Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 23:31

 

En plein cœur de Chréa - L’éco-musée d’El-Hamdania : un centre de rayonnement scientifique

 


Le Parc national de Chréa a largement contribué dans le cadre de la sauvegarde incontestée des écosystèmes fragiles caractérisant leur territoire et a surtout participé à la lutte contre l’appauvrissement génétique du patrimoine du parc en assurant les conditions de mise en pérennité des potentiels phytogénétiques et zoogénétiques présents sur le site.

L’éco-musée d’El-Hamdania, implanté en plein cœur du Parc national de Chréa, est devenu en l’espace de quelques années un centre de rayonnement scientifique et un moyen d’épanouissement de la population riveraine, a indiqué M. Ramdhan Dahel, secrétaire général du Parc national de Chréa. Cette structure technico-administrative dont la mission est de gérer le patrimoine naturel au niveau des aires protégées s’occupe, selon ce même responsable, de fonctions multiples dont la finalité est la conservation et la préservation des ressources naturelles grâce à une équipe pluridisciplinaire. Cet éco-musée prend en charge tous les volets d’une gestion de proximité, à savoir la sensibilisation, la formation pédagogique, la recherche scientifique et l’accueil du public. Les espèces qu'il renferme sont présentées au public sous plusieurs formes, sèches, empaillées ou conservées dans du formol. Selon ce même responsable, cette structure est également appelée à devenir un véritable laboratoire où seront menés les différents travaux de recherche scientifique et d’exploitation en collaboration avec l’université et les différents centres de recherche. L’objectif attendu à travers la création de cette structure est d’arriver à convaincre l’homme à respecter son environnement. La création de cette structure traduit également la volonté des responsables du parc de préserver l’ensemble des richesses naturelles et de veiller au maintien de la diversité biologique par la mise en place progressive d’un dispositif de conservation ayant préservé jusque-là de nombreuses ressources en difficulté de maintien. Le Parc national de Chréa a largement contribué dans le cadre de la sauvegarde incontestée des écosystèmes fragiles caractérisant leur territoire et a surtout participé à la lutte contre l’appauvrissement génétique du patrimoine du parc en assurant les conditions de mise en pérennité des potentiels phytogénétiques et zoogénétiques présents sur le site. Il ressort de ces actions l’intérêt des responsables du parc de favoriser la dimension humaine dans la gestion des complexités des fonctionnements biologiques en l’intégrant localement dans les différents cas de figure de conservation du patrimoine. Les tentatives d’implication des populations riveraines du parc ont révélé que la meilleure intégration sociale passe nécessairement par une communication éducative véhiculée par toute forme de vecteur susceptible de transmettre le message vert et le savoir pour mieux construire les mentalités vertes. Le Parc national de Chréa est classé du point de vue superficie, le second parc à l’échelle nationale après celui d’El-Kala (El-Tarf).  Il constitue dans le réseau des aires protégées en Algérie, un espace de vie et d’évolution à une diversité biologique considérable.
Certaines espèces endémiques en Afrique du Nord telles que le cèdre de l’Atlas, le singe magot et autres trouvent dans le Parc national de Chréa les conditions naturelles d’évolution. Il constitue par ailleurs une réserve considérable de ressources phytogénétiques et zoogénétiques susceptibles d’assurer la pérennité du fonds génétique végétal et animal en difficulté de maintien dans l’Atlas blidéen.
Le Parc national de Chréa est aussi un laboratoire vivant ouvert à la fois à la communauté scientifique et au public, pour étudier, d’une part, les rapports biologiques très complexes qui régissent les fonctionnalités des écosystèmes naturels et servir, d’autre part, de support à la sensibilisation, l’éducation et la formation environnementale de la société.
Le Parc national de Chréa, qui s’étend sur une superficie de 27 000 hectares, renferme 1 210 espèces dont 816 végétales et 394 animales dont 64 sont protégées par la loi
.

Source Liberté

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires