Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 23:02

L'oasis nocturne du plateau de Lalla Setti à Tlemcem

 








Ce fait a été provoqué par une éclosion de nouveaux «centres» de la vie nocturne aux panoramas surprenants (grand bassin, plateau de Lalla Setti), d'endroits spécialisés dans lesquels il fait bon se perdre, et grâce à une amélioration accrue de la sécurité des citoyens. Après avoir vécu, par le passé, un véritable état de nécrose provoqué par une situation sécuritaire bien dégradée, lors de la dernière décennie, le plateau de Lalla Setti, situé à la lisière de la forêt des petits perdreaux, et perché à plus de 800 m d'altitude, connaît, en cette période estivale, une ambiance nocturne très dynamique.
En effet, de nombreux antochtones et touristes préfèrent se déplacer la nuit vers ce site de détente qui regorge de coins d'évasion et pour y passer indéniablement la majeure partie de leur temps nocturne. «Le calme, qui caractérise cet endroit dont la vue se perd sur la ville de Tlemcen, me soulage de mes soucis quotidiens, c'est pour ça que j'ai préféré me rendre, moi et ma famille, quotidiennement, pour profiter des bienfaits de l'altitude et de l'air frais en ces moments de chaleur», déclare un père de famille de Tlemcen. Une jeune émigrée, qui a choisi de rendre visite quotidiennement à cet endroit, à des heures où tous les chats sont gris, renchérit : «Dès que vous mettez les pieds sur ce front de mer qui surplombe la ville de Tlemcen, vous allez sentir que la vie est simple et, qu'à travers cette simplicité, on peut se sentir heureux, cet endroit convivial où repose la sainte femme «Lalla Setti», dégage une atmosphère intimiste mélangeant le flair d'un lointain passé à une ambiance bien d'aujourd'hui». La beauté naturelle de cette endroit n'a pas laissé indifférentes les autorités publiques. Des efforts considérables ont été déployés pour cette région en infrastructures adéquates.
Dans ce cadre, les pouvoirs publics ont aménagé le plateau en construisant une plate-forme de 800 m de long et 30 m de large pour que les piétons puissent se balader en toute tranquillité. En outre, pour permettre aux visiteurs de contempler des horizons lointains (jusqu'à la mer), un poste d'observation (mirador) d'une hauteur de 30 m, et comprenant six étages, a été bâti sur cette plate-forme. D'autres projets ont porté sur la réalisation d'un lac artificiel équipé de pédalos, dont le plan d'eau atteint un volume de 40.000 m³, d'un parc zoologique, d'un téléphérique dont la réception est prévue pour le mois d'octobre prochain, d'un stade d'athlétisme (réception prévue le mois de janvier prochain), d'une sûreté urbaine, d'espaces conviviaux, de commerces et divers projets historiques, culturels et de détente. «Je trouve que ce plateau est superbe. Il y a quelques années, il n'y avait pas autant d'infrastructures. Aujourd'hui, cet endroit attire de plus en plus de visiteurs avides de contempler de haut une ville éclairée», déclare un fonctionnaire de Mansourah qui se rend chaque soir sur cette esplanade. «Pour cela, c'est une enveloppe de l'ordre de 150 milliards qui a été mobilisée par la wilaya. L'Etat s'est donc investi pleinement dans ce projet d'envergure pour donner à notre ville une image accueillante et heureuse faite d'espaces récréatifs, de floraisons de couleurs et de plantes», explique, pour sa part, le DPAT de la wilaya de Tlemcen, M. Tewfik Saïdi. Et de souligner : «cette formidable ruée, inaugurée par les autochtones au début de cet été, s'est accélérée ces derniers jours pour englober, en particulier, les émigrés et habitants d'autres wilayas du pays qui se bousculent désormais au portillon de la capitale des Zianides».
Toujours pour embellir la ville et ses environs, les responsables de la wilaya ont, par ailleurs, beaucoup fait pour l'éclairage public et les illuminations. Les Tlemceniens aiment leur ville et souhaitent qu'elle soit la plus belle possible.
C'est la raison pour laquelle le wali de Tlemcen, Hadj Abdelouahab Nourri, a voulu que la falaise majestueuse qui domine à plus de 800 m d'altitude la ville, et qui est, en quelque sorte, l'emblème de Tlemcen, soit illuminée dès la tombée de la nuit. Dorénavant, la cité scintille donc chaque soir de cette magnifique parure visible depuis les monts de «Souk el Khemis» et qui fait l'admiration des dizaines de milliers d'automobilistes circulant sur la RN 22 et des innombrables voyageurs aériens qui atterrissent à l'aéroport de Zenata. «Tlemcen, à présent, est une destination privilégiée des touristes qui visitent notre pays. La capitale des Zianides doit s'affirmer sur l'échiquier touristique national et mériter d'entrer dans la cour des grandes destinations algériennes». L'ambition existe, la volonté aussi, a conclu M. Tewfik Saïdi.

 

 

Source  Le Quotidien d'Oran

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires