Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 août 2008 7 17 /08 /août /2008 23:33

Algérie - Mer intérieure

 

Les vieux rêves se réalisent toujours un jour, tôt ou tard. Il ne faut pas croire que tous les détenteurs ou accapareurs du pouvoir sont tous des assoiffés de la rente ou des maniaques de la matraque. Il y a toujours, au fond d’un cacique, un poète qui sommeille avec un rêve enfoui. Un rêve de grandeur, bien sûr, qui lui permettrait de passer à la postérité. Les pharaons sont plus connus pour avoir édifié les pyramides, le Sphinx ou l’obélisque de Louqsor que pour avoir exploité des générations et des générations de populations jusqu’à l’épuisement des mines d’or.
Mais ce projet est un vieux projet. Il date, paraît-il, de la période coloniale, quand les Français ont fait des recherches en ce sens. Comme ils avaient trouvé le Sud trop sec, ils se sont mis à imaginer les moyens de détourner un peu de Méditerranée pour humidifier cette grande plage qu’est le Sahara. Puis, le projet, trop grand pour une petite nation sollicitée par ailleurs ou uniquement préoccupée par d'autres exploitations, a été remisé aux archives.
Oublié? Non! Pas par tout le monde, puisque le célèbre Rabah Bencherif, chef du Pnsd, parti né de la générosité du gouvernement Hamrouche, en avait fait son cheval de bataille pour épater une galerie qui n’arrivait pas à croire encore à la démocratie.
Comme certains avaient repris le plan de Constantine avancé jadis par le général De Gaulle pour établir un plan d’industrialisation du pays, Rabah Bencherif, brûlant toutes les étapes intermédiaires, dans une Algérie endettée jusqu’au cou, avec un baril de pétrole qui oscillait timidement entre 9 et 11 dollars, a présenté son projet de mer intérieure devant les yeux ébahis des téléspectateurs qui ne demandaient qu’à croire. Mais créer une mer intérieure n’est pas aussi aisé que de percer un canal fut-il de Suez ou de Panama.
Pourtant, à l’époque, si beaucoup de personnes ont souri devant le gigantisme du projet qui ne faisait appel ni à l’énergie solaire ni à l’énergie éolienne, aucune voix ne s’était élevée contre les conséquences néfastes du point de vue écologique sur un environnement qui avait oublié la mer depuis des millions et des millions de siècles. Il faut se rendre compte que le désert n’est pas vide, qu’il y a des insectes, des reptiles, des mammifères, quelques rares oiseaux qui devraient disparaître. Et puis, nul n’a imaginé les effets immédiats sur le climat.
Si certains se sont mis à rêver de mer du Sud avec hamac suspendu entre deux cocotiers, des touristes du Nord leur daiquiri à la main, des parasols multicolores et une faune marine variée, personne n’a continué le scénario plus loin. Mais le rêve a duré le temps qu’ont duré Bencherif et ses élucubrations. Et voilà que de nouveau, le rêve de mer intérieure revient sur le plateau avec cependant une garantie de plus de cent milliards de dollars comme nerf de la guerre. Toutefois, cette mer ne fera pas miroiter ses eaux au soleil brûlant du désert et ne menacera ni les fennecs, ni les scorpions, ni les lézards.
Elle restera intérieure, c’est-à-dire sous terre, mais ses eaux seront pompées pour désaltérer les hommes, les animaux et les plantes de la région orientale du nord du Sahara. Cette nappe a été jusqu’à présent exploitée par la seule Libye qui a réalisé un projet grandiose. Elle permettra, en tout cas, le développement de cette région qui en a bien besoin.
Une richesse sous terre est une richesse épargnée. Une telle richesse à l’air libre court les dangers auxquels s’exposent toutes les richesses: exploitation, évaporation, détournement.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires