Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 23:38

Algérie – Les Ténèbres ou la Modernité

 


 

L'Algérie est un beau pays méditerranéen. Il est vrai que durant les deux dernières décennies, elle a régulèrement, progressivement perdu beaucoup, beaucoup des caractéristiques qui font la beauté des pays qui constituent cette mer qui bat des records en matière d'événements culturels, de tourisme, de foot et dans certains pays, celui de taux de croissance confirmés et validés par les organismes internationaux dont les jugements ont force de vérité. Pendant les deux dernières décennies, le pays s'est trouvé déguisé d'oripeaux afghans, pakistanais, wahabites, soudanais, iraniens, tous n'ayant aucune filiation avec les traditions millénaires, les costumes, les musiques, la fête, l'altérité féconde, les cuisines, les boissons soft ou hard qui font la richesse, la séduction, l'histoire et l'attrait qu'exerce depuis des milliers d'années la Méditerranée.
Des gouvernances sages, intelligentes, tournées vers l'avenir, immergées dans leur propre histoire, respectueuses des femmes et des hommes, qui ont fait que la Méditerranée est à nulle autre pareille, ont oeuvré pour que leur pays méditerranéen le reste. Ces pays ont intégré, sans rien renier de leur originalité, de leur génie, de leurs apports à la civilisation mondiale, les empires, les colonialismes, les invasions et les apports dans tous les domaines de leurs envahisseurs, colonisateurs, pour les ingérer, les digérer, les «nationaliser» et s'épanouir aux yeux du monde. Les diverses religions, les rites et rituels, les danses, les costumes, les arts culinaires et sportifs, les fêtes de la plus petite, locale à celle d'envergure nationale, les grands pays méditerranéens les ont parfaitement adoptés, adaptés et surtout fructifiés. Prenons la langue française, les ruines romaines, l'arrivée des Arabes avec l'Islam, la colonisation «soft» turque, les «courses», les pirates et les corsaires, l'amazighité dans toutes ses déclinaisons, de tout cela, qu'ont fait les premiers décideurs nationaux. De 1962 jusqu'à l'été 2008, qu'ont-ils fait de ces couleurs, de ces richesses propres à la Méditerranée ?
Pour le pouvoir, pour des rentes fortifiées par les recettes de Sonatrach, par des procédés et procédures d'exclusion hérités du parti unique, de l'omniscience presque divine du pouvoir et de son chef désigné par ceux qui contrôlent les richesses dans les secteurs public et privé, l'Algérie s'est concentrée sur son seul nombril. Et cela, au nom d'une unicité virtuelle, qui n'a rien à voir avec l'unité, le consensus autour d'un projet porté par toutes ses composantes, différentes et enrichissantes comme l'ont fait d'autres nations, au départ disparates et aujourd'hui unies, fières de leur identité, multiforme, singulière et défendue par tous.
Ce pays, pour des raisons historiques, indiscutables est africain, musulman, amazigh, aux frontières de l'Europe, arabe depuis des siècles par la langue, mais il est foncièrement méditerranéen par ses rivages. Comme le sont le Liban, l'Egypte, la Tunisie, l'Espagne, etc. Il l'est par le métissage de ses musiques andalouses, berbères, de l'extrême sud, des Aurès, du mélange orano-espagnol, ec. Pourquoi s'acharner à vouloir s'amputer de la plus petite parcelle, au nom d'un «nationalisme» qui n'appartient à personne, d'un patriotisme qui doit plus aux plus humbles qu'à des héraults grassement rétribués, sectaires, intolérants, incompétents et, surtout, fainéants et aussi consistants que le mercure ? Cela porte des noms : intolérance, autoritarisme, refus de la démocratie et de l'alternance selon des codifications négociées et enfin consensuelles, imposables à tous et à chacun, dans l'intérêt général.
La modernité à travers les multiples labels décernés par les plus grands chercheurs, les plus brillants philosophes et sociologues, les prix Nobel d'économie, les historiens de renom mondial, est évacuée d'un revers de la main par les dirigeants. Ces derniers, sans cesse tiraillés entre des courants de pensée frontalement opposés, dangereusement stériles face aux enjeux planétaires, entre des politiques économiques incohérentes, qui changent au gré des hommes et des conjonctures, selon le coût du baril ou de l'avancée irrémédiable du désert, puisqu'on le regarde progresser sans un seul sursaut d'envergure, à la lumière des expertises internationales que personne n'invite à venir proposer des solutions, ces dirigeants ne regardent que les recettes des hydrocarbures et les TGV qui passent chez nos voisins, en dissertant sur les émeutes et la profonde désespérance de la jeunesse, qui est réputée, dans le monde, pour ne pas savoir cultiver la patience, un «nationalisme» qui ne lui apporte srictement rien. Et d'ailleurs, dans les grandes nations, on ne répond jamais aux revendications par des catégories philosophiques, religieuses, idéologiques ou sentimentales. Mais il est vrai que l'Algérie est «spécifique», encore et toujours en «transition». Vers quoi ?
Si le choix n'est pas fait de manière radicale entre les ténèbres et la modernité, de toute urgence, personne ne peut prédire les chocs à venir.

Source Le Quotidien d’Oran

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

linlin 18/08/2008 21:49

depuis 46 ans l'Algérie est dirigée pr des dictateurs ignares emprisonnés par la religion. La solution est simple : chasser les dictateurs et séparer la religion de l'état avec fermeté

Le Pèlerin 19/08/2008 11:05


bonjour Linlin,

Vous avez certainement raison...mais :

Soit on vit en algérie auquel cas c'est sur il ne faut pas rester les bras croisés et agir en ce sens?
 
Soit on vit à l'extérieur et l'on milite à sa manière, tenant compte des susceptibilités algériennes...Pour sur il y a quelque chose à faire

La solution que cous préconisez et pour sur la meilleure solution...On y viendra ...C'est une question de temps....Quand ? Je ne pourrai pas vous le dire...

Cordialement,

Le Pèlerin



jE NE SAIS PAS