Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 23:14

Le dialogue des cultures
Une nouvelle Andalousie

Le dialogue des religions est aujourd’hui au coeur des enjeux des relations internationales, car le fanatisme et le racisme reviennent en force.

Trois jours durant, du 16 au 19 Juillet, quelque 200 personnalités musulmanes, chrétiennes, juives et bouddhistes, ont discuté, à Madrid, du dialogue entre les religions. À l’issue de cette «conférence mondiale sur le dialogue» initiée par le roi d’Arabie, une première qui marque le changement de mentalités, les participants ont lancé, dans le cadre de la Déclaration de Madrid, un appel à un «accord international» pour «attaquer les causes profondes» de la violence aveugle.
Lors de l’ouverture de cette conférence, le roi Abdallah avait invité les participants à un «dialogue constructif pour ouvrir une nouvelle page de réconciliation après tant de disputes entre religions». L’ensemble des observateurs considère que cette conférence est un tournant, de par le poids symbolique de l’Arabie, qui abrite les Lieux Saints de l’Islam. Il est important que ce pays ait compris la nécessité de s’ouvrir au dialogue.
L’Algérie précurseur depuis au moins dix ans, prône le dialogue des civilisations. Il n’y a pas d’autre alternative pour faire reculer les injustices dans le monde et s’arrimer au progrès universel.

Il est essentiel d’apprendre à être créatif et à communiquer


En Occident, pour certains idéologues néoconservateurs, dont Samuel Hunting-ton, les différentes civilisations et cultures sont vouées à la confrontation. Il est vrai que des puissances semblent mener de nouvelles guerres de religion et des réactions aveugles compliquent la situation et ruinent l’image des musulmans. Il est temps de sortir des obscurantismes. Les civilisations, cultures et religions, comme par le passé, peuvent s’entendre.
La promotion du dialogue des cultures passe par les rencontres, car l’ignorance est une des grandes causes des conflits. La dernière illustration en date de cet engagement fondé sur l’interconnaissance étant la conférence de Madrid.
Les initiatives de dialogue sont de plus en plus soutenues par les leaders des grandes religions. Le dialogue des religions est aujourd’hui au coeur des enjeux des relations internationales, car le fanatisme et le racisme reviennent en force. Toutes les religions ont un potentiel important de valeurs, que l’ont doit redécouvrir. L’Islam est méconnu, déformé par certains des siens et par des étrangers.
Il est essentiel d’apprendre à être créatif, à communiquer, à expliquer et s’inscrire dans le progrès et l’action commune car l’extrémisme rampant se nourrit du vide culturel. Si une déclaration est faite au nom de toutes les religions, elle aura un impact plus fort que si elle est faite au nom d’une seule. Pour être un facteur de paix, les religions doivent travailler ensemble.
Qu’une conférence mondiale sur le dialogue entre les religions soit initiée par le leader d’une monarchie comme l’Arabie peut surprendre.
Mais depuis plusieurs années, le roi Abdallah, conscient des enjeux, veut montrer le visage ouvert de l’Islam. Il était temps.
Outre la conférence qui vient de s’achever à Madrid, de nombreuses initiatives ont été lancées, ces dernières années, en matière de dialogue des religions.
Ces initiatives se tiennent, toutefois et en général, au niveau des grands dignitaires religieux et des savants. Le message relatif au nécessaire dialogue des religions doit passer au niveau de la jeunesse et des peuples.
Pour que le travail sur le dialogue des religions porte, pour que son message soit entendu, il est nécessaire qu’il soit engagé par des intellectuels et des représentants religieux ouverts à l’ijtihad et à la modération, au savoir, à la connaissance, au travail de la raison.
La religion n’est pas le problème dans les conflits du monde; c’est son ignorance et son instrumentalisation.
Par-delà les altercations et les divergences entre les deux rives de la Méditerranée, durant quinze siècles la cohabitation était une réalité. L’Occident fut jadis judéo-islamo-chrétien et gréco-romano-arabe. La situation d’incompréhension aujourd’hui est inadmissible.
Jamais l’ignorance n’a atteint un tel degré, alors que tout devrait amener les uns et les autres à négocier, dialoguer et réguler les conflits avec raison. Il est urgent de déconstruire le regard que chacun porte sur l’autre. Depuis quelques années, «l’Occident», après l’accalmie de la période post-décolonisation, semble parfois s’inventer un ennemi, pratique la loi du plus fort et se fait «peur».
Forme inédite de ressentiment à l’égard du dernier monothéisme qui rappelle aux précédents un certain nombre de vérités, d’exigences, de valeurs oubliées dont il est temps de faire l’inventaire en termes de droits pour l’humanité face aux périls. «L’Orient» réagit par la «colère» sourde ou directe. Peur et colère, deux mauvaises conseillères.
Pour faire diversion aux problèmes politiques qui secouent le monde, comme l’aggravation des inégalités, les guerres et la destruction de la nature, certains après la fin de «la guerre froide» s’inventent un nouvel ennemi et pratiquent la politique du deux poids, deux mesures.

Des signes d’ouverture


Le 11 septembre 2001 a donné une occasion à la théorie fumeuse du choc des civilisations. Les citoyens musulmans en Occident, par exemple, revendiquent le respect de leur dignité et leurs droits civiques et savent que tout devrait rapprocher et chacun rêve d’une nouvelle «Andalousie». Mais ce sont les injustices qui compliquent. Dans ce climat d’exclusion, des médias et politiciens, au Nord comme au Sud, en termes de fond de commerce, agitent les vieux fantômes de la peur pour les uns, et de l’occidentalisation pour les autres.
Les personnes sages savent que la sécularité, la liberté et le sens de l’ouverture sont des valeurs abrahamiques, quoi que certains en disent. Ils tentent par le dialogue de parvenir à une parole commune. Il faut continuer à croire à l’amitié, au vivre ensemble entre tous les êtres de bonne volonté. En sachant que la fraternité dépend de l’égalité et de la justice. Sans ces deux dimensions, point d’avenir commun, ni de nouvelle civilisation qui fait défaut. Des signes d’ouverture au sujet des rapports entre les peuples se font jour et permettent d’espérer. Le premier est le fait que de plus en plus de groupes de citoyens de toutes confessions et cultures se rencontrent, dialoguent et remettent en cause les «murs» que d’autres veulent ériger. Les associations et sites où dialoguent des citoyens de partout, sont des signes que «le vivre ensemble» n’est pas une utopie. De même tout projet sur le dialogue des cultures, notamment autour de la Méditerranée espace commun, malgré les arrière-pensées des uns et les réticences des autres, suscite des discussions à tous les niveaux. Preuve que les gens ont conscience des enjeux et soif de justice et de partage. Le deuxième signe concerne l’interconnaissance sur le plan pratique. En novembre prochain aura lieu, à Rome, le premier Forum mondial «Islam-Catholicisme», suite à l’initiative en 2007 de la lettre des 138 savants musulmans, (aujourd’hui 255) coordonnée par la Fondation «Ahl el Bayt pour la pensée islamique» à Amman, adressée à tous les dignitaires des religions. Le troisième signe d’ouverture est le fait que même des savants traditionnels ont pris conscience de la nécessité de communiquer et de dialoguer. La première condition pour faire reculer l’obscurantisme, bâtir le vivre-ensemble et sortir du sous-développement est de donner l’exemple, se réformer sur le plan interne, pratiquer la science et se remettre au travail.

Source l’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires