Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 23:30

Pourquoi le piment nous brule-t-il la bouche ? 

piment-rouge.png 

Le piment fait partie de cette famille de produits qui sont de vrais magiciens [...] Car on dit que le piment nous brûle la langue et la bouche. Pourtant, nulle cloque, boursouflure ou plaie ne se forme à la suite de l'explosion de chaleur due au contact avec le piment, mais la sensation d'une brûlure plus ou moins intense, qui nous semble bien réelle. Et rien ne sert d'appeler les pompiers avec leurs lances à eau, boire n'y changera rien.
Le piment commun compte 25 espèces dont 5 ont été domestiquées et diversifiées en de nombreuses variétés (près de 140) par les peuples amérindiens. Né apparemment en Amérique latine, peut-être en Bolivie, il était cultivé dès 7000 ans av. J.-C. C'est Christophe Colomb qui le ramena en Europe dès son premier voyage en 1493. C'est d'ailleurs pour cela qu'on le nomme « poivron » car C. Colomb, qui se croyait aux Indes, prit ces petites baies piquantes pour des grains de poivre rouge. Le piment est un fruit charnu et creux. Lorsqu'il est petit, de forme pointue et que sa saveur est plus ou moins brûlante, on l'appelle piment. Lorsque le fruit est gros et que sa saveur est plus douce, on l'appelle poivron.
C'est aujourd'hui l'épice la plus consommée au monde. Et cela grâce à sa composition très particulière qui lui donne ses qualités gustatives et ses vertus médicinales. C'est tout d'abord, après le persil, le légume qui contient le plus de vitamine C. Et le responsable du piquant du piment est une molécule nommée capsaïcine. Elle est tellement puissante qu'elle reste décelable même si on dilue un gramme de cette substance dans 10 mètres cubes d'eau. C'est d'ailleurs comme cela que l'on mesure la force d'un piment depuis 1912. Cette année-là, un pharmacien nommé Wilbur Scoville a créé une échelle basée sur des tests de dégustation. On dilue du piment broyé dans des quantités d'eau croissantes et on demande à des testeurs volontaires de goûter la mixture. Tant qu'au moins 60 % des testeurs détectent le piment, on continue les dilutions. L'échelle va de 0, neutre, à 10, explosif en passant par 3, relevé ou 6, ardent. Les deux piments les plus forts sont le tabasco, classé 9, volcanique, et le habanero, classé 10.
Melange des sens
Alors, comment le piment réussit-il son tour de passe-passe de nous faire croire qu'il brûle ? Il faut d'abord savoir comment fonctionne ce que l'on appelle le goût et qui est en fait un mélange du goût stricto sensu, de l'odorat, du toucher, de la vue et parfois de l'ouïe. Tout cela fusionne dans la bouche pour donner le goût sous la baguette du chef d'orchestre qu'est la langue.
La cavité buccale contient des milliers de papilles gustatives. Chaque papille contient de nombreuses structures appelées bourgeons. Et chacun d'eux contient quelques dizaines de cellules sensorielles reliées au cerveau. Ces cellules ont à leur surface des récepteurs qui sont un peu comme des serrures. Il y a plusieurs types de serrures, par exemple celles qui ouvrent le goût sucré, le salé, l'amer. Mais aussi celles qui reçoivent les clés du froid ou du chaud.
Quand on introduit un aliment ou une boisson dans la cavité buccale, c'est comme si, au niveau moléculaire, on déversait des tas de clés. Celles-ci vont aller dans leur serrure correspondante. Et la cellule sensorielle va envoyer au cerveau le message selon lequel des serrures ont trouvé leur clé. En fonction du nombre de ces rencontres, la sensation sera plus ou moins forte.
Il a été démontré par des chercheurs que la molécule du piment responsable de l'effet de brûlure, la fameuse capsaïcine, est la clé qui ouvre la serrure responsable de la surveillance thermique du chaud. La capsaïcine parvient donc à crocheter cette serrure, qui envoie alors tout de suite au cerveau un message du type « alerte, ça chauffe ». En passant, c'est le même mécanisme avec le menthol, mais avec les serrures du froid.
Toutefois, ces récepteurs thermiques, contrairement à ceux du goût, ne se trouvent pas que dans la bouche. Il y en a partout sur le corps. C'est pourquoi il faut faire attention en manipulant des piments forts de ne pas se frotter les lèvres ou les yeux et de se savonner les mains après. Certains sont si forts qu'ils peuvent d'ailleurs irriter les peaux sensibles. Dernier conseil, la capsaïcine n'étant pas soluble dans l'eau, mieux vaut boire un peu de lait, de yaourt ou d'huile pour atténuer la sensation de brûlure.
Source Le Figaro Sciences  

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

pimentier 17/12/2008 12:54

Vous pouvez desormais commander vos piments Nioras au Comptoir du Piment. http://www.comptoir-du-piment.com

pimentier 21/10/2008 11:16

J'ai commandé des Nioras, mais je ne les aurais pas avant début décembre. Vous pouvez en attendant en acheter à cette adresse : http://www.confiture.net/niora-hache-piment-tres-doux-espagnol-epices-monde-entier-epicerie-fine-538-43000-6-4000.z.fr.htmA bientotPimentier

Le Pèlerin 22/10/2008 06:18


Salut Pimentier,

c'est hyper sympa et je vais commander
Je vous en remercie
Cordialement,
Le Pèlerin


pimentier 20/10/2008 14:36

C'est bon, j'en ai trouvé. Celà s'écrit : NiorasJe vais rajouter ce produit en fin de semaine sur mon site : http://www.comptoir-du-piment.com

Le Pèlerin 22/10/2008 06:20


Parfait Pimentier,

Je vais pouvoir les déguster

Cordialement,

Le Pèlerin


pimentier 20/10/2008 14:00

Je viens de trouver une adresse qui me permettrais de m'en procurer. Il faut les commander mais ils en ont que rarement.Je vous tiendrai au courant...

Le Pèlerin 22/10/2008 06:21


Merci d'avance ce serait hyper sympa
Cordialement,
Le Pèlerin


guilbaud 17/10/2008 20:16

Pour les amoureux des sauces pimentées, visitez ce site : http://www.comptoir-du-piment.com

Le Pèlerin 18/10/2008 20:50



Bonsoir Guilbaud

J'ai visité botre blog...Intéressant; il fallait y penser
A ce propos vous pourriez m'aider...
Je cherche des Noras ou Gnoras....Cela avait un goût formidable...Cela ressemblait à un piment d'espelette mais avait une forme de tomate...On les faisait sécher comme on le fait pour les piments
d'Espelette et on les pilait pour les ajoutait comme ingédient de soupe et surtout pour les sauces à base de tomate....un délice...!!!
Je n'en ai plus trouvé depuis que je suis parti d'Algérie ...Et pourtant j'y suis retourné...Nenni...Je crois qu'il y en a dans le sud espagnol.
Si vous aviez des renseignements je serais interssé
Cordialement
Le Pèlerin