Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 juillet 2008 7 13 /07 /juillet /2008 19:14

Union pour la Méditerranée : La part du rêve, le poids des réalités



Comment est né le projet qui a abouti à l’union pour la Méditerranée, qui sera consacrée aujourd’hui à Paris ? Rappel succint. Le 6 mai 2007, à l’issue du second tour de l’élection présidentielle française, Nicolas Sarkozy lance, à la surprise générale, l’idée de construire une « union méditerranéenne ». L’idée de cette nouvelle union entre les pays des deux rives de la Méditerranée était apparue deux ans auparavant, suggérée par Jean-Louis Guigou, ex-directeur de la Datar et Panagiotis Roumenotis, ex-ministre des Finances grec et président du Centre d’analyse et de liaison des acteurs de la Méditerranée (Calame).

 

Constatant l’échec lamentable d’Euromed, plus connu sous le nom de Processus de Barcelone, initié en 1995 pour aider au développement des pays méditerranéens, les deux hommes pensent qu’il faut créer une « communauté du monde méditerranéen » plus ou moins calquée sur celle de l’Europe. Henri Guaino, conseiller personnel de Sarkozy, est à l’origine de la reprise de cette idée par le candidat de la droite française : ce projet permet à la fois d’établir une dynamique politique hors de l’Union européenne (UE) et d’offrir une alternative sérieuse à l’adhésion de la Turquie dans l’UE, dont Sarkozy ne veut pas entendre parler.

Réduire les fractures

Pour Henri Guaino, ce projet contribuera à réduire les lignes de fracture qui traversent cette région : « Le but était de jeter les bases d’un partenariat à égalité entre les pays riverains qui ont une part commune de destin à assumer. La notion de parité, qui n’existait pas dans Barcelone, est centrale. » « C’est un changement très profond de la nature même du processus de Barcelone. Grâce à ce projet, on a remis de la politique en Europe et tourné de nouveau l’Europe vers le Sud où se joue son avenir » (in Le Figaro du 29 mars). Elu président de la République, Nicolas Sarkozy, en plus de son conseiller personnel, Henri Guaino, s’est entouré d’une équipe d’une quinzaine de personnes dirigée par l’ambassadeur Alain Le Roy. En visite d’Etat au Maroc en octobre 2007, Nicolas Sarkozy prononce un discours qui appelle « tous les hommes de bonne volonté » des pays riverains de la Méditerranée à mettre en place avec lui « une coopération d’égal à égal entre le Nord et le Sud », notamment en matière économique et politique, mais aussi militaire, culturelle et sociale. « L’union pour la Méditerranée est l’occasion de porter la vision d’une Europe politique engagée… On va me dire : ‘‘Est-ce que tout est résolu ?’’ Non, c’est sûr ! Mais il y a une nouvelle volonté, une même analyse que ce qui se passe en Méditerranée est capital, une même volonté d’attaquer le processus de Barcelone d’une autre façon, de mettre de la politique dans tout cela, de traiter les deux rives à égalité, d’où la coprésidence. C’est une nouveauté, la co-présidence », affirmait Nicolas Sarkozy lors d’une conférence de presse à l’issue du Conseil européen à Bruxelles, le 13 mars.

Glissement sémantique

Depuis l’appel de Rome en décembre 2007, l’union méditerranéenne est devenue l’union pour la Méditerranée et le Conseil européen des 13 et 14 mars 2008 lui a donné le nom définitif de Processus de Barcelone : union pour la Méditerranée. Le glissement sémantique de l’intitulé n’est pas neutre. Le projet initial de Nicolas Sarkozy invitait les seuls Etats riverains à créer une union politique, économique et culturelle fondée sur le principe d’égalité stricte entre les nations d’une même mer. Mais devant l’opposition de l’Allemagne, il avait déjà dû revoir sa copie début 2008. Berlin avait émis la crainte que le projet d’union méditerranéenne tel que conçu initialement par Nicolas Sarkozy divise, à terme, l’UE s’il excluait les Européens non riverains de la Méditerranée et créerait « une nouvelle frontière (…) entre l’Allemagne et la France », départageant « les pays tournés vers l’Est et ceux tournés vers le Sud ».

l’UE recadre le projet

Lors du sommet européen des 13 et 14 mars 2008, conformément aux vœux d’Angela Merkel, c’est finalement toute l’Union européenne qui entre dans le projet d’union méditerranéenne, vidé auparavant de sa substance et amputé de ses objectifs au profit d’une revitalisation du processus de Barcelone agonisant. La Commission européenne a dessiné les contours d’un projet qui limitent encore plus les ambitions de la France, déjà très diluées les mois précédents. La Commission propose de rassembler les 44 pays riverains de la Méditerranée et de l’Adriatique : les 27 Etats membres de l’UE, les 13 membres et observateurs du processus de Barcelone lancé en 1995 par les Européens pour un partenariat avec les pays du sud de la Méditerranée (Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte, Jordanie, Territoires palestiniens, Israël, Liban, Syrie, Turquie et Albanie), ainsi que la Croatie, la Bosnie, le Monténégro et Monaco.Par ailleurs, la Commission européenne a précisé que l’éventuel engagement de la Turquie dans le projet n’exclura pas ce pays du processus d’adhésion à l’UE. En ce qui concerne le financement, Bruxelles veut privilégier le recours à des fonds privés, des fonds d’Etat, membres ou non de l’Union, ou encore aux institutions financières internationales plutôt qu’aux fonds européens.

Et la dimension humaine ?

La suspicion et les interrogations émanant des pays de la rive sud de la Méditerranée ont été nombreuses. Qu’en est-il de la dimension humaine des relations euroméditerranéennes ? Doit-elle être abordée uniquement sous l’angle des flux migratoires, préoccupation centrale des Européens ? Cette dimension est, du point de vue de l’Algérie, au cœur même de la problématique de l’union pour la Méditerranée. « Une approche novatrice impliquerait de ne pas parler désormais de ‘‘maîtrise concertée de flux migratoires’’, mais de la dimension humaine des rapports entre l’Europe et les pays du Sud ; dimension qui doit être au cœur même de la problématique de l’union pour la Méditerranée », a indiqué l’ambassadeur d’Algérie en France, au Forum de Paris, ajoutant : « On ne peut pas, comme le faisait le Processus de Barcelone, continuer à prôner la libre-circulation des biens, des capitaux et des services et en même temps multiplier les restrictions, donnant ainsi aux populations impliquées le sentiment d’être exclues d’un processus qui les concerne au premier chef. » Et de plaider pour un « Schengen méditerranéen ».

 

Source El Watan

Le Pèlerin

Dernière minute

L'Union pour la Méditerranée officiellement lancée

L'Union pour la Méditerranée (UPM) a été officiellement lancée dimanche à Paris lors d'un sommet réunissant les dirigeants de 43 pays, a annoncé le président français Nicolas Sarkozy à la fin de la rencontre. 13 juillet 2008 à 17h32min

Partager cet article
Repost0

commentaires