Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 juillet 2008 7 27 /07 /juillet /2008 23:35

Deuil. le monde du rugby est dans la tristesse. terrasse par une crise cardiaque, l'ancien talonneur du stade toulousain n'a pu etre reanime.

 

 

Dans le cœur des supporters stadistes, il était affectueusement baptisé « Satanas ». Mais pour ses proches, ses potes du Stade toulousain et de Blagnac, c'était Daniel. A 49 ans, Daniel, le bouillant talonneur stadiste des années quatre-vingt, deux fois vainqueur du Brennus en 1985 et 1986, a été précipitamment arraché à l'affection des siens. Ce cœur, qu'il avait de si généreux, s'est brusquement arrêté et a plongé une famille déjà éprouvée par la récente disparition de leur maman dans un profond abîme sans fond.

Dans le monde ovale, Daniel n'incarnait pas seulement ce talonneur guerrier et tonique. « Dans le rugby, il a tout fait », précise son ancien coéquipier de l'époque Thierry Sanson: « Je l'ai connu à ses débuts au sein de l'équipe une du Stade. Je jouais encore au talonnage; lui, évoluait en troisième ligne, c'était un sacré joueur de ballon. Tout doucement, il m'a poussé vers la sortie, mais cela ne nous a pas empêchés d'être amis dans la vie. En tant qu'éducateur, il était au point. Au sein du Stade toulousain, il est le seul à avoir entraîné dans toutes les catégories, des poussins jusqu'à l'équipe une ».

Très ému par la disparition brutale de son ancien coéquipier des juniors Reichel stadistes, Philippe Monnereau, l'ex-entraîneur du FCTT, a la gorge très nouée et peine à trouver ses mots : « J'ai joué avec lui en juniors. Je me souviens d'un quart de finale Reichel en 1979 contre le Stade montois. Je revois Daniel avant l'entrée sur le terrain, dévisager Laurent Rodriguez qui était le capitaine montois. J'ai en mémoire aussi un match de Nationale B contre Colomiers. Avec une côte cassée, il a fait le match entier et aucun Columérin n'a osé le toucher. C'était un joueur craint dans le bon sens du terme et respecté par ses adversaires ».

Éducateur hors pair

Une fois, les crampons rangés, c'est en tant qu'éducateur qu'il s'est offert une belle aventure ovale. Vainqueur du Gaudermen en 1988 avec les cadets toulousains, double champion de France Reichel en 1994 et 1995, il est du sacre stadiste en 2001, en compagnie de Guy Novès et de Christian Gajan, avant de prendre la direction de l'équipe nationale roumaine et de donner de sacrés coups de main à Lourdes, Blagnac, Tarbes qu'il a mené aux portes de l'élite en 2003.

Injustement privé d'un maillot bleu, il restera ce garçon attachant et boute-en-train, un éducateur hors pair, un horloger du rugby qui donnait toujours l'heure exacte.

Daniel Santamans est décédé. L'ancien talonneur du Stade toulousain été terrassé par un malaise cardiaque, hier après-midi, à l'âge de 49 ans. Il revenait de l'enterrement de sa maman et s'est effondré dans la maison familiale, à Cugnaux. Les pompiers et le Samu n'ont pas pu le réanimer.

 

Daniel Santamans, une carrière

Né le 4 septembre 1959 à Lombez.

1 mètre 77, 87 kg.

Clubs : Blagnac (jusqu'en juniors), Stade toulousain des juniors Reichel à l'équipe fanion.

Postes occupés : talonneur, troisième ligne, centre.

Palmarès en tant que joueur : vainqueur de la Coupe de France 1984, challenge Béguère 1984, champion de France 1985, 1986, challenge Yves-du Manoir 1 988.

Palmarès en tant qu'entraîneur : entraîneur de l'équipe de Roumanie, champion de France 2 001 avec le Stade toulousain, champion de France Reichel 1994, 1995, vainqueur du challenge Gaudermen 1988, finaliste championnat Pro D2 avec Tarbes 2003, finaliste du Gaudermen 1991, finaliste cadets Alamercery 1988, 1991, champion de France minimes vainqueur du Super Challenge 1987, champion des Pyrénées Minimes ; 1986, 1987, 1 988.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires