Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 23:00

Blida-La Chiffa: Ruisseau des singes en été


Le Ruisseau des singes à la Chiffa, un lieu paradisiaque situé à une dizaine de kilomètres au sud de la ville des Roses. Liant la RN1 Blida à Médéa et les autres wilayas du sud, le lieu assiste depuis le début de la saison estivale au rush quotidien de familles et touristes en quête de fraîcheur et de quiétude
.

 

Les pique-niques en plein air, la baignade dans le ruisseau et le singe magot, une espèce qui existe uniquement au niveau de ces gorges, à Béjaïa et au Maroc, sont le décor des lieux. Toutefois, nombreux sont ceux qui ne savent pas que le ruisseau des singes a été visité par de célèbres personnalités, connues localement et à l’échelle internationale de par sa beauté naturelle, qui constitue l’endroit propice pour les haltes et le repos. La plupart de ces personnalités déjeunaient l’auberge des lieux en apportant leurs témoignages. Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avait écrit un certain 10 mai 1970 dans le livre d’or de l’auberge, alors qu’il était ministre des Affaires étrangères : « A tous égards agréables : le cadre, l’accueil, la cuisine et le service ».

 

Le prince Philippe, Duc d’Edimbourg et époux de la Reine d’Angleterre, Elisabeth II, a de son côté visité le ruisseau des singes le 5 mars 1985. Il a témoigné de sa « fascination » alors qu’une photo perpétuant cette virée est toujours collée au mur du salon de thé de l’auberge. Et pourtant, le prince Philipe appartient à une famille royale et quelle famille ? celle du Royaume-Uni, connue pour son prestige et sa noblesse. Le Duc avait pourtant parcouru bien des sites féeriques dans le monde mais son admiration pour le Ruisseau des singes est révélatrice et ce n’est pas pour rien, ne cessent de répéter, à chaque occasion, les habitués de l’endroit. Le 13 avril 1971, l’ancien Président du premier gouvernement provisoire algérien, le regretté Ferhat Abbas avait mentionné lors d’un déplacement au Ruisseau : « Bon restaurant, bon accueil, bonne direction. Nous reviendrons Inch’Allah ». Il y a aussi les témoignages émanant de nos différents ministres, du ministre burkinabais de l’environnement en 2006, des figures emblématiques de la Révolution nationale, de l’archevêque d’Alger, Henri Tessier qui avait écrit dans le registre de l’hôtel, un certain 4 juillet 2004 et en arabe s’il vous plaît : « Le ruisseau des singes, c’est un véritable trésor historique et naturel… ».

Même, Abdelaziz Bouteflika, devenu président de la République,est revenu visiter cet endroit en 2005, avec de remarquables notes d’encouragements. Plusieurs passages de touristes européens, notamment les coureurs du fameux Paris-Dakar, et des diplomates accrédités dans notre pays y ont respiré l’air pur, comme, nous dit-on, des ambassadeurs de la Syrie, de la Russie, de l’Ukraine, de la Pologne, des USA, du Sultanat d’Oman, de la Croatie... Rappelons que l’auberge en question a été incendiée en 1996 par des terroristes période où le terrorisme battait son plein au niveau de la région faisant même fuir le singe magot du ruisseau pourtant son berceau. Les premières bâtisses qui occupaient cet endroit féerique auraient appartenu à l’époque ottomane, nous dit-on alors que l’occupant français l’avait réaménagé en 1917 en chalet avec un lieu d’hébergement et un restaurant.

Après l’indépendance et pour mieux répondre à la forte demande des touristes de l’époque, des aménagements et les extensions ont été entrepris afin d’augmenter sa capacité d’accueil. Non loin de l’auberge, on trouve aussi la fameuse bâtisse appelée la « citadelle ». Cette grande villa, épousant parfaitement le paysage de montagnes et qui ressemble aux palais de l’Andalousie, renferme aussi son lot d’histoires extraordinaires. Elle a été le lieu accueillant des stars du 7e art, notamment Paul Newman, Alfred Hitchcock, Louis de Funès, et Alain Delon, ainsi que des « monstres sacrées » de l’orient, nous citerons : Farid El Atrach, Mohamed Abdelouahab et Warda El Djazaïria, qui y avait tourné son premier clip illustrant toute la beauté des lieux. Jean Claude Brialy, grand comédien et réalisateur français, natif d’Algérie et décédé en 2007, a donné comme titre à sa biographie en 2000 : Le Ruisseau des singes où il y laissa un témoignage hautement sentimental.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires