Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 08:03

Union pour la Méditerranée
Les attentes algériennes satisfaites avant le Sommet


Tout porte à croire que l’Algérie a «traité» avec l’UPM et obtenu ce qu’elle voulait avant même que ne se tienne le Sommet.




On a toujours su que Sarkozy est un homme politique hyperactif. Il confirme cette caractéristique avec le rythme infernal qu’il s’impose en organisant simultanément deux super-événements à Paris. Le Sommet de l’Union pour la Méditerranée qui réunit pas moins d’une quarantaine de dirigeants et, l’occasion aidant, les garder jusqu’au lendemain pour les avoir à la tribune officielle lors du défilé du 14 Juillet.
Hyperactif certes, sans cependant se laisser déborder par les innombrables problèmes que ramènent dans leurs bagages tous les chefs d’Etat et de gouvernement invités. Pour ce faire, il privilégie les dossiers par l’importance qu’il leur accorde. Alors que lors des tractations préliminaires, tout son entourage en charge du Sommet mettait l’accent sur les problèmes de dépollution de la Méditerranée, de partenariat pour un développement durable entre le Nord et le Sud, d’immigration et bien d’autres problèmes très généreux pour la condition humaine. Tout cela semble être mis au placard, mieux semble avoir été le «su-sucre» pour attirer le plus de participants.
Les choses sérieuses, abordées hier lors du Sommet, sont restées axées sur le conflit du Moyen-Orient. Ainsi donc, Sarkozy a remis en selle, sur la scène internationale la Syrie. En contrepartie, Bachar Al Assad a promis d’ouvrir une représentation diplomatique au Liban qui fera de même à Damas. Sarkozy a poussé plus loin en demandant au dirigeant syrien d’aller vers des négociations directes avec Israël au lieu de continuer à se servir de l’intermédiation turque.
Pas seulement puisque le président français demande à la partie syrienne de joindre ses efforts à la communauté internationale dans le nucléaire iranien.
Bachar Al Assad, excédé, a eu ce mot: «Sarkozy m’en demande trop.» A part le souci de régler un maximum de problèmes au profit d’Israël, le Sommet «oublie» les autres conflits que vivent les pays méditerranéens. Même le président chypriote réclame plus d’attention de l’UPM sur le conflit latent qui divise l’île.
Pas un mot non plus sur le problème du Sahara occidental, ce qui explique, selon certains observateurs, l’absence du roi du Maroc. Pas un mot, non plus, sur la lutte commune contre le terrorisme, comme cela avait été annoncé tout au long des préparatifs.
De libre circulation des personnes. D’aide au développement des pays du Sud. A tel point qu’il est plus instructif et utile d’observer les problèmes éludés que ceux abordés par le Sommet. D’autres interrogations se posent: comment et en vertu de quoi la présidence du Sommet est revenue à Sarkozy et Moubarak? Pour Sarkozy, cela pourrait s’expliquer par la faveur habituellement accordée au pays hôte. Pour Moubarak, certains avancent non sans une pointe d’ironie, qu’il est le dirigeant du seul pays arabe à avoir conclu un accord de paix avec Israël.
Quelle est la durée de leur «mandat»? Dans quel ordre se fera cette coprésidence tournante. Que des questions sans réponse. Même la décision du siège de l’Union est différée. Celui du secrétariat général aussi ainsi que les prérogatives qui seront les siennes. Les discours anémiques faits par les 40 chefs d’Etat qui se partagent les 180 minutes qu’a duré la réunion au Sommet hier après-midi, n’ont pas dépassé les généralités.
La naissance de l’UPM à Paris risque de ne revêtir l’aspect historique que pour la France. Que pour Sarkozy. L’événement a, en effet, lieu alors que la France assure pour les six prochains mois la présidence de l’Union européenne.
Que les Etats-Unis sont trop occupés par les élections présidentielles prévues en novembre prochain et sont donc obligés de délaisser quelque peu la scène internationale.
Autant de paramètres qui favorisent «l’intrusion» de Sarkozy qui saute sur l’occasion pour jouer au grand «timonier». Un rôle dont on ne sait trop s’il réglera durablement les événements qui secouent la région, mais qui confère, malgré tout, au président français une certaine liberté de mouvement. D’un relatif poids également. C’est en quoi les garanties qu’il a données au Président Bouteflika au Japon ont tout pour être crédibles. C’est aussi l’explication du rôle peu engageant que se donne, ici à Paris, la délégation algérienne.
Tout porte à croire que l’Algérie a «traité» avec l’UPM et obtenu ce qu’elle voulait avant même que ne se tienne le Sommet. Il faut savoir aussi que le président français n’hésite pas, à certaines occasions, de promettre des choses qu’il ne parviendra pas forcément à tenir.
Comme le pouvoir d’achat promis aux Français, lors de sa campagne électorale, qui s’avère impossible au président français de maîtriser.
Cela pour dire qu’il faut toujours être prudent devant les généreuses promesses du président français dont on se demande s’il a réellement le temps de réfléchir tant il est en perpétuelle action. Un président qui carbure à 100 à l’heure. Qui n’a pas le temps de se poser.
En définitive, le Sommet qui s’est tenu hier à Paris pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Les effets d’annonce peuvent-ils être conciliables avec des solutions durables qu’attend la région? C’est un véritable show très sarkozien auquel nous avons assisté hier à Paris. La fête continue aujourd’hui. Cette fois pour le 14 Juillet. Une fête franco-française que Sarkozy veut «internationaliser».

 

 

 

Source L’Expression

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Nicolas Sarkozy continue sa technique de la zizanie<br /> <br /> il crée des regroupements, et des attentes, met les uns et les autres en concurrence<br /> ...<br /> la suite est toujours la même.<br /> <br /> Le procédé est habile <br /> mais laid.<br /> <br /> Flatter Israel<br /> promettre aux chefs d'états (surtout eux) du pourtour<br /> tenir à distance la Turquie<br /> ...<br /> ll'arbre de la discorde (parce que projet personnel d'un égo surdimentionné) ne tardera pas à donner ses fruits acides
Répondre
L
<br /> Salut le Bateleur; je garde l'essentiel " Le succés du sommet" ....Une porte est ouverte...On peut y entrer ou ne pas y entrer....<br /> Je préfère la discussion même discordante à une guerre des positions sans dialogue.<br /> C'est sur qu'avec les propos acides que tu tiens, on ne pourra pas avancer sur le sujet<br /> Mais je pense qu'il y aura des oppotunités.....Rester sur le quai et dénigrer n'est pas à mon avis la bonne solution....Le conservatisme de tous bords n'est plus de mise si l'on veut que les choses<br /> bougent<br /> Mais Dieu sait qu'ils sont nombreux ceux qui ont intérêt à ce que rien ne bouge<br /> Cordialement,<br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />