Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 23:36

L'Algérie : aux sources des blocages

 

 



L’Algérie est un théâtre dans lequel se regroupent tous les ingrédients de la complexité. C’est une zone de tensions et instabilités permanentes qui a été fréquemment exposée à de multiples influences.
Dès le début du VIIIème siècle, l’Algérie, comme l’ensemble du Maghreb, est devenue une province placée sous l’autorité de la dynastie des Omeyades. Après 740, tandis que se multiplient les guerres de succession pour le califat, les Berbères se soulèvent contre l’autorité califale et beaucoup rallient les kharijites, dissidents de l’Islam. Ces guerres de succession et de lutte pour le pouvoir continueront avec l’arrivée des Fatimides, des Almoravides, des Almohades puis de l’empire ottoman. Ibn Khaldun, en fin observateur, a parfaitement décrit cette dynamique en expliquant que ces Etats-dynasties étaient typiquement fondés par des guerriers nomades motivés par la promesse du butin et de la gloire. Les guerriers dominaient, unissaient et organisaient des populations sédentaires puis s’établissaient eux-mêmes. Leurs descendants, élevés dans le calme et le confort, ne possédaient ni les instincts de prédateurs ni le dynamisme qui avaient conduit à la création de leur Etat. Se contentant de préserver leurs gains, ils rendaient leurs Etats vulnérables à la conquête par une nouvelle bande de nomades ambitieuse, prête à travailler pour un ordre socio-économique plus avancé. L’histoire des coalitions de cette région obéissait à la séquence : Conquérants => héréditaires => imitateurs => destructeurs.
Ces siècles de guerres de successions et de domination de différentes dynasties musulmanes du moyen âge et de l’empire Ottoman ont fini par appauvrir et radicaliser considérablement l’atmosphère intellectuelle dans cette région et par dégrader sa situation politique et économique. L’édifice institutionnel se fragilise durant environ neuf siècles d’inculture et de lutte pour le pouvoir, expliquant le déclin de cette civilisation, déclin qui va l’exposer aux envahisseurs extérieurs.
L’Algérie, pièce centrale de l’Afrique du nord, est ainsi colonisée et proclamée territoire français en 1848. Elle accède, après une épuisante et cruelle guerre, à l’indépendance en 1962 en héritant (1) certes, d'une infrastructure urbaine et des équipements publics modernes (2) mais aussi d’un Etat avec des frontières dans une région qui les méconnaissait et qui était fondée sur l’empire et la Oumma (la communauté des musulmans) ; (3) d’un édifice institutionnel et un mode d’organisation complètement nouveaux (puisque le précaire processus d’évolution des institutions précoloniales a été complètement laminé par plus d’un siècle de colonisation) ; (4) de conflits territoriaux (principalement avec le voisin (ou rival) marocain). Le tout dans un climat de guerre civile et d’intenses luttes pour le pouvoir.
Le Prix Nobel de science économique en 1993 et historien Douglass North (2005, p. 174) explique qu’après la grande vague de décolonisation des années 60 et « faute d’un héritage d’auto-administration coloniale et de droits de propriété clairs, l’indépendance a tourné aux conflits violents entre groupes concurrents pour le contrôle du régime politique et de l’économie. Partout, le régime politique a été confisqué et utilisé comme véhicule d’échanges personnels […] il a fallu un demi-siècle pour que l’un de ces groupes concurrents s’impose. Etablir l’ordre est devenu un but en soi, ce qui a abouti à la création et à la perpétuation de régimes autoritaires. »
Dès leur indépendance, les algériens ont été déchirés entre ceux qui voulaient garder l’héritage francophone et la laïcité, et ceux qui souhaitaient un ancrage profond au sein du monde arabe. Le 19 juin 1965 sonnera le début d’une longue série de coups d’Etat. Le premier président algérien élu Ahmed Ben Bella est destitué par le Conseil de la révolution que préside le colonel Houari Boumediene, lequel lui reproche ses méthodes de gouvernement autoritaires !

Source unmondelibre.org

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
En somme, l'Algérie est le pays de l'instabilité par excellence. Son Histoire est toute faite de luttes pour le pouvoir. Ce qui change ce sont uniquement les formes et  les moyens , mais les buts apparemment sont toujours les mêmes.  Difficile de croire qu'on va mourrir. C'est ce qui motive les gens à s'user dans des luttes sans merci, pour qu'a la fin, soit ils sont tués, soit jetés dans un cachot, soit ils attrappent des maladies incurables, enfin ils meurent comme des chiens, galeuux de préférence.
Répondre
L
<br /> <br /> Bonjour jnsplu<br /> <br /> <br /> En fait l’Algérien est un personnage on ne peut plus stable...<br /> <br /> <br /> Les traditions y sont fortement ancrées, la religion aidant, rien n’a été fait pour faire<br /> bouger les choses….Les pouvoirs se sont succédés devant une  passivité certaine des habitants<br /> <br /> <br /> Les dirigeants ont donc profité de cet état de fait ; qu’ils s’agissent de Ottomans,<br /> des Français ou des Pouvoirs qui se sont succédés ensuite.<br /> <br /> <br /> La résistance est là mais elle est trop minoritaire….Oui les Kabyles sont présents; ils<br /> représentent une force de contestation par rapport au pouvoir….avec parfois des excès très minoritaires qui conduisent aux exactions (non représentatives du peuple kabyle) que l’on voit trop<br /> souvent..Mais l’Armée veille, qu’il s’agisse de lutter contre les adversaires du pouvoir..Armés ou Politiques…<br /> <br /> <br /> Il peut y avoir encore un diktat, mais in fine, l’Algérie ne pourra faire l’économie<br /> d’une révolution<br /> <br /> <br /> Le souffle du renouveau est là; l’Algérie a opté pour un système économique libéral et ce<br /> n’est qu’une question de temps…Mais le temps n’a pas encore suffisamment de prise sur l’Algérien…!!!<br /> <br /> <br /> Ce n’est qu’une question de temps… !!!<br /> <br /> <br /> Ce qui caractérise l’Algérien Ce sont des termes tels que:<br /> <br /> <br /> Chaleur, accueil, convivialité, traditions, franc parler, amour pour la France..encore….(<br /> Oh vous lirez souvent le contraire mais il faut vivre avec les gens…) et malheureusement misère malgré des ressources immenses<br /> <br /> <br /> Toutes ces caractéristiques font de ce pays quelque chose de fort attachant; c’est la<br /> raison pour laquelle je m’y rends souvent et si je peux aider dans les limites de mes possibilités, et bien je le fais<br /> <br /> <br /> Cordialement,<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br /> <br />