Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 23:25

Avaria Motors Algérie - La Mini sur les routes algériennes

 


Partout où il passera, ce véhicule ne manquera pas de séduire les coeurs.

Heureuse nouvelle pour les accros des véhicules haut de gamme.

Prochainement, l’Algérie verra, sur ses routes, la marque Mini qui sera introduite sur son marché de l’automobile. Un modèle jusque-là réservé à des marchés européens restreints.

Bavaria Motors Algérie (BMA), représentant exclusif de BMW Group en Algérie depuis février 2007, va ainsi introduire ce véhicule dans notre pays. En effet, la Mini est un produit né en 1959 en Angleterre; elle a été conçue par Sir Alec Issigonis pour le compte de BMC.

Pleine de caractère, la première Mini marqua de son empreinte le monde de l’automobile au point de devenir une icône. Son origine anglaise l’associa aux tourments de l’industrie automobile de ce même pays où elle fut contrainte, à plusieurs reprises, de changer de propriétaire et de se voir vendue sous plusieurs labels, avant de devenir une marque à part entière.

La dernière Mini «Classic» est sortie de chaîne en 2000, sa remplaçante, la New Mini, a été lancée en 2001 sous l’impulsion de BMW et il s’en est vendu un million d’exemplaires en six ans.

Il s’agit-là donc, d’une pièce rare, au profil très européen. Son introduction par le constructeur allemand dans notre pays dénote la confiance qu’il a dans le marché automobile national, et le respect qu’il porte au client algérien.

Une vraie citadine

La nouvelle venue a pour terrain de chasse la ville; c’est donc une citadine qui ne manquera pas, de par les atouts qu’elle affiche, de donner du fil à retordre à des concurrentes comme la Porsche et les voitures de sports. Bavaria Motors Algérie continue son implantation avec le lancement de la marque Mini qui a eu lieu mercredi dernier à l’hôtel Hilton. Il a été suivi par une conférence de presse animée conjointement par Pierre Labbé, Directeur général de BMA et M.

De Coatpont Directeur commercial de la même firme, au cours de laquelle ils se sont étalés sur l’impact qu’aura cette marque sur le marché algérien.

«L’introduction de la Mini en Algérie devrait s’inscrire dans le cadre du redéploiement du groupe BMW en Algérie, initié par le passage de la marque de l’hélice, en février 2007, sous la coupe du groupe CFAO. Le marché automobile algérien estimé à 150.000 nouvelles immatriculations par an, conjugué à un boom économique qui attire investisseurs et capitaux, fait que les marques premium lorgnent du coté de chez nous et, dans un segment qui ne représente pas plus de 1% du marché et où les premiers venus sont généralement les premiers servis, BMW Group, pour ne pas se faire distancer, prend le taureau par les cornes», déclare M.Pierre Labbé avant d’ajouter: «Nous nous focaliserons dans un premier temps sur deux modèles la Mini One (code modèle ME31) proposée au tarif de 2,390 m DZD TTC, ou 1,890 m DZD en licence. Cette voiture est dotée d’un moteur 1397 cm3, d’une puissance de 95 ch, pour une consommation moyenne de 5,3 1/100 km. La Mini Cooper S (code modèle MF71) proposée au tarif de 3,890 m DZD TTC, ou 2,950 m DZD en licence», A noter que cette voiture est dotée d’un moteur de 1598 cm3, d’une puissance de 175ch, pour une consommation moyenne de 7,9 I/100 km. BMA commercialisera la version Diesel dès lors qu’elle sera disponible en norme EU3, tout comme l’ensemble des modèles commercialisés par BMW Group en Algérie.

Livraison immédiate

Par ailleurs, BMA prévoit d’importer l’ensemble de la gamme dans les mois à venir, en fonction de l’actualité du produit de Mini, et au fur et à mesure du développement de la marque Mini en Algérie. Interrogé sur la stratégie qu’adoptera BMA pour commercialiser cette marque M. De Coatpont, directeur commercial, explique que le lancement stratégique pour Bavaria Motors se déroulera tout au long de l’été et des mois à venir, de façon très étudiée en commençant par une phase de communication, du 1er au 12 Juillet avec notamment la présentation de la Mini dans une cage au niveau du Hilton.

Une soirée spéciale VIP est prévue pour présenter les véhicules. Sans oublier que des test drives, du 14 juillet à fin août, toujours à l’Hotel Hilton, seront organisés afin de permettre aux clients d’essayer la Mini

BMA disposera d’un stock permanent d’une quinzaine de Mini One et Cooper S, qui permettra de satisfaire la clientèle avec une livraison immédiate, indique le représentant de BMA.

Ce distributeur exclusif de BMW investira en parallèle dans un stock de pièces détachées d’origine Mini, et une aire de service après-vente dédiée spécifiquement à la Mini, sur le site actuel d’Hussein Dey.

La Mini est une marque pertinente pour le marché algérien compte tenu de sa qualité d’assemblage, de sa maniabilité, mais surtout, compte tenu des valeurs que cette marque représente, à savoir: jeunesse, dynamisme, joie et modernité.

Un certain nombre de Mini, environ 50, sont déjà présentes en norme EU4 sur le territoire algérien.

Aussi, M De Coatpont appelle les utilisateurs de ces Mini, à venir les faire contrôler et, à toutes fins utiles, en assurer le suivi chez Bavaria Motors Algérie. En fait, M.Pierre Labbé affirme que ce modèle n’a pas d’équivalent chez la concurrence et peut prétendre à un succès qui ne peut qu’être à la mesure de sa qualité.

Source l’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires