Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 23:19

Marciac. L'alchimie des jazz




Gétano véloso



Le Carioca Hamilton de Hollanda, virtuose du bandolim (mandoline brésilienne), balbutiait à peine ses premiers pas de samba alors que les premières notes de jazz Nouvelle-Orléans sortaient de la clarinette de Claude Luter au beau milieu de la place de la petite bourgade gasconne. C'était l'été 1978. Hamilton, deux ans, dansait et découvrait les rythmes endiablés devant le poste de TV de la famille au son des batucadas supportrices de la seleção brésilienne partie disputer la « Copa do mundo » chez les voisins argentins. 30 ans plus tard, c'est lui qui, devenu depuis le meilleur bandolimiste du monde, aura l'honneur d'ouvrir le 31è festival de Jazz In Marciac vendredi prochain. Il sera suivi en soirée de son aîné et compatriote Caetano Veloso, musicien, poète engagé, compositeur génial et chanteur à la voix d'or. En août 1978, après dix ans de carrière et une vingtaine de disques déjà, Veloso partait en Europe avec sa sœur la chanteuse Maria Bathania pour une série de concerts inoubliables qui ont marqué profondément la riche musique populaire brésilienne.

Ces deux concerts brésiliens ainsi que celui du « musicien » et cinéaste serbe Emir Kusturica (qui clôturera le festival sous le chapiteau) marquent bel et bien l'ouverture, par ailleurs nécessaire qu'a prise le festival en trente années de programmation estivale. On mesure le chemin parcouru depuis les premières notes de « Petite fleur» jouée par Luter en 1978 au No Smoking Orchestra des Balkans d'aujourd'hui. Le grand écart ne peut passer inaperçu. Pourtant à y écouter de plus près, la part d'improvisation des musiciens reste la même. L'oreille est perpétuellement tendue vers les déclinaisons du jazz venues d'ailleurs, JIM a su diversifier ses affiches. Accompagné de son ami fidèle et conseiller particulier Wynton Marsalis, le festival a aussi développé des créations musicales. Comme cette idée lumineuse de réunir cette année le même Wynton et l'accordéoniste français Richard Galliano autour des musiques de Billie Holiday et Edith Piaf.

PIED AU PLANCHER

Un crédo, proposer du jazz pour tous. « Une alchimie », dit-il. En 30 ans, Jean-Louis Guilhaumon, le programmateur et président de JIM, a su concocter des menus musicaux variés avec des plats quelquefois décriés (comme la venue l'an dernier du chanteur Joe Cocker) mais est toujours resté à l'écoute du public. Aujourd'hui encore, il n'hésite pas à joindre directement un internaute inconnu pour discuter avec lui telle critique ou telle suggestion faite sur le site du festival. En coulisse ou au sortir des concerts, l'oreille en coin, Jean-Louis, toujours à l'affût du moindre avis de la moindre impression. Et puis trente ans c'est l'âge de la maturité, de la construction mais de l'embonpoint aussi. C'est ainsi que le confort prend une place nouvelle dans la vie de Jazz In Marciac. Cette année les 5 000 spectateurs du « in » pourront fouler un plancher en bois. Pourtant élevé en plein Gers, le chapiteau ne renfermait pas un air très sain. Son sol chargé de poussière devenait un enfer à la fin de certains concerts entraînants. Alors Jean-Louis a proposé la mise en place de 5 000 m2 de plancher… Le luxe… et « peut-être un jour la danse » précise celui qui est aussi le maire du village

Pied au plancher, la locomotive Jean-Louis Guillhaumon a entraîné dans son sillage toute la petite communauté gersoise à l'élaboration de cet incontournable rendez-vous des festivaliers du Grand Sud. Et comme depuis 1978 tout va très vite à Marciac, le Festival, le collège musical, les stages, concerts d'hiver itou… la première pierre d'une salle de concert de 500 places devrait être posée très bientôt. Et pourquoi pas en plein festival ?

Renseignements: www.jazzinmarciac.com

ou  05.62.08.26.60 

170 heures de concert gratuit et 17 dates sous le chapiteau:

Vendredi 1er août: Hamilton de Holanda. Caetano Veloso.
Samedi 2: Paolo Fresu «Devil» quartet. Herbie Hancock.
Dimanche 3: chapiteau, Robin McKelle & Horns.
Bobby McFerrin & Polygraph Lounge.
Lundi 4: Uri Caine (piano solo). Masada String trio. John Zorn acoustic Masada.
Mardi 5: Omar Sosa «Afreecanos». Dee Dee Bridgewater «Red Earth, a malian journey».
Mercredi 6: Emile Parisien quartet. Manu Katche «Playground». Milton Nascimiento & Belmondo, avec l'orchestre du CNR de Toulouse.
Jeudi 7:Oliver Jones trio. Diana Krall.
Vendredi 8: Stefano Di Battista «Trouble shooting». Wynton Marsalis septet.
Samedi 9: Brad Melhdau piano solo. McCoy Tyner trio.
Dimanche 10: Bill Evans «soulgrass». Metro, with special guest Eric Marienthal.
Lundi 11: Paquito D'Rivera sextet. Chucho Valdes.
Mardi 12: chapiteau, Christian Escoude invite Stochelo Rosenberg.
Bireli Lagrene invite Didier Lockwood.
Mercredi 13: Herve Sellin Tentet «Marciac-New York express». Richard Galliano & Wynton Marsalis, «Billie Holiday rencontre Edith Piaf».
Jeudi 14: Emir Kusturica et The No Smoking Orchestra.
Vendredi 15: aux arènes, La Mecanica Loca. Orchestra Baobab.
Samedi 16: aux arènes, La Mecanica Loca. Orlando «maraca» Valle.
Dimanche 17, clôture sur la place avec le off, gratuit.

Source La Dépêche du midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires