Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 05:18

Le désert : un lieu austère et implacable 

B. A., un jeune homme de 26 ans, natif d’Adrar, est plein de dynamisme et d’énergie. Une énergie qui fait de lui un véritable fonceur qui n’hésite pas à braver tous les dangers qui se présentent à lui. Mais cette fois-ci, son intrépidité a failli le conduire à sa perte et ses rires auraient pu ne plus se faire entendre dans le domicile familial.

Son père, commerçant de son état, homme pieux, avait auparavant loué trois véhicules de type 4X4 à une compagnie pétrolière qui opérait dans la wilaya d’El-Bayadh, plus précisément dans la daïra de Brézina ?

Le père avait demandé à son fils de charger six pneus neufs pour les déposer ensuite au siège de la compagnie. Le trajet entre Adrar et El-Bayadh se fit sans encombre et aucune panne ne fut enregistrée. Aussi, notre jeune homme décide de continuer sa route vers Brézina, une ville connue pour ses sites, la féerie de son paysage mais aussi pour son vaste étendue désertique. 150 km séparent Brézina du siège de la compagnie. 150 km de piste, à travers des dunes de sable qui s’agitent au moindre souffle d’air et qui demeurent la plus grande et la plus terrible des menaces qui pèse sur les éventuels passagers.

Après avoir parcouru 90 km, notre conducteur subit une première crevaison puis une deuxième jusqu’à l’immobilisation complète du véhicule. Le jeune homme essaie tant bien que mal de rouler sur les jantes mais finit après quelques mètres par y renoncer. Le véhicule n’avançait plus et s’enlisait dans le sable fin. Rien à faire. Après plusieurs tentatives, qui demeurèrent vaines, il décide d’abandonner le véhicule et de continuer à pied.

Pensant arriver rapidement, B. A. n’avait pas songé à un seul instant à s’approvisionner. Pas de nourriture, pas d’eau. Rien !

L’endroit où il se trouve s’appelle "Gour El Jamel". Notre jeune homme inspecte rapidement le 4X4. Pas la moindre trace d’un quignon de pain, pas la moindre goutte d’eau. Certes, une bouteille en plastique se trouve dans le coffre mais malheureusement vide. Beaucoup d’images, beaucoup de souvenirs qui risquent de s’estomper à jamais.

On y pense. On revoit ses proches, ses parents, ses amis, les rues où on a grandi puis comme sorti d’un rêve, c’est le vide implacable qui vous guette au moindre faux-pas. Là-bas, au loin, c’est l’horizon, un horizon de dunes de sable, un ciel d’un bleu azuré. Puis la peur, la crainte s’installent progressivement et notre jeune homme ne veut pas mourir et ne veut pas abandonner la partie. Il tient trop à la vie. Dans son excès de précipitation, il a oublié de se saisir de la bouteille vide, bien entendu. Il a entamé son périple sans rien emporter parce que tout simplement, il n’y avait rien à prendre.

Sans boussole, sans carte, sans aucune connaissance du terrain, notre jeune homme commence la marche. Il choisit un itinéraire au hasard en se fiant peut-être à sa bonne étoile. Premier jour de marche. Rien à la tombée de la nuit, il décide de s’arrêter pour s’allonger sur le sable. Le froid se fait cruellement sentir et B. A. se blottit, se réchauffe comme il peut. Même pas un briquet ou des allumettes pour allumer un feu.

Deuxième jour à l’aube, B. A. décide de reprendre la marche. Une marche obstinée et une volonté qui ne le fait pas reculer. Rien à se mettre sous la dent. Même les insectes se font rares et se cachent.

Dans la nuit, B. A. grelotte de froid, la journée il subit inlassablement les rayons, les dards du soleil qui lui tambourinaient la tête. En cours de route, notre jeune homme tombe sur un vieux bidon en plastique qui lui servira plus tard. De nouveau, la nuit, arrêt obligé et froid. Troisième jour, dès les premières lueurs, B. A. attaque la marche. Il faut des heures pour franchir ces dunes colossales. Pour éviter la déshydratation, il dut boire sa propre urine recueillie au fond du bidon. Vaut mieux cela que la soif. Car la déshydratation est une motivation incroyable.

A Adrar, le père qui avait téléphoné à la compagnie pour voir si son fils était arrivé à destination apprend que ce dernier ne s’est pas présenté et que peut-être un oued qui lui avait barré la route mais à bord d’un Station 4X4 le passer ne représente pas une grosse difficulté. Aussitôt, il décide de se lancer à la recherche de son fils. Il prend contact avec des proches à Ménéa et à Ouargla, et une fois à Brézina. La faim tenaille notre aventurier et le désespoir et l’incertitude commencent à le gagner.

Il ne sait combien de kilomètres il a parcourus, ni où il se trouve, ni ce qu’il adviendra de lui. Est-ce que sa famille est alertée ? Beaucoup de questions trottent dans sa tête. De l’autre côté, le cortège se prépare à la recherche de notre jeune homme dont on ne donne pas chère de sa vie au cœur de ce sahara où l’individu est soumis à rude épreuve. On pense le retrouver mort, gisant sur une dune. Mais tant qu’on a rien trouvé, on continue. Un médecin de la société pétrolière les accompagne au cas où…

Jour de la délivrance  

Il est faible, très faible, il n’a rien mangé depuis plus de quatre jours, et son urine commence à manquer. Il se lève puis essaie de se forcer à marcher, car pour lui c’est l’unique espoir. Mais il perd connaissance, et s’allonge car le désert a sapé ses forces. Le groupe des sauveteurs piste sa trace mais avec les vents de sable fréquents dans la région, la tâche n’est guère facile. Mais l’acharnement du père s’avère payeur. Aux alentours de 14h30 de l’après-midi, on aperçoit un corps gisant sur le sable. Est-ce lui, ou quelqu’un d’autre ?

Les cœurs battent de plus en plus fort et les regards se figent et on accourt vers ce lieu. C’est notre égaré, vivant mais très affaibli. Quelques gouttelettes d’eau sont posées délicatement sur ses lèvres desséchées par un soleil impitoyable. Il est rapidement conduit au siège de la compagnie où on lui prodigue les premiers soins. On lui donne des pommes, des dattes et du thé afin de reprendre des forces. Notre bonhomme avait parcouru… 360 km avec cet amas de sable, les dangers.

Aujourd’hui, il est rentré à Adrar, il a retrouvé les siens qui avaient craint le pire. Sortir indemne, vivant des affres de ce désert, de cette tourmente relève du miracle. Car le désert est un lieu austère et implacable. Un homme prévenu en vaut deux. A bon entendeur !  

Source La Nouvelle République  

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pneu 09/03/2012 09:34


Quelle histoire! Elle nous dit beaucoup sur le desert implacable, mais encore plus sur le courage et la force de volonté de cet homme épuisé mais toujours resistant qui se bat pour sa survie!

Le Pèlerin 09/03/2012 10:07



Bonjour Pneu


Oui les hommes du désert sont des gens courageux, ponctuels, luttant pour leur survie et
leurs traditions


Ils sont d’une résistance hors du commun et à priori on peut leur faire toute
confiance


Dans la difficulté ils ont en principe les moyens de communications adéquats (obligatoires
s’ils font partie d’une agence) et s’entraident entre eux quitte à faire bien des km en plus de leur itiéraire normal


J’ai eu l’occasion de me rendre dans le Hoggar et toutes ces qualités m’ont favorablement
impressionné à leur contact


Si vous avez l’occasion, rendez vous y ….Vous ne le regretterez pas


Sur le plan sécuritaire il ne doit pas y avoir de problème dans les région de Tam,de
Djanet, voire bien d’autres encore…Toutefois il est bon de se renseigner avant de partir


Cordialement,


Le Pèlerin