Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 23:06
Les derniers attentats ou les faillites de gestion d’un été sanglant 


 

La sinistre succession des derniers attentats qui ont fait au total 77 morts, entre ceux de Zemmouri, de Skikda, de Jijel, des Issers et de Bouira, appelle un certain nombre d’observations quant à la façon dont la situation créée par cette déferlante meurtrière signée Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et dénommée « expédition de la vengeance », a été « gérée » en haut lieu tant sur les plans sécuritaire que politique et communicationnel. Sur le plan sécuritaire, on peut relever un certain nombre d’éléments qui rendent compte de la structure profonde du dispositif de défense actuel en expliquant, dans une certaine mesure, les difficultés à répondre efficacement aux frappes du GSPC. Il est à remarquer à ce propos un changement de donne fondamental au sein de l’équipe qui a eu à structurer d’une main de fer la lutte antiterroriste et qui a à son actif la gestion du dossier sécuritaire depuis le début du terrorisme en 1992 jusqu’à l’arrivée de Bouteflika au pouvoir en avril 1999.
La sinistre succession des derniers attentats qui ont fait au total 77 morts, entre ceux de Zemmouri, de Skikda, de Jijel, des Issers et de Bouira, appelle un certain nombre d’observations quant à la façon dont la situation créée par cette déferlante meurtrière signée Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et dénommée « expédition de la vengeance », a été « gérée » en haut lieu tant sur les plans sécuritaire que politique et communicationnel. Sur le plan sécuritaire, on peut relever un certain nombre d’éléments qui rendent compte de la structure profonde du dispositif de défense actuel en expliquant, dans une certaine mesure, les difficultés à répondre efficacement aux frappes du GSPC. Il est à remarquer à ce propos un changement de donne fondamental au sein de l’équipe qui a eu à structurer d’une main de fer la lutte antiterroriste et qui a à son actif la gestion du dossier sécuritaire depuis le début du terrorisme en 1992 jusqu’à l’arrivée de Bouteflika au pouvoir en avril 1999.
C
ette équipe comptait quelques figures emblématiques qui ont pour noms Nezzar, Smaïn et autres Mohamed Lamari. Avec d’autres officiers, ils constituaient le club des « janviéristes » en référence à l’éviction du président Chadli le 11 janvier 1992 et l’arrêt du processus électoral. Ils auront trouvé en la personne du général Liamine Zeroual le partenaire idéal pour mener à bien leur politique. Une politique qui a fait preuve, peu ou prou, d’une efficacité probante, avec tous les ratés, tous les dépassements et les graves atteintes aux droits de l’homme qu’on lui connaît.
Le 27 août, un an se sera déjà écoulé depuis la mort du n°2 du DRS et pilier du contre-espionnage algérien, le général-major Smaïn. Nombre d’observateurs avaient noté, au moment d’inhumer à El Alia le très controversé chef de la sécurité intérieure et initiateur de l’accord de trêve avec l’AIS, qu’une page de l’histoire contemporaine de notre pays était définitivement tournée. A l’état-major de l’ANP, c’est une lapalissade d’alléguer que Gaïd-Salah n’a pas l’étoffe ni la poigne du général de corps d’armée Mohamed Lamari, l’ancien gourou de l’ANP ayant quitté le sérail avec fracas peu après la réélection de Abdelaziz Bouteflika pour un second mandat le 8 mai 2004.
Sans être forcément dans le secret des dieux, d’aucuns estiment que l’équipe actuelle en charge de la sécurité n’a pas le « background » de la première et le paysage politico-sécuritaire donne le sentiment d’un collège affaibli par les coups de boutoir d’un Bouteflika jaloux de ses prérogatives mais sans vision claire, oscillant sans cesse entre calculs politiciens et coups de sang feints, dictés davantage par un contexte mondialisant circonscrit par le syndrome du 11 septembre et le paradigme américain de la lutte antiterroriste. Sur le plan interne, le pays semble débouler en roue libre vers sa chute, avec un Bouteflika autoritaire, tautologique, n’ayant plus que le mystérieux Toufik pour modérateur, lui qui a réussi même à mettre le général Larbi Belkhir, le faiseur de rois, sur la touche.
Dans quelle mesure ce changement de personnel, ce changement de paradigme et la réorganisation des services de sécurité ont-ils affecté la conduite de la politique sécuritaire du pays ? Voilà une question lancinante à méditer. Autre point soulevé de façon récurrente à chaque recrudescence des expéditions terroristes : le sacrifice du corps des patriotes, ces auxiliaires de l’ANP investis dans la lutte antiterroriste de « proximité ». Il convient d’emblée de relever que le corps des patriotes était surtout efficace durant la première décade du terrorisme, celle de la « guerre classique », autrement dit la guérilla des maquis, avec la Mitidja comme terrain central des affrontements.
Quel serait l’apport de ce contingent dans le cas d’une guérilla de type Al Qaïda, c’est-à-dire basée sur l’opération kamikaze comme modus operandi et spécialisée dans les attaques urbaines ? Toujours est-il que la façon avec laquelle les éléments de ce corps ont été remerciés et leurs droits bafoués a suscité un sentiment d’ingratitude de l’Etat envers ses fantassins, ceci au moment où le discours sur la « mansuétude » de ce même Etat abreuvait de son pathos les repentis des GIA et autres ex-djihadistes célébrés comme des guérilleros fabuleux, avec en prime les excuses de la République. Autant de maladresses qui ont créé un climat de démobilisation psychologique délétère et un sentiment d’absence de vision, de stratégie hardie de la part de nos gouvernants. Bref : un sentiment de flou sémantique généralisé.

La « moussalaha » passe par la tête

Sur le plan politique, il y a cette énorme couleuvre restée en travers de la gorge du peuple nommée « moussalaha ». La politique de réconciliation nationale se pose de plus en plus comme une recette empoisonnée, un processus bâclé, mal ficelé, en l’absence d’un véritable travail cathartique sur le modèle « justice et vérité » comme cela a été initié sous les auspices du président Mandela en Afrique du Sud. Le référendum du 29 septembre 2005 a été tout simplement une mascarade – une de plus – et il n’est pas étonnant que le package « conciliationniste » du président Bouteflika soit reçu comme une œuvre démagogique et une manœuvre politicienne au contenu vicié. En témoigne la question vicieuse, objet de la consultation populaire : « Etes-vous pour ou contre la paix ? »
Le référendum, rappelons-nous, avait été improvisé dans la précipitation, sans débat contradictoire, donnant lieu à une plateforme d’entente nationale complètement creuse. Résultat des courses : on a peut-être désarmé quelques djihadistes et délogé quelques desperados islamistes des maquis, mais leur a-t-on réellement arraché des mots de repentance ? Leur a-t-on réellement ôté de la tête l’idée révolutionnaire et le projet insurrectionnel avec le califat comme projet subliminal ? Combien ont exprimé humblement des regrets pour les crimes qu’ils ont commis ? La récente sortie publique de Abdelhak Layada sur les colonnes d’El Khabar, exempte de toute remise en question, nous permet de douter que le processus « mental » de la « moussalaha » ait jamais abouti.
Avec le bilan lourd des derniers attentats, digne des pires cauchemars de la longue nuit des années 1990, Abdelaziz Bouteflika ne peut honnêtement continuer à claironner son « triomphe » d’avoir désamorcé nos maquis par l’amnistie, cette panacée miracle où 200 000 victimes passaient par pertes et profits. Le chef de l’Etat, si tant est qu’il fut capable d’un rien d’humilité, ne peut que faire un aveu d’échec de sa thérapie par l’amnésie/amnistie. Au soir de l’attentat particulièrement sanglant des Issers qui avait fait 43 morts, Djamel Ould Abbès, le ministre de l’Emploi et de la Solidarité nationale, était l’invité de la chaîne Al Arabiya.
Sa prestation, disons-le sans méchanceté, était à la mesure de l’incompétence générale du régime à gérer une situation qu’il ne contrôle déjà plus sur les plans militaire et politique. Le fiasco communicationnel incarné par Djamel Ould Abbès face à la caméra d’Al Arabiya, qu’il confondait lamentablement avec le JT lénifiant de l’ENTV, en lui serinant le discours d’usage sur les « indjazate » de « fakhamatouhou » et le miracle de la réconciliation nationale « adoptée à 99%, Madame, par le peuple algérien » (sic), dit tout le vide politique et toute la faillite morale des deux mandats de Bouteflika. Quel est le bilan réel des politiques de concorde nationale et de réconciliation nationale menées tambour battant ? Nous ne le saurons jamais faute d’une commission d’enquête indépendante, les deux chambres du Parlement étant une autre illustration de cette incompétence générale.

Parlez-vous le Zerhouni ?

La façon dont a été conduite la communication du gouvernement suite aux derniers attentats est révélatrice à plus d’un titre de la déroute du régime dans cette phase où nous avons le sentiment d’un retour au gouffre sidérant du milieu des années 1990. Autant dire un retour à la case départ. Ce qui aura le plus choqué les Algériens, et comme pour corroborer tous ces mauvais signaux, c’est le fossé abyssal qui sépare les hautes sphères du quotidien du peuple. Ni le chef de l’Etat ni son chef de gouvernement, M. Ahmed Ouyahia, fraîchement rappelé au Premier ministère en remplacement d’un Belkhadem mou, n’ont jugé utile de se déplacer sur le terrain pour faire preuve du nécessaire de présence à la fois physique et symbolique, comme il sied dans une telle circonstance. Au lieu de cela, nous avons eu droit une fois de plus au même Zerhouni surréaliste, intervenant « en boucle vidéo, comme un cosmonaute qui parle à partir de Jupiter pour expliquer en mode automatique que le GSPC est aux abois », comme l’écrit si bien Chawki Amari.
« Qu’ils sachent qu’ils n’ont d’autres issues que de se rendre », martèle sans conviction le premier flic du pays, pathétique et impuissant, l’air d’un bon père de famille extirpé de ses vacances le temps d’une molle déclaration, pendant que les kamikazes « résiduels », eux, continuent de frapper là où ils veulent, quand ils le veulent, fixant l’agenda sécuritaire du pays à leur guise. Zerhouni continue donc de sévir en même temps que le GSPC, avec ses éternelles boutades peu inspirées où alternent bourdes monumentales et manque affligeant de profondeur politique. Comme cette déclaration reprise par Le Quotidien d’Oran où le très informé Zerhouni, anciennement numéro deux de la Sécurité militaire - excusez du peu !-, ne trouve rien d’autre à dire pour expliquer les attentats que d’imputer cela à la complicité passive du relief montagneux d’une Kabylie infiltrée par les groupes armés « depuis que les gendarmes l’ont quittée suite aux événements de 2001 ».
L’indécence, une fois de plus, a frappé, et les groupes armés ont prouvé leur force, y compris sur ce terrain-là, celui des images, de l’Image, rythmant la vie de toute une nation au gré de leurs humeurs tant, en face, ils ne rencontrent que veulerie et amateurisme. On se demande à ce propos à quoi cela sert-il de saigner la trésorerie du pays à coups de factures d’armement mirobolantes si le pauvre bidasse de la caserne des Issers ou de Bouira se fait canarder par le dernier pupille de la dernière promo d’apprentis-kamikazes qui passe, avec une désinvolture coupable ? Tel est donc l’état des troupes à l’orée d’un troisième mandat qui s’annonce sous de très mauvais présages, avec un président démissionnaire, des élites laminées, une classe politique moribonde et une société civile aphone.
Quand Zerhouni appelle les Algériens à se mobiliser, cela prête à sourire, lui qui s’emploie précisément à encadrer sévèrement toute expression citoyenne et à museler toute velléité de riposte populaire. Au moins dans l’enfer des années 1990, les Algériens avaient-ils la consolation de sortir dans la rue manifester côte à côte pour exorciser l’horreur qui envahissait leurs corps. On se rappelle, en l’occurrence, les marches mémorables des femmes, des chômeurs, des travailleurs, en 1993, en 1994, en 1995, du temps où les associations civiles des victimes du terrorisme n’étaient pas honnies et que les vieux maquisards de la guerre d’Indépendance sortaient leurs vieux fusils non confisqués pour repousser courageusement la pègre de droit divin.

Aujourd’hui, la « dawla » de Zerhouni et de Djamel Ould Abbès mobilise plutôt des bus folkloriques ridiculement harnachés aux portraits de Boutef pour emmener les Algériens sous escorte à la coupole du 5 Juillet crier leur soutien à la moussalaha (comme ils l’ont fait au lendemain des attentats du 11 avril 2007) et au programme de « fakhamatouhou » en lui lançant des hourras pour une « ouhda thalitha », afin que le locataire d’El Mouradia nous achève jusqu’au bout ! Comme le dit si bien Ali Dilem, c’est « l’Algérie d’el La semaine vue de Toulouse: vélo-taxi pour les seniors, soutien à la Géorgie et olympisme visa wel karama » qui se profile. Sortons la panoplie des vieux réflexes de notre mémoire de résistance. L’Algérie est désormais en marche sur le mode fataliste. Attention, fermeture des portes…

Source El Watan

 

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires