Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 07:00

L'image de «l'émigré» de retour au bled en vacances

 au volant de son véhicule chargé jusqu'au toit n'est

 plus d'actualité.



C'est plutôt le contraire qui a de plus en plus cours ces derniers temps. D'aucuns peuvent faire le constat de ces interminables files de voitures, débordant d'objets et de paquets ficelés, roulant sur la route du port d'Oran pour embarquement, ou de ces innombrables dames déambulant à M'dina Jdida pour se procurer toutes sortes d'objets qu'on a du mal à imaginer pouvoir intéresser une clientèle d'un nouveau genre.

Sans répit et comme toujours, le quartier de M'dina Jdida, en cette matinée de fin de mois d'août lourde et caniculaire, continue d'attirer dans ses étroites ruelles un flot incessant de visiteurs. Parmi ces derniers, l'on peut à loisir reconnaître nos émigrés qui viennent surtout faire des emplettes avant de regagner l'Hexagone, avant la rentrée scolaire pour la plupart
Et il n' y a pas que les bijoux traditionnels ou les cadeaux souvenirs locaux qui ont la cote auprès de ces concitoyens, mais bien plus que cela: les salons marocains, les matelas, les ustensiles de cuisine, surtout ceux fabriqués en aluminium. «Il y a même ceux qui embarquent avec eux des canapés avec matelas, des sofas en mousse synthétique recouverts de tissus en velours», affirme un vendeur de boiserie. Il ajoutera que d'après certains témoignages, les autorités portuaires françaises suivent depuis peu avec une grande attention ce genre de pratiques nouvelles chez l'émigré qui avait l'habitude de faire le contraire de ce qu'il fait actuellement. «La boiserie en effet coûte cher en France et les canapés sculptés sont très prisés par nos compatriotes qui veulent surtout tapisser leur intérieur à l'algérienne, explique toujours ce vendeur.
Autre curiosité : les affaires scolaires sont appréciées par nos émigrés qui en achètent de grandes quantités, comme le fait ce couple d'émigrés rencontré au centre-ville chez un libraire. Difficile de les questionner sur cet achat, sachant à l'avance la réponse liée forcément au coût. Un jeune Français d'origine algérienne, en vacances à Oran, explique cela par la question du pouvoir d'achat qui s'amenuise de plus en plus en France. Et celui-ci de reconnaître que des objets tels que les espadrilles (baskets et survêtements) sont très demandés par cette clientèle. Même s'ils sont de moindre qualité, car pour la plupart contrefaits, ils coûtent énormément moins cher qu'en France où la chasse à la contrefaçon est sans répit. Donc, le choix est tout simple entre une espadrille de marque à 250 euros et une issue de la contrefaçon à 6.000 dinars, voire moins, achetée localement.
Les CD audio et matériels de jeux vidéo ont également la cote auprès de cette clientèle qui a su se faire fortement apprécier par les vendeurs en tous genres, y compris par les vendeurs à la sauvette qui savent d'emblée avec quoi attirer l'attention de ces nouveaux clients en proposant, par exemple, tout qui va avec le rituel du bain maure (kassat, messouak et saboune baldi). Les habits traditionnels (âabaya, arraguia, babouches également) ne sont pas négligés par nos émigrés.
Sur un autre registre, l'on peut observer que nos émigrés, profitant de leurs vacances, n'hésitent pas à aller chez le dentiste ou l'opticien, comme l'a fait Hadj Lakhdar, un vieux retraité établi en France depuis les années 60, qui dira qu'il est devenu «très avantageux de profiter des opportunités, à l'exemple du dentier qu'il vient de placer pour 20.000 dinars au lieu de 2.000 euros s'il l'avait fait en France». «Même pour le Français de souche, ajoute-t-il, les soins dentaires reviennent énormément cher, à tel point qu'il est obligé d'aller jusqu'en Hongrie ou dans d'autres pays de l'Est pour se faire soigner à moindre coût». Les dentistes, en effet, durant la saison estivale, font le plein avec ce genre de clientèle qui, quand même, débourse un peu plus cher que les nationaux pour subir des soins dentaires ou carrément acquérir des dentiers de meilleure qualité, affirme un prothésiste dentaire installé au quartier du Plateau d'Oran. Ajoutez à cela le fait que «nos dentistes, mieux outillés en appareillage importé, utilisent de plus en plus des techniques poussées comme le plantage des dents et autres méthodes de soins qui n'ont rien à voir avec les anciennes pratiques approximatives.
Le même phénomène est observé chez les opticiens et autres boutiques de vente de lunetterie. Des paires de lunettes entre 2.500 et 5.000 dinars reviennent moins cher en comparaison avec ce qui se fait de l'autre côté de la Méditerranée, même si ce genre de dépense est remboursable par la sécurité sociale en France. M'dina Jdida, le temple du commerce pendant l'été, vit intensément la venue de ces émigrés qui n'oublient jamais de s'approvisionner en tous ces ingrédients nécessaires à la cuisine du mois de Ramadhan. L'ouverture des frontières aux marchandises et leur standardisation font que l'Algérie exporte, sans le savoir peut-être, des produits locaux ou étrangers, au grand bénéfice des uns et des autres

Source le Quotidien d’Oran

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires