Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 octobre 2007 2 23 /10 /octobre /2007 23:02

 

La Cité d’Ancely

 Entre la Garonne et le Touch, un promontoire rocheux habité depuis le néolithique, domine les lieux, Ancely que l’on appelait jadis Ardenne Haute. Ici, les chercheurs ont retrouvé ont retrouvé des débris de palissades, des tombes, des fosses mortuaires et des fours à potiers. Les fouilles successives ont mis à jour des thermes et plusieurs sanctuaires que l’on a pu conserver grâce au  travail d’un grand archéologue, l’abbé Baccrabère. Marqués par des désastres successifs dus aux pluies, au gel et à la lente érosion du Touch, tous les édifices construits sur cet ancien castrum ont connu le même sort, éboulements et effondrements. Au XIII ème siècle les bénédictins élevèrent le château de Saint-Michel-de-Castro, qui servit de refuge. Au XVI ème siècle, les garnisons du cardinal d’Armagnac occupèrent les lieux. Le château menaçant de s’écrouler, le prieur de la Daurade voulut l’agrandir et, comme il fallait rapidement trouver des matériaux de construction, il autorisa le pillage de l’amphithéâtre tout proche. Doté d’une tour à chaque angle, le nouveau château avait l’allure d’une forteresse. Au XVIIème siècle, l’évêque de Lombez fit consolider les murs d’enceinte mais un siècle plus tard l’édifice menaçait une nouvelle fois de s’écrouler. Peut après, un décret officiel ordonna la démolition d’une partie du château et on fit construire une chaussée haute pour détourner une partie des eaux du Touch. En 1793, le domaine fut saisi puis racheté par Jean SARRUS qui s’empressa de faire démolir l’antique glise de Saint-Michel-du-Touch. Il fit construire un peu en retrait du promontoire une somptueuse demeure, un château à colonnade de style Restauration avec une allée principale plantée de pins parasols. On retrouve dans les jardins de l’actuelle cité d’Ancely des vestiges de l’époque passé : la tonnelle de Glycine en demi sphère, les sapins de Céphalonie et sapins d’Espagne, arbres suffisamment rares pour être signalés, et surtout la grande allée de pins parasols qui, menait aux portes du château. On peut repérer l’emplacement d’un des vergers grâce à l’énorme souche de châtaigner encore bien vivace, une espèce greffée. Prés du pont situé en contrebas dans l’enclos, se trouvait une fontaine dont il reste un bassin unique comme lavoir. Le dernier propriétaire des lieux, Georges Ancely, riche négociant toulousain, avait fait de ce vaste domaine un lieu de charme, paisible et attachant. Au début du siècle dernier, en déracinant de vieux arbres, on mit à jour plusieurs objets d’origine gallo-romaine dont une statuette de marbre blanc et un gladiateur en fonte. En 1960, la Société HLM de la Haute Garonne acquit la totalité du domaine d’Ancely, dix-sept hectares, pour construire un ensemble de plus de huit cent cinquante logements et pavillons. Le château désaffecté fut détruit. Les colonnes blanches de la façade, rescapées de la démolition, enjolivent aujourd’hui l’entrée de la piscine d’Ancely. Les fouilles continuèrent jusqu’en 1970, puis un musée fut crée sous l’actuel bâtiment.

 

Sources : Archives Municipales de la ville de Toulouse

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires