Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 23:00

Le nouveau découpage aura lieu en septembre


Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales a réaffirmé, qu’après le transfert du personnel, des dossiers et archives des wilayas mères aux wilayas déléguées, il sera procédé ensuite à la désignation progressive des walis délégués.

Le nouveau découpage administratif interviendrait dès la prochaine rentrée sociale. C’est ce qu’a annoncé, hier à Blida, Noureddine Yazid Zerhouni, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales. Interpellé par L’Expression en marge de la visite de travail et d’inspection effectuée par le président de la République Abdelaziz Bouteflika, dans cette wilaya, le ministre déclare qu’il est «fort possible de l’introduire dès la prochaine rentrée».
Plus précisément, ce serait au mois de septembre. Sans l’annoncer directement, M.Zerhouni a laissé entendre que l’opération de la désignation des walis délégués commencerait au mois de septembre prochain. Serait-il possible de l’introduire (découpage administratif) en septembre prochain? «Je peux dire qu’il est fort probable», a répondu M.Zerhouni.
Il réaffirme qu’après le transfert du personnel, des dossiers et archives des wilayas mères aux wilayas déléguées, «on procédera ensuite à la désignation progressive des walis délégués». Rassuré, le ministre lâche qu’il s’agit «d’une affaire de temps». Lors de ses différentes sorties, le ministre insistait: «Le découpage est imminent.» S’agissant du nombre de daïras qui seront promues en wilayas déléguées, on a appris qu’environ 95 daïras sont déjà désignées. Ce chiffre a été rapporté, également, par la presse nationale. Dans cette même déclaration, le ministre a fait savoir que les critères qui permettent à la daïra de passer à une wilaya déléguée sont connus. Il cite, entre autres, le nombre d’habitants, la situation géographique et l’activité économique. On comprend des dires du ministre, que des wilayas déléguées seront créées, notamment au niveau des frontières du pays. Car, jusqu’à ce jour, l’administration locale algérienne n’est pas présente, suffisamment, au niveau des frontières. S’agissant du critère lié à la situation géographique, le ministre a cité l’exemple de In Salah distante de 650 km de son chef-lieu Tamanrasset. Dans une déclaration à la presse, le ministre dément l’existence, au sein du ministère, d’une cellule spéciale pour la désignation des walis délégués. Revenant sur la question du Code communal, M.Zerhouni explique que l’essentiel n’est pas de revoir le Code communal, mais il est plus important de «procéder à des réformes financières».
«Nous avons pris en considération ce volet. Maintenant, nous avons une vision des choses plus claire», a-t-il fait savoir. Et d’insister que «le Code communal algérien n’est pas différent des Codes communaux et municipaux des pays les plus avancés en termes d’attributions». Il énumère quelques différences qui se situent sur le plan «des ressources, de la formation et des personnels».
Dans un autre registre, le ministre de l’Intérieur annonce que son département n’est pas contre le fait de créer des fédérations des maires souhaitées par quelques partis. «Je ne m’y oppose pas, à condition qu’elles revêtent un caractère apolitique.» Sinon, propose le ministre, «les maires peuvent se rencontrer dans le cadre des activités de leurs partis respectifs». Interpellé par les confrères sur l’attentat kamikaze perpétré dimanche dernier contre le siège de la 1ère Sûreté urbaine de Tizi Ouzou, M.Zerhouni confirme que «c’est l’oeuvre du Gspc». Interrogé si l’auteur était identifié, le ministre précise que «les efforts se poursuivent pour l’identification du kamikaze, à travers les tests ADN des restes du cadavre du terroriste». Et d’enchaîner: «Les enquêtes, donc, se poursuivent et les résultats seront connus à la fin de ce travail qui pourrait durer plusieurs jours, comme on pourrait avoir la chance de le terminer prochainement.» Interpellé sur le manque de vigilance des services de sécurité, le ministre préfère appeler «à la prudence et à renforcer cette vigilance». Le ministre est catégorique: «Il ne s’agit pas du manque de vigilance.» A propos du retour des anciens militants du FIS dissous sur le devant de la scène politique, le ministre réitère sa position: «Ils peuvent parler politique entre eux ou avec vous. Pour moi les choses sont classées: je ne vais pas leur accorder d’agrément.» Cette déclaration vient comme réplique à la sortie de Mezrag qui annonce la réorganisation «des frères» pour la création d’un parti politique.

 

Source l’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires