Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 09:59

Si quelqu'un connait les coordonnées de Ghazil Abdelkader, l'un de mes lecteurs voudrait le contacter pour un partage d'expérience

Tipaza innove


C’est parce que l’Algérien en général n’a pas cette mentalité d’investisseur pour le long terme, que l’élevage de l’autruche dans la wilaya de Tipaza n’a pas pu atteindre la dimension souhaitée, en dépit de la présence à Chaïba, dans la daïra de Koléa, du pionnier dans l’élevage de l’autruche en Algérie, Ghazli Abdelkader, un ancien diplômé de l’Ecole polytechnique d’Alger.
  

En Algérie, l’autruche existait d’une manière naturelle jusqu’aux années 1970, avant de disparaître complètement. Celle qui, à l’heure actuelle, est exploitée en élevage en Algérie, avec son cou noir, provient en fait du métissage obtenu par les éleveurs sud-africains, à partir de 3 genres d’autruches. Depuis 1996, selon toujours notre interlocuteur et pionnier de l’élevage de l’autruche en Algérie, l’élevage industriel de l’autruche connaît une expansion particulière en Egypte, en Arabie Saoudite, en Tunisie et au Maroc.

Pour élever l’autruche, l’agriculteur devra d’abord aimer cette espèce de la famille des oiseaux coureurs et ensuite consentir des sacrifices énormes. Cet élevage s’apparente à celui de l’aviculture et s’articule sur 3 phases. La 1re concerne la ponte qui débute entre 2 et 3 ans. La femelle est mâture avant le mâle, jusqu’à 6 mois. La ponte moyenne est de 50 œufs par an. Ces œufs sont incubés, et les autruchons éclosent après une durée de 42 jours. La ponte en élevage peut durer jusqu’à 12 années. La seconde phase concerne l’élevage des futurs reproducteurs jusqu’à la ponte.

La 3e et dernière phase concerne l’abattage, qui varie entre 12 et 14 mois, suivant les conditions d’élevage. Il faut patienter pendant plus d’une année pour consommer la viande tendre, très recommandée, de l’autruche, de surcroît faible en cholestérol, et attendre plus de 2 ans pour la reproduction des œufs.A l’âge adulte, l’autruche atteint un poids qui varie entre 120 et 140 kg et mesure jusqu’à 2,5 m de hauteur.En Algérie, il n’y avait qu’un seul éleveur en 2000. Aujourd’hui, les petits éleveurs d’autruches se sont multipliés dans les différentes wilayas du pays, on peut citer Blida, Sétif, Oran, Batna, Boumerdès, Djelfa, Aïn Defla, Bouira, Ghardaïa, Khenchela, Jijel et Tiaret.

La consommation de la viande d’autruche se développe en Algérie. Le prix du kilogramme varie entre 1100 DA et 1200 DA. Son cuir est très demandé par les industries de transformation du cuir, notamment la maroquinerie, car il est d’une souplesse et d’une résistance remarquables. L’autruche donne environ 1,4 m2 de cuir. Une autruche fournit jusqu’à 800 g de plumes à l’abattage, à partir du 16e mois d’âge. La graisse et les yeux sont également d’autres matières qui sont utilisées à d’autres fins très demandées sur le marché international. La wilaya de Tipaza compte 4 éleveurs d’autruche. Notre interlocuteur, en plus de l’autruche, s’est lancé dans la reproduction du lapin, de la caille, du faisan et de la perdrix.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article

Published by Le Pèlerin - dans Cherchell Tipasa
commenter cet article

commentaires

ADOUR 18/02/2011



je désire rentrer en contact avec cet eleveur d'autruche, de lapin de faison etc... de TIPAZA, pour échanger et surtout interssé par le demarrage d'un élevage similaire, je vosu remercie des
suites que vosu auriez à me donner.


Je suis résident à BLIDA



antipo 13/03/2011



Bonjour,


J'ai un projet similaire du côté d'Azazga. Est il possible d'avoir les coordonnées de


Ghazli Abdelkader SVP?


 



doghmani nordine 31/01/2012


societe de chasse et passionnée de gibier a pume desire mieux connaitre le ùmonde de l'elevage de gibier et du lacher pour le repeupelement et surtut partager votre experrience

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog