Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 06:39

Le Conseil des ministres l'a décidé : Nouveau serrage de vis pour les investisseurs étrangers


http://www.lequotidien-oran.com/files/spacer.gifLes investissements étrangers ont été sur la sellette au cours des dernières semaines. Le coup d'envoi avait été donné par le président Abdelaziz Bouteflika lors d'un discours devant les maires où il avait considéré que la politique menée par l'Algérie dans le domaine de l'investissement et des privatisations avait été un échec. Le discours a été suivi par l'annonce de mesures, plutôt restrictives, comme la création d'un droit de préemption en matière de cession des entreprises, l'obligation d'une participation majoritaire dans les projets de partenariats engageant l'Etat.
La loi de finances complémentaire a en outre créé une obligation de réinvestissement d'une partie des bénéfices pour les projets qui ont bénéficié d'exonérations fiscales. C'est dans cette même tendance au recadrage, voire au tour de vis que le Conseil des ministres a annoncé deux mesures en direction des opérateurs étrangers. La première mesure consiste en «l'assimilation des bénéfices transférables vers l'extérieur par les succursales aux sociétés mères établies à l'étranger, à des dividendes imposés à 15%». Le communiqué annonce, d'autre part, l'imposition spécifique des plus-values de cession d'actions et de parts sociales par des non-résidents. Les mesures qui concernent l'ensemble des investisseurs étrangers ne peuvent être interprétées que comme faisant partie d'un dispositif de supervision sévère des investissements étrangers. Ce changement de cap est lié non seulement à la question des transferts substantiels de bénéfices - dont on n'a d'ailleurs pas une estimation officielle, même si un économiste algérien avait avancé le chiffre de 7 milliards de dollars en 2007 - mais aussi à la cession, par Orascom, de deux cimenteries au français Lafarge. A l'évidence, ce n'est pas la nationalité du repreneur - les Français font de bonnes affaires en Algérie et ne sont pas l'objet de défiance - mais la manière dont la cession s'est opérée qui pose problème au pouvoir. Comme s'il découvrait les réalités d'une économie mondialisée où les transactions échappent aux Etats. Au-delà, la question récurrente est de savoir si de telles mesures d'ordre financier seraient de nature à inciter des entreprises étrangères largement orientées vers le commerce à investir dans la production ? Il ne fallait pas attendre le dernier discours présidentiel pour constater que les quelques investissements effectivement réalisés n'étaient ni productifs, ni créateurs d'emplois. La contribution au développement économique de ces investissements n'étant pas évidente, il ne reste qu'à constater que leurs promoteurs dégagent des profits substantiels sans relation avec leur modeste apport.

Une autre politique ?

Pour autant, il serait malvenu de reprocher aux entreprises étrangères d'essayer de tirer le maximum d'un  marché ouvert à tous les vents, sans cadrage réel et sans exigence. Pourquoi investiraient-ils alors que tout, de la législation aux pratiques concrètes, leur signifie qu'il est plus aisé et plus judicieux de prospérer dans le commerce et dans la prestation de services ?
«L'Algérie, a déclaré le président de la République, a besoin d'investissements productifs par les nationaux et par les étrangers. Certes, elle entend défendre ses droits comme les autres pays en matière d'investissements, tout comme elle entend mettre un terme aux comportements parasitaires et spéculateurs au détriment du Trésor public. Mais le gouvernement doit poursuivre la promotion de l'investissement fondé sur un partage équitable des avantages et des bénéfices entre l'investisseur national ou étranger et la collectivité nationale devant laquelle nous sommes comptables».
Le message peut paraître, après les mesures de «serrage» de vis, comme une volonté de rassurer les investisseurs étrangers. Le chef de l'Etat essaie d'établir une distinction entre les investisseurs «productifs» et les «parasites et spéculateurs». Le problème est que l'on semble passer de l'encensement excessif de l'investissement étranger, comme levier fondamental de la relance économique, à un dénigrement tout aussi exagéré. Sans doute lié au fait que des responsables, touchés par la «grâce» du marché, ont placé trop d'espoirs dans l'investissement étranger. La série de mesures annoncées et celles qui les ont précédées suggèrent - à défaut d'un retour à un «nationalisme économique» clairement assumé - que l'on ne se berce plus d'illusion sur la capacité de l'investissement étranger à enclencher une logique vertueuse. Il faut ajouter que l'environnement des affaires, la mauvaise administration ainsi que la situation générale du pays ne sont pas de nature à inciter les investisseurs de qualité à s'installer. Ces mesures paraissent en prendre acte. Cela augure-t-il d'une autre politique économique clairement orientée vers le soutien à l'investissement national public et privé ? Là est la question...

Source  Le Quotidien d’Oran

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires