Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 23:00

Castelnaudary - L'eau providentielle

 

La création du canal du Midi, le 19 mai 1681, reliant l'Atlantique à la Méditerranée, par Pierre Paul Riquet va bouleverser le destin éco­nomique de Castelnaudary, unique port exis­tant entre Toulouse et Sète. La population va i presque quadrupler en l'espace d'un siècle. Sur un plan d'eau de sept hectares aménagé au cœur de la ville, le commerce bat son plein : farine produite dans les plaines du Lauragais, la réputation de grenier à grains du Sud-Ouest se met en place; vins du Bas Languedoc acheminés vers le Tarn ; bois de l'Allège qui pourvoit aux chantiers portuaires de la ville, mais également de Toulouse.

Aujourd'hui revisitée à l'aune du tourisme, la vocation touristique du canal s'est affirmée. 1 500 bateaux transitent par le port durant la saison estivale. Des touristes venus du monde entier découvrent la beauté des paysages traversés, les richesses patrimoniales de la ville et des environs. Dans le but d'inciter les vacanciers à prolonger leur séjour, et à mettre pied à terre, l'office fluvial projette la mise en service d'aménagements tels que des bornes d'avitaillement pour les branchements d'eau et d'électricité. L'Office de Tourisme a imaginé des circuits de visites autour du grand bassin, en ville et sur des itinéraires comme la Route du Cassoulet de Castelnaudary®. En élargissant la balade, l'esprit de découverte sera à son affaire devant les vestiges romains de Montferrand, les ports aménagés au fil de l'eau traversant de vieux villages (Labastide d'Anjou, Mas Saintes Puelles, Saint Martin Lalande et ses six écluses). Sans oublier les autres villages plus en retrait : Villeneuve la Comptai, Mireval Lauragais, Souilhanels, Ricaud, Airoux, Fendeille. Riches d'une église classée, d'un pigeonnier, d'un vieux château.

 




ci dessus le port de Castelnaudary

 

 

Terre du Cassoulet

 

La terre d'Issel, village proche de Castelnaudary, région où l'on fabrique des tuiles et des briques depuis la nuit des temps, est aussi célèbre que le cas­soulet, plat mondialement connu pour la saveur de ses haricots condimentés avec du confit de canard, de la saucisse de Toulouse, du porc et des couennes. C'est à partir de cette terre argileuse aux qua­lités exceptionnelles, la résistance aux variations de température, que Von fabrique la cassole. Le récipient, de forme tronconique, évasé vers le haut qui a donné le nom à la recette s'est défi­nitivement imposé dans le paysage gas­tronomique. Henri Moreno, potier dans le centre ville, respecte la tradition de la fabrication à la lettre. La terre est tra­vaillée sur un tour, donnant forme à la cassole, selon la dimension souhaitée. Pour éprouver sa résistance à l'usage du four de la ménagère, on incorpore à la terre normale de la terre chamotée, com­posée de petits grains de terre cuite qui autorise la dilatation.
Tout est mis à sécher durant 2 semaines. Le récipient est ensuite vernissé, du fondement jus­qu'aux rebords, et cuit une dizaine d'heures dans un four. La forme ventrue de la cassole, sa seconde enveloppe, très répandue, bénéficie d'un excellent accueil, auprès des restaurateurs notam­ment, qui la trouvent, peut-être, plus malléable que l'originale. Les amateurs de cassoulet auront bientôt l'occasion d'en vérifier le bien-fondé. Henri Moreno avec le concours de l'Office de Tourisme de Castelnaudary et du Bassin Lauragais ouvre son atelier à des stagiaires. Le temps de fabriquer sa propre cassole pour aller ensuite la remplir dans un des restaurants de la ville qui propose des cours de cuisine "cassoulet" ouverts aux cuisiniers en herbe.

 

Plus d’Information

 

Office de Tourisme Intercommunal de Castelnaudary et du Bassin Lauragais

Place de Verdun - 11400 Castelnaudary

Tel 00 33 (0)4 68 23 05 73

ot@villecastelnaudary.fr

www.castelnaudary-tourisme.com

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires