Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 06:26

Livre blanc sur la politique extérieure et européenne de la France

Il recommande de conforter la politique maghrébine de Paris : Un livre blanc sur la politique extérieure et européenne de la France

http://www.lequotidien-oran.com/files/spacer.gifDes experts recommandent au pouvoir politique français d'inscrire le Maghreb au coeur de la politique étrangère de la France pour les quinze prochaines années. Issus d'horizons divers, ils estiment, sur une même longueur d'ondes, que la politique maghrébine de Paris gagnerait à nourrir davantage d'ambitions et de se déployer comme un axe prioritaire. Cette recommandation imprime aux côtés d'une somme d'autres le «Livre blanc de la politique extérieure et européenne de la France». Commandé par l'Elysée et le Quai d'Orsay, le document a été élaboré par une commission dirigée par l'ancien Premier ministre et ancien Chef de la diplomatie, Alain Juppé. Conçu à la manière du «Livre blanc sur la politique de défense et de sécurité», le travail de la Commission Juppé revendique une doctrine diplomatique au centre de laquelle la rive sud occidentale de la Méditerranée aura une place géopolitique de premier plan.

«La stabilité de l'Afrique du Nord, et tout particulièrement du Maghreb, est d'une importance particulière pour l'Europe et la France, en raison de notre proximité et des liens étroits tissés de part et d'autre de la Méditerranée, historiques ou culturels, mais aussi politiques et économiques». Pendant un an, la Commission a auditionné une multitude d'acteurs de la diplomatie française - cadres du Quai d'Orsay et diplomates en poste à l'étranger -, des chercheurs, des acteurs du monde économique et de responsables d'organisations internationales (Kofi Annan, l'ancien patron de l'ONU). Ancien directeur de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient et ancien ambassadeur à Tunis, Yves-Aubin de Musezière en a fait partie.

Jalon le plus avancé du voisinage de la France, «à la croisée d'enjeux politiques, stratégiques et économiques essentiels», le Maghreb — autant que l'Afrique et le Moyen-Orient - «doit être l'objet d'un investissement soutenu». Un traitement «dont l'ampleur dépasse à l'évidence nos moyens». Selon la Commission Juppé, les enjeux nourris par le Maghreb «ne sont pas seulement français mais européens». C'est la raison pour laquelle «l'instrument essentiel» de mise en oeuvre réside dans «l'intensification» des relations entre l'Union européenne et «ses principaux voisins» dont l'Afrique du Nord.

L'Europe, dont Paris assure depuis le 1er juillet la présidence semestrielle, «doit donner un contenu plus ambitieux et plus effectif à ses grands partenariats régionaux». Mais, insiste la Commission Juppé, «la priorité, du point de vue de la France, porte sur la région méditerranéenne, et en particulier le Maghreb».

Estimant que la Russie, «une partie de ses voisins» et l'Afrique du Nord «n'ont pas vocation à rejoindre l'UE», la Commission du «Livre blanc sur la politique extérieure et européenne de la France» appelle, cependant, à manifester plus d'intérêt pour la rive sud. «En définissant ses offres, l'Europe, et singulièrement la France, devront être généreuses et avoir à l'esprit que si l'on veut donner de la crédibilité au projet d'Union pour la Méditerranée, comme à une politique de voisinage qui soit une alternative à l'élargissement, il faudra mieux traduire en actes, sur les plans financiers, du commerce et de la circulation des hommes, les discours d'ouverture et d'échange qu'elles tiennent à leurs voisins»

Source le Quotidien d’Oran

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires