Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 23:01
Culture : le Capitole veut la capitale 
Remise des dossiers aujourd'jui pour le label européen en 2013

 


Toulouse n'a jamais été favorite dans la course au label de Capitale européenne de la culture en 2013. En concurrence avec Bordeaux, Lyon et Marseille, elle est parvenue à s'imposer dans le carré final. Arrivée deuxième derrière Marseille, en novembre 2007, lors de la phase de sélection, destinée à départager huit candidatures de métropoles françaises, elle serait à présent davantage menacée par Bordeaux, selon le baromètre fluctuant politico-culturel... 
Si l'attribution du titre est confiée à un jury de treize membres indépendants, sept européens et six français, nommés à la fois par la ministre de la Culture Christine Albanel et par le chef de la diplomatie Bernard Kouchner, chacun sait que l'Elysée affiche des préférences. Elles auraient basculé de Marseille vers Bordeaux. Ce duel entre villes de droite pourrait être arbitré par Toulouse la centriste passée à gauche. Car les arguments de la Ville rose sont conséquents. Tout d'abord, son projet repose autant sur un développement durable des infrastructures culturelles que sur des opérations artistiques spectaculaires. C'est bien pour accompagner une ville dans son élan culturel que Melina Mercouri et Jack Lang, alors ministres de la Culture de Grèce et de France ont créé ce label en 1985. Depuis, Jack Lang est venu dire aux Toulousains qu'il était avec eux. Un soutien de poids, renforcé par un club d'entreprises dans lequel s'est engagé, Tom Enders, président d'Airbus. Quand l'économie vole au secours de la culture, tous les espoirs sont permis...

Des réalisations durables...

Au-delà de l'aspect festif, la candidature de Toulouse est certainement celle qui affiche le plus grand nombre de projets d'envergure. Des installations pérennes vont transformer l'environnement architectural et culturel de la ville. Dans un périmètre, baptisé « Le Héron » par sa forme, qui s'étend du quartier Saint-Cyprien au Cancéropole, en passant par Le Mirail, les infrastructures culturelles vont redessiner l'urbanisme toulousain. Une cité de la danse à La Grave, une cité de la musique à la pointe de l'île du Ramier, une cité de la recherche et de la création artistique à l'ancienne prison Saint-Michel, un quartier des sciences proche du Muséum dans les locaux de l'ancienne faculté de sciences, une fabrique culturelle à l'université du Mirail, sont au cœur de la transformation que la culture souhaite exercer sur la ville. Capitale européenne de la culture ou pas, « Toulouse se dotera de toutes ces infrastructures à plus ou moins long terme », précise Nicole Belloubet, première adjointe au maire, en charge du copieux dossier culturel.

... et des projets fous

Si la plupart des réalisations sont destinées durer, d'autres soufflent un véritable vent de folie sur la candidature toulousaine. Christo a été contacté pour envelopper le viaduc Millau, Buren pour installer une de ses œuvres géantes dans le gouffre de Padirac… Plusieurs sites de la région comme la cité de Carcassonne, les anciennes mines de Carmaux ou la campagne toulousaine seront au cœur de démarches artistiques inédites et originales. Des champs seront même teints en bleu, pour évoquer le passé toulousain lié au pastel, et visibles du ciel… Enfin des tours de 40 m de haut seront placées autour de Toulouse, si elle est sélectionnée.

Fête en septembre, décision en décembre

C'est aujourd'hui que les quatre dernières villes qualifiées doivent remettre leur dossier. L'équipe d'Olivier Poivre d'Arvor, commissaire général de la candidature et porteur du projet, n'a pas attendu la dernière munite pour le faire. Le jury qui se déplacera le 2 septembre à Toulouse aura jusqu'à la fin de l'année pour faire connaître son choix et déclarer gagnante Bordeaux, Lyon, Marseille ou encore mieux Toulouse.
D'ici là, la première quinzaine de septembre sera l'occasion d'une grande parade dans les rues de Toulouse. Festa Europa va créer l'événement avec notamment la venue des plasticiens Volants le 5 septembre à Bellefontaine, et une journée exceptionelle le 6 septembre dans les rues de Toulouse avec un concert gratuit de Cali, à partir de 22h à La Daurade.


Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires