Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 23:19

Oran - Notre Dame de Santa Cruz, patronne de la ville, attire toujours les visiteurs

 





Cet été, celle qui aura ravi la vedette au bleu azur de la corniche oranaise aura été, sans conteste, la grande citadelle de Santa Cruz construite par les Espagnols au XVIe siècle.

 

 

Devenue ces dernières années une escale obligée pour tous les visiteurs d’Oran, cette citadelle attire autant de visiteurs au printemps, mais également en été, seule période durant laquelle des centaines d’émigrés profitent de leur séjour pour s’y rendre. L’un des aspects recherchés par certains qui viennent au pays c’est ce côté spirituel de certains marabouts. Santa Cruz, ou comme se plaisent à l’appeler les Oranais,«la Sainte Croix protégeant la ville d'Oran», perchée sur sa colline, surplombe le port, entourant la ville d’un cercle protecteur qui veille sur elle, jour et nuit. Santa Cruz est un fort militaire construit réellement par les militaires espagnols lors de leur conquête d'Oran au XVIe siècle (300 ans d'occupation) connu pour sa position stratégique en surplombant la ville à 400 m de haut sur le mont du Murdjadjo. Il offre un panorama unique sur le port militaire de Mers-el-Kebir. Le visiteur est impressionné par son architecture et sa bâche d'eau qui se remplit de pluie avec un système de distribution. Plus bas, la chapelle de la Sainte Vierge, lieu de pèlerinage catholique, suscite la curiosité et l’émerveillement lorsqu’on conte la traversée de la statuette de la Sainte Vierge. L’histoire des lieux raconte que c’est l'évêque d'Oran qui a pris l'initiative de mener en procession la statue de la Vierge suivie par toute la ville jusqu'au sommet de la colline d'Oran, lors de la terrible épidémie de choléra, dans les années 1847 à Oran, pour mettre la ville sous protection. Toute la foule implorait la Sainte Vierge pour la voir ramener la pluie par sa bonté. Suite à cette procession, la pluie se mit à tomber à nouveau et le choléra quitta la ville d'Oran ainsi que la région. En hommage à ces miracles, une chapelle fut construite sur la colline au pied du fort de Santa Cruz. Tout en écoutant cette histoire durant le trajet, une fois arrivée en voiture au niveau du fort de Santa Cruz, le guide, souvent un connaisseur des lieux, invite les visiteurs à emprunter à pied une piste de quelques centaines de mètres, une sorte de pente raide qui permet la découverte des lieux empreints d’émotion pour accéder enfin à ce lieu idyllique. Une plaque, apposée sur la porte d'entrée, indique que le fort espagnol, datant du XVIe siècle, a été restauré par les militaires français en 1860. La vue est imprenable et l’on a l’impression qu’Oran vous appartient et l’on sent que la ville est à nos pieds. Durant l’été, ce sont les émigrés qui affluent nombreux vers ce lieu à la recherche de spiritualité, mais également de prise de photos souvenir. Ils peuvent ainsi s’enorgueillir que l’endroit en question se situe bien en Algérie et semble bien conservé. Ce qui constitue d’ailleurs l’un des objectifs de l’association Bel Horizon qui procède à des campagnes de volontariat sur le site de Santa Cruz et à un travail de sécurisation des lieux. Son travail ne se limite pas à cela. Elle œuvre pour la restauration des lieux et n’hésite pas, lorsqu’il le faut, à recourir à la justice dès qu’il s’agit d’atteinte au patrimoine culturel. S’appuyant sur la loi, elle n’hésite pas à déposer plainte contre X, en se constituant partie civile conformément à l’article 91 de la loi 98-04 du 15 juin 1998 qui stipule : «Toute association légalement constituée, qui se propose par ses statuts d’agir pour la protection des biens culturels, peut se constituer partie civile, en ce qui concerne les infractions de la présente loi.» Ainsi son premier dépôt de plainte a eu lieu le 3 mai 2003, au niveau de la gendarmerie, pour détérioration et subtilisation de la pierre de taille du fort de Santa Cruz. C’est dire que la splendeur des lieux et des vestiges attire non seulement des admirateurs mais également des voleurs qui n’ont de cesse de subtiliser des objets de grande valeur de ces lieux ne laissant derrière eux que perte et désolation.

Source Le Soir d’Algérie

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires