Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 juillet 2008 7 27 /07 /juillet /2008 10:48

  Bouteflika annonce la décentralisation du pouvoir et s'en prend aux walis.






Bouteflika annonce la décentralisation du pouvoir. Faudra-t-il alors s'attendre, dans les prochaines semaines à la présentation des nouveaux codes, de la commune et de wilaya qui devraient, selon l'esprit du discours du président de la République, consacrer plus de pouvoirs aux élus locaux ? La décentralisation et la déconcentration, deux concepts forts qui véhiculent des attributs considérables pour les exécutifs communaux, ne pourraient, en effet, que réjouir les détenteurs du pouvoir local qui ne sont jusque-là que de simples exécutants des programmes et des budgets décidés par la wilaya. Les maires seront-ils, dans la nouvelle configuration politique, dictée par la réforme des missions de l'Etat, de véritables acteurs du développement local ? Autant de questions qui se posent lorsqu'on sait qu'aujourd'hui, les présidents d'Assemblées populaires communales n'ont pas d'emprise sur la gestion de leurs collectivités, et que c'est l'administration locale, la wilaya et la daïra, qui s'emparent de ce rôle. Cela se passera-til désormais autrement ? Le président de la République souligne, à ce propos, que «les APC portent la responsabilité de la prise en charge du quotidien des citoyens de leurs communes, elles ont aussi un rôle essentiel à jouer dans l'encouragement aux investissements productifs ». Mais, soutiendra-t-il, «toute cette dynamique de réforme des collectivités locales est largement conditionnée par la modernisation des instruments et des actes de gestion, des ressources humaines, ainsi que par l'amélioration des compétences». Pour y parvenir, ajoutera Abdelaziz Bouteflika, «plusieurs mesures ont été prises, en particulier l'élaboration d'un statut des personnels des collectivités locales qui introduit la gestion par compétence et permet la professionnalisation des acteurs du service public». Ce nouveau statut s'appuie sur un schéma directeur de la formation au profit des collectivités locales. Et à la lumière des nouvelles mesures, et des nouvelles règles qui devraient régir les collectivités locales, le chef de l'Etat, souhaite que l'action des maires s'inscrive désormais «dans une autre forme de rapports avec l'administration et avec les citoyens». Ce dernier, selon lui, ne doit plus se confiner dans une attitude passive ou revendicative mais doit s'impliquer dans «une démarche participative qui fera réellement évoluer la démocratie locale».

 

Source El Watan

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires