on observe un taux de survie à 5 ans de plus 90 %. Mais seul un sur 5 environ est diagnostiqué à ce stade.

Une meilleure connaissance des signes avant-coureurs

Certains symptômes doivent attirer votre attention. Ils peuvent faciliter la détection précoce du cancer colorectal. Ces signes sont les suivants :

La présence d’un saignement dans les selles (rectorragie ou méléna), qu’il ne faut pas attribuer spontanément à des hémorroïdes sans avis médical ;

Des troubles du transit d’apparition récente : diarrhée ou constipation inhabituelle, ou alternance de ces deux troubles ;

Des douleurs abdominales inexpliquées et d’apparition récente ;

Un amaigrissement inexpliqué.

Si l’un ou plusieurs d’entre eux apparaissent, il convient de consulter rapidement son médecin. Après l’entretien et l’examen clinique, il vous prescrira éventuellement une coloscopie (exploration visuelle de l’intestin) pour déterminer la cause. Le dépistage peut permettre d’identifier des cancers à un stade très précoce de leur développement et des polypes (adénomes), avant qu’ils n’évoluent vers un cancer.

Les recommandations de dépistage selon le risque

Au-delà des recommandations du dépistage de masse étendu d’ici la fin 2007 à l’ensemble du territoire, on peut distinguer plusieurs groupes selon leur risque de développer un cancer colorectal. L’opportunité d’un dépistage, l’âge auquel le réaliser, le rythme et les modalités de surveillance varient selon le groupe à risque :

    Personnes à risque moyen de cancer colorectal (la majorité des cas)
Les hommes et femmes de plus de 50 ans constituent la population présentant ce qu’on appelle un risque moyen de cancer colorectal : 94 % des cancers colorectaux surviennent après cet âge. En faisant un test de recherche d’un saignement occulte dans les selles tous les 2 ans, entre 50 et 74 ans, suivi d’une coloscopie en cas de positivité, il est possible de diminuer de 15 % à 20 % la mortalité par cancer colorectal, si la participation de la population atteint 50 %2. C’est pourquoi les pouvoirs publics proposent aux hommes et aux femmes de 50 à 74 ans un dépistage organisé du cancer colorectal par la recherche de sang non visible dans les selles. Ce dépistage sera effectif d’ici fin 2007 sur l’ensemble du territoire national3.

Personnes à risque élevé de cancer colorectal (15 à 20 % des cas)


Il s’agit :
      - Des personnes qui ont déjà eu un adénome de plus d’un centimètre ou un premier cancer colorectal ;
      - Des personnes dont un parent proche (père, mère, frère, soeur, enfant) a été atteint d’un cancer de l’intestin avant 65 ans, et de celles dont deux parents ont été atteints quel que soit l’âge au diagnostic ;
      - Des personnes atteintes de maladie inflammatoire chronique de l’intestin étendue au moment du diagnostic et évoluant depuis plus de 20 ans.
La méthode de dépistage préconisée pour ces personnes est la coloscopie dont le médecin déterminera la fréquence nécessaire, en fonction du profil et des antécédents du patient.

Personnes à risque très élevé de cancer colorectal (1 à 3 % des cas environ)


Certains cancers colorectaux, rares, sont liés à une maladie héréditaire : des gènes défectueux peuvent être transmis d’un parent à son enfant. Présentent ainsi un risque très élevé de développer un cancer colorectal :
      - Les membres d’une famille atteinte de Polypose Adénomateuse Familiale (PAF), caractérisée par la présence de très nombreux polypes sur le tube digestif ;
      - Les membres d’une famille avec HNPCC (Hereditary Non Polyposis Colorectal Cancer), également appelé syndrome de Lynch.

Une consultation d’oncogénétique est proposée en cas de suspicion d’une forme familiale de cancer colorectal. En fonction des résultats, une surveillance particulière sera proposée. Il existe en 2007 une centaine de sites de consultation oncogénétique en France, lesquels ont enregistré près de 20 000 consultations en 2005, soit 4 fois plus qu’en 19994.

Enfin, il est possible de réduire votre risque de développer un cancer colorectal. En effet, les légumes, et notamment les crucifères (choux et brocolis), riches en fibres et en anti-oxydants, diminueraient la concentration des substances cancérogènes naturellement présentes dans le côlon. Les céréales complètes, les yaourts… sont aussi recommandés. A contrario, les graisses animales sont à consommer avec modération. Enfin, la pratique régulière d'une activité physique est réputée favoriser le fonctionnement intestinal et éviter la stagnation des aliments.

Source Seniorplanet

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires