Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 23:15

Oran-Au vieux Cap Falcon : Trempette et baptême de mer


Petits voiliers, canoë, planches à voile ! De quoi agrémenter la journée au bord de l’eau si vous optez de faire trempette au vieux Cap Falcon. Première plage, rangées à quelques mètres du rivage, les embarcations sont là, à la disposition des estivants.

L’Association des sports nautiques de Cap Falcon, moyennant un prix modique, offre aux enfants le baptême de mer. L’école de voile de cette association a créé, cet été, une animation qui a complètement transfiguré cette plage fort longtemps délaissée. Pour les estivants installés comme pour ceux venant passer la journée, barboter dans l’eau et faire bronzette est déjà un plaisir, mais quand on a en plus la possibilité de « voguer » sur l’eau, « ce plaisir est tout simplement multiplié par deux », déclare une jeune émigrée qui venait d’achever sa petite ballade en canoë. Appareils photos, caméscopes en main, des parents comblés par cette attraction imprévue immortalisent ces petits souvenirs. « Je ne m’attendais pas à trouver cette plaisance au niveau de cette plage et je suis agréablement surpris », dira un père de famille.

Aïn El Turck, source de champions

Pour les tout-petits, gilets de sauvetage et moniteur pour l’initiation. Nassim, un athlète de l’association, champion de tous les challenges série Optimist en 1998 et titulaire d’une coupe d’Algérie, est là pour guider leurs premiers gestes de navigateurs. « L’association a formé plusieurs autres athlètes dont certains de niveau mondial et a ramené plusieurs titres à la commune d’Aïn El Turck », affirme son président, Ouhab Mourad. Créée en 1997, elle a été obligée de suspendre, en partie, ses activités après la tempête de 2001 qui a démoli le siège et endommagé une grande partie du matériel. « On a continué à fonctionner avec un nombre limité d’élèves dont deux étaient sélectionnés en équipe nationale de voile série Optimist et par la suite en série dériveur Laser », rappelle Mourad qui ajoute que l’activité va reprendre, avec la réfection du siège et l’installation d’un nouveau bureau, sa vitesse de croisière. « On peut actuellement fournir des stages avec hébergement pour une quinzaine d’élèves en série Optimist, Laser et Mistral », ajoute-t-il. La Fédération algérienne de voile a promis du matériel.
Question subvention : une seule fois par la wilaya d’Oran mais jamais par l’APC d’Aïn El Turck dont pourtant dépend cette association qui compte, pour l’instant, une quarantaine d’élèves tous âges confondus. La grande majorité de ces élèves auxquels l’association offre une saine occupation, sont de Cap Falcon et issus de familles défavorisées. Pourtant, on dit que les sports nautiques sont des sports de riches. « C’est vrai vu le coût du matériel ! » reconnaît le président. A titre d’exemple, un Optimist armé (petit voilier) vaut dans les 10 millions de centimes, et une planche Mistral d’occasion aux alentours de 6 millions. Cet été, on a ouvert une buvette pour avoir des petites entrées et on a eu des contacts avec des particuliers pour le sponsoring. Des projets ? Formation, préparation d’une équipe d’athlètes d’élite et création d’une section de plongée sous-marine et d’une section de « palmage ». Et pour les vacanciers ? « Avec un bon encadrement, on pourra mettre à leur disposition la vingtaine de voiliers que compte acquérir l’association », promet Mourad qui nous confie que « voir ces embarcations louvoyer en mer est sa plus grande satisfaction ». L’année prochain, on n’ira pas à Cap Falcon pour se baigner et faire bronzette seulement, mais aussi pour nous initier à la navigation


Source Le Quotidien d’Oran

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Bonjour Catherine<br /> Je suis désolé mais je ne possède pas de vidéo relative au Cap Falcon<br /> Peut être un jour<br /> Cordialement,<br /> Le Pèlerin
Répondre
J
Bonjour,<br /> Pour un documentaire, je cherche des films du Cap Falcon<br /> Pouriez-vous prendre contact avec moi.<br /> Merci beaucoup
Répondre