Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 23:00

Algérie - Le ministère du Commerce avertit

Les reconversions anarchiques, c’est fini

 

Le Ramadhan n’est pas seulement propice à la méditation, à l’intérêt redoublé pour les choses de l’esprit. Il est aussi le mois de préoccupations moins élevées, plus terre à terre. C’est ainsi la saison attendue par certains pour faire de bonnes affaires.

Le commerce est, se plaisent à rappeler ceux qui s’improvisent commerçants, halal, voire recommandé. Pour autant, doit-il être dénué de toute règle ? L’anarchie doit-elle prendre possession des rues et artères ? Le ministère du Commerce a ainsi rappelé fort opportunément samedi les conditions d'exercice de l'activité de préparation et de commercialisation des pâtisseries orientales, à l'approche du mois du Ramadhan. La consommation de celles-ci connaît, en effet, un véritable engouement. On ne peut imaginer une table de Ramadhan sans la traditionnelle chorba et de mielleux gâteaux. Vu les risques qu’elles présentent sur la santé publique, elle doit être réglementée.
L'exercice de l’activité est soumise d’abord à l'inscription au registre de commerce. Elle est sous le code n° 501-205 de la nomenclature des activités économiques soumises à l'inscription à ce registre. Autrement dit, les changements d’activité ou l’espace d’un mois des vulcanisateurs se muent en vendeurs de zlabias et kalbalouz, doivent cesser.
Un garage réservé à la vente de pièces détachées ne doit pas devenir un local pour écouler des ktaifs ou des samsas. Ce ne sera plus n’importe qui vendra n’importe quoi n’importe où. L’appât du gain ne doit pas justifier toutes les aberrations.
En conséquence, tout commerçant ayant l'intention de changer d'activité, à titre temporaire ou définitif, en vue de l'exercice de cette activité durant le mois de Ramadhan, est tenu de procéder à la «modification préalable de son registre de commerce». Faute de quoi, il fera l'objet «de sanctions administratives et pénales prévues et ce, pour l'exercice d'une activité commerciale illégale», indique le ministère. Par ailleurs, le ministère du Commerce appelle l'ensemble des intervenants dans ce domaine à veiller au respect des conditions d'hygiène des locaux commerciaux, du personnel, des équipements utilisés et des ustensiles pour la préparation, ainsi que l'utilisation d'emballages adéquats en vue d'offrir des produits sains ne présentant aucun risque sur la santé des consommateurs.
Il s’agit des contrôleurs du ministère mais aussi des bureaux d’hygiène communaux. Les premiers seront-ils suffisants ?
Les seconds suffisamment outillés pour exercer de telles prérogatives ? Jusque-là, l’ampleur de la tâche a limité l’efficacité de leurs interventions. Toutefois, le ministère du Commerce a lancé le mois dernier un avis de recrutement de 500 inspecteurs pour le contrôle et de la répression des fraudes. L’arsenal juridique enfin existe.
Le ministère recommande également de ne pas laisser à l'air libre l'huile déjà utilisée et de la renouveler entièrement au lieu d'en rajouter durant les étapes de cuisson.
Les pouvoirs publics qui, l’an dernier, avaient déjà sévi avec plus de sévérité, arriveront-ils à mettre définitivement de l’ordre ?

 

Source L’Expression

 

Le Pèlerin 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires