Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 23:03

Algérie - La loi est entrée en vigueur depuis cette semaine
Fini les habitations inachevées



En vigueur dans le secteur public,

Il s’agit maintenant de voir si le département de l’habitat suivra l’application de cette loi qu’il a lui-même défendue bec et ongles.

Les autorités semblent décidées à mettre fin à l’anarchie frappante constatée dans le secteur de l’habitat et de l’urbanisme. La loi régissant ce domaine, publiée dans le Journal Officiel en date du 3 août dernier, est entrée en vigueur le samedi 23 du même mois.
Au terme de cette loi, il est exigé à tout propriétaire d’une habitation de procéder à l’achèvement de la construction et de respecter «l’harmonie des formes et la qualité des façades d’une construction y compris celle des espaces extérieurs». L’article 2 de cette loi, interdit «la création d’un lotissement ou d’un groupe d’habitations sans l’obtention préalable d’un permis de lotir délivré conformément à la législation et à la réglementation en vigueur».
Le même article interdit «l’édification de toute construction dans un lotissement non autorisé». L’article 4, «interdit l’édification de toute construction dans tout lotissement créé en conformité aux prescriptions des instruments d’urbanisme, si les travaux de viabilité et d’aménagement prévus dans le permis de lotir ne sont pas achevés».
Il convient de souligner que les mesures de mise en conformité des constructions en vue de leur achèvement, prennent fin dans le délai de cinq ans, soit en 2013. Il s’agit maintenant de voir si le département de l’habitat suivra l’application de cette loi qu’il a lui même défendue bec et ongles. Théoriquement, les pouvoirs publics comptent veiller à l’application de ces nouvelles mesures. Selon l’article 27 de cette loi, «sur la base des informations fournies par le déclarant, les agents de l’Etat et communaux chargés de l’urbanisme, sont tenus d’effectuer une visite sur les lieux et de constater l’état de non-conformité des constructions». Il faut dire qu’une anarchie sans précédent est constatée ces dernières années à travers les villes du pays. La tragédie nationale qu’a vécue l’Algérie a été pour beaucoup dans l’exacerbation du phénomène des constructions anarchiques. Rien que dans la daïra de Dar El Beïda, à Alger, sur les 20 lotissements édifiés, 15 sont construits illégalement. Pis encore, ils ne répondent à aucune règle urbanistique.
Les façades de ces bâtisses dont la majorité est inachevée, ont un air maussade. Que prévoient les pouvoirs publics contre ce genre de pratique, d’autant que d’aucuns estiment qu’il est trop tard pour procéder à leur démolition? La réponse semble inconnue même pour les autorités. Par ailleurs, s’agissant des propriétaires ne respectant pas la présente loi, des sanctions rigoureuses sont prévues à leur encontre. Selon l’article 74 de cette loi, «est puni d’emprisonnement de six (6) mois à deux (2) ans et d’une amende de cent (100.000) dinars à un million (1.000.000) de dinars quiconque crée un lotissement ou un groupe d’habitations sans permis de lotir».
En cas de récidive, la peine est portée au double. D’autres sanctions, plus lourdes, sont prévues à l’encontre de quiconque procède à la vente d’un lot d’un lotissement ou le groupe d’habitations, si le lotissement ou le groupe d’habitations n’a pas été autorisé ou dont les travaux de viabilité n’ont pas été encore provisoirement réceptionnés. Une peine de six (6) mois à un (1) ans de prison et une amende de cent mille (100.000) dinars à un (1) million (1.000.000) de dinars ou l’une des deux peines, est prévue à l’encontre des concernés.
En cas de récidive, il peut être prononcé une peine d’emprisonnement de un (1) à cinq (5) ans et l’amende portée au double. Maintenant que la loi devant régir le secteur de l’habitat est là, il ne reste qu’à l’appliquer. Et c’est là où le bât blesse. Car en Algérie, depuis toujours, l’on met en place des lois, mais on n’a jamais veillé à les faire respecter.


Source l’Expression

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires