Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 août 2008 3 06 /08 /août /2008 23:02

La Gendarmerie et la Police n’auront plus cette Prérogative
Le permis de conduire sera retiré par le juge


Chose inexistante par le passé, «la personne fautive aura le droit de garantie de défense», précise Noureddine Benissad, avocat et secrétaire général de la Laddh.

La Gendarmerie nationale et la police ne pourront plus retirer le permis au conducteur ayant commis une infraction quelconque. Cette prérogative reviendra désormais aux cours de justice et aux juges d’instruction. C’est, entre autres, l’une des décisions importantes que contient le nouveau projet de loi portant circulation routière. Ce projet sera présenté aux deux chambres du Parlement au mois de septembre prochain. «Car l’actuel Code de la route contient plusieurs contradictions notamment avec la Constitution. La prérogative du retrait immédiat du permis de conduire suite à une infraction, sera une décision principale des cours de justice et des juges d’instruction», lit-on dans le nouveau projet de loi.
Cette mesure prise pour palier les lacunes de l’actuel Code de la route en vigueur depuis le 10 novembre 2004, a été saluée par l’ensemble des magistrats. Contacté hier par L’Expression, Noureddine Benissad, avocat et secrétaire général de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (Laddh), a estimé que «c’est une bonne chose pour assurer plus de sécurité.» Paradoxalement à ce constat positif, l’avocat contacté par nos soins a tiré à boulets rouges sur les abus dont ont «fait preuve certains agents de l’ordre.» S’agissant toujours de la décision contenue dans le nouveau projet de loi, le responsable de la Laddh ajoute que la personne fautive peut se défendre toute seule ou en recourant à un avocat, contrairement au passé, «cette personne aura le droit de garantie de défense», poursuit notre vis à vis dans son jargon juridique. Estimant, d’autre part, que la nouvelle décision a tardé à voir le jour, Me Benissad espère que cette fois-ci, «ça va rentrer rapidement dans l’ordre.» Cette décision que les juristes défendent bec et ongles, n’a pas été rejetée par les responsables de la Gendarmerie nationale. Contacté par téléphone, le commandant Abdelhamid Kerroud, responsable de la cellule de communication de la Gendarmerie nationale, a déclaré que «la gendarmerie n’est qu’un auxiliaire de la justice.» En guise d’arguments, il enchaîne que les brigadiers verts «appliquent la loi en vigueur, ils ne la discutent pas.» Si des changements auront lieu à partir du mois de septembre prochain, notre interlocuteur estime que «la Gendarmerie nationale ne fera qu’exécuter.»

Chiffres effarants et nouvelles décisions
Ainsi, la Gendarmerie nationale et la police, deux corps qui ont redoublé d’efforts pour que cesse cette hécatombe routière, seront privées de la prérogative du retrait du permis. Par le passé, chaque semaine les services de la gendarmerie annoncent le retrait de milliers de permis de conduire. Les statistiques confirment que la moyenne quotidienne frôle les 250 retraits. Si les statistiques sont en perpétuelle hausse, c’est parce que le nombre des accidents est aussi alarmant. Pour illustrer ce constat, il suffit de traduire cette réalité amère en termes de chiffres et de voir où l’Algérie se positionne. Au fait, elle est classée au 4e rang mondial en termes de mortalité routière. L’année 2007, à elle seule, a connu la mort de 4000 individus qui ont péri sur nos routes. Soit, 13 morts sont enregistrés chaque jour.
S’agissant des autres décisions incluses dans le nouveau projet de loi portant sécurité routière, l’on cite la volonté de l’Etat à instaurer le permis à points, appliqué par les pays voisins à l’image du Maroc et de la Tunisie. Ce permis contient, comme le stipule ce nouveau projet, 20 points. A la suite de chaque infraction routière, le conducteur voit le nombre de ses points fléchir. Une fois la totalité consommée, il se retrouve face à une situation compliquée. «Le conducteur se verra retirer son permis pour une année et il lui sera strictement interdit de conduire durant cette période», peut-on lire dans le projet de loi.
Cependant, le chauffard a la possibilité de récupérer ses points via le paiement d’une amende de 2000 dinars. Cette nouvelle décision, faut-il le préciser, a été suggérée par une commission spécialisée du transport au niveau du Parlement. Ainsi, cette option remplacera le retrait direct du permis. Qu’en est-il de la récupération du précieux document qu’est le permis, le conducteur fautif doit présenter sa candidature. «Il aura un nouveau permis», est écrit dans le projet sus cité. Quant aux frais du permis de conduire, les citoyens seront mis à rude épreuve. Actuellement à 8000 DA, le permis ne sera délivré qu’ à 30.000 dinars.
Cette hausse de tarification se veut comme une sanction aux conducteurs recensés comme la première cause de la mortalité routière. D’un simple excès de vitesse...à un dépassement dangereux, les conséquences sont les mêmes: ce sont des vies humaines qui périssent.
Riche en propositions visant à circonscrire l’hémorragie routière, le nouveau projet de loi prévoit également la création des bureaux d’études concernant la signalisation, d’une part, comme il évoque, d’autre part, la nécessité de créer une école nationale qui veille à la formation continue des formateurs et inspecteurs. Le nouveau projet de loi peut-il, par son contenu, réduire la mortalité routière? Ou l’Algérie continuera-t-elle à donner une image d’un «élève apprenti» quand il s’agit de solutions et un leader en termes de classement macabre?

Source l’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
<br /> <br /> J'ai 63 ans et j'ai été pris par deux fonctionnaire a l’entrée d'une agglomération, ou je roulais a 40 km/h on m'a reprocher de rouler a plus de<br /> 50km/h impossible nous étions en file et j’étais en troisième position  je tiens a signaler que les voitures qui était devant moi sont passe sans<br /> aucun problème , moi je immatriculer 69 ,j’étais arrive depuis trois jours et on m'a retirer mon permis pour 2 mois et une amende de 2000 dinars, BONJOUR<br /> LES VACANCES ET de PLUS QUAND JE SUIS ALLÉ RETIRER LE PV IL ÉTAIT ANTI DATE AU 5/04/2010 A CETTE DATE J ÉTAIT EN FRANCE.bref arrive devant<br /> la commission les personne en face de moi étaient tous la pour me retirer mon permis aucune personne pour me défendre bonjour la démocratie<br /> les fonctionnaire de police ou de gendarmerie vous retire  le permis les douanier le passeport a quoi serve nos juge et nos palais de justice et de plus cela permet a nos adorable<br /> fonctionnaire d avoir une augmentation de salaire et un bon petit fin de mois<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Bonjour Daoud<br /> <br /> <br /> Vous n’avez certainement pas de chance …Mais je crains fort quevous n’ayiez raison face à<br /> l’administration algérienne<br /> <br /> <br /> Je vous souhaite bonne chance tout de même<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />